Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2010

Juifs honteux ou peureux ?

Il y a bien longtemps que je me pose la question de « l'immobilisme » d'un certain nombre de Juifs, la plupart de gauche, face à l'islamisation de la France. Je m'en suis inquiété auprès de DRZZ info et l'on m'a dit qu'il existait encore trop de « juifs honteux et de juifs peureux ».

Je suis resté un peu sur ma faim, et puis Daniel m'a relié une chronique de Charles d'Alger dont les propos sont toujours sans ambiguïté. Je vous en laisse juge. Découvrez la position de Charles et la réponse claire et précise de Daniel que je partage bien évidemment !

Renaissance de l'antisémitisme catholique ?

Les Juifs ne doivent pas se tromper d'ennemis, au présent. En effet, alors que l'islam officiel et une écrasante majorité du milliard et demi de musulmans s'adonnent à la haine antijuive, pour des raisons diamétralement opposées, développées ci-dessous, des Juifs pervers et antinationaux, s'acharnent à raviver la crainte d'un monde catholique profondément et définitivement antijuif.

Or, au sein même de l'église catholique, des manipulations politiciennes, attisent volontairement des séquelles antijuives réelles, mais résiduelles. C'est le cas de la quatorzième Congrégation générale, des Pères synodaux de l'Eglise catholique, au Vatican, le 22/10/2010.

L'importance du synode en question laisse croire qu'il engage, non seulement la position politique officielle de l'église catholique, mais aussi celle de tous les individus catholiques. Pour avoir une idée de ce que pense une très grande partie des catholiques, sans doute même la majorité, le mieux c'est de lire ce qu'écrivent ceux qui s'expriment sur la question qui nous préoccupe, sans souci du "politiquement correct". Michel GARROTE est l'un de ces plus brillants représentants des catholiques francophones. Les propos et l'attitude de Michel GARROTE et de ses coreligionnaires catholiques qu'il cite, résument-ils toute la réalité catholique ? Certes non. Mais ils illustrent un courant puissant que veulent occulter les Juifs pervers et antinationaux, autant que les pires antijuifs : - Face aux ennemis communs musulmans, il y a un rapprochement entre les catholiques et les Juifs.

Quant aux présents louvoiements de l'église catholique officielle avec le pire antisémitisme de ses siècles obscurs, on peut légitimement prétendre qu'il est entretenu, au moins en partie, par l'attitude des Juifs pervers et antinationaux. Qui sont donc ces Juifs pervers et antinationaux qui ont besoin d'un monde catholique antijuif ?

Sans surprise, nous retrouvons ces Juifs dénoncés depuis plus de dix ans. Commençons par le plus simple. Il s'agit de la lie putride de "gauche". Pour ces dégénérés juifs, l'islam et les musulmans ne sont pas antijuifs parce que contrairement aux chrétiens d'Europe, ils n'ont pas fait la Shoah. Selon ces tarés juifs, les musulmans du monde entier, n'ont qu'un insignifiant et légitime conflit territorial avec les Israéliens, pas avec les Juifs. Par contre, ignorant volontairement le bouleversement décisif du Concile Vatican 2, et les importantes réformes induites, pour ces juifs débiles de gauche, le catholicisme est toujours, ou presque, celui de l'inquisition et des croisades. Nous constatons un syncrétisme total, entre la lie de gauche juive et la gauche antijuive occidentale. Cette pourriture est horripilée par la souveraineté nationale juive sur la terre d'Israël. La réalité c'est qu'au-delà du prétexte antinational, cette gauche juive refuse viscéralement et férocement ce que cette souveraineté manifeste de manière éclatante : - la réalité puissante de la promesse divine renouvelée plus de cent fois d'Abraham à Moïse. En entretenant la méfiance entre Juifs et catholiques, la lie de gauche juive espère priver d'alliés nombreux, le camp national juif qui défend cette réalité nationale. Mais ces Juifs de gauche allergiques à la réalité du message divin, ne sont pas seuls.

Parmi les juifs dits orthodoxes, il existe un courant minoritaire, pour lequel la souveraineté nationale juive sur la terre d'Israël est une chose embarrassante.

Même s'ils n'y sont pas hostiles, pour ces orthodoxes, la souveraineté nationale juive passe après les choses prétendues importantes, comme l'observance méticuleuse des rites et comportements individuels.

De plus, aux yeux de ces "orthodoxes", la souveraineté nationale juive tolère des comportements "non cachères". Donc, ils ne la considèrent pas comme importante pour les Juifs aujourd'hui.

Submergés par leur interprétation mystique du judaïsme, ces Juifs négligent trop la contingence présente. Inconsciemment, ils transgressent pourtant l'interdit de la Torah, le plus rempli de bon sens, celui de ne pas attendre de miracle pour résoudre un problème matériel. En l'occurrence, celui de se défendre contre les ennemis féroces autour du pays.

Comment cela ? Parce que ces orthodoxes hésitent à détruire les musulmans ennemis alentour dont ils préfèrent de beaucoup les mœurs brutales et sanguinaires, au profit des Juifs "laïcs", aux mœurs jugées impures et immorales.

Parce que le christianisme est devenu tolérant, ces "orthodoxes" assimilent à tort, les laïcs aux chrétiens, en général et aux catholiques en particulier. L'un de ces orthodoxes commit l'acte répugnant d'écrire à un ramassis d'ulémas antijuifs d'un pays ennemi voisin, pour l'assurer de son débile soutien, contre les propos très mesurés de Benoît XVI à Ratisbonne.

Il a été plusieurs fois imité par l'un de ses homologues en France. Parmi ces orthodoxes, des abrutis, souvent incultes, ressassent que les Juifs sont proches d'Ismaël parce qu'il est le demi frère d'Isaac. Les mêmes maudissent le nom d'Edom, représentant l'Occident, pourtant descendant d'Esaü, frère jumeau de Jacob / Israël.

A cause de leurs limites intellectuelles, ces juifs orthodoxes confondent les conflits et leurs conséquences réelles.

Alors qu'il existe des opinions rabbiniques passées et présentes, variées, voire antagonistes, mais claires, sur tous les problèmes existentiels, comme précisément celui du renouveau national juif, les opinions rabbiniques sur les relations des Juifs et du judaïsme avec les autres religions, sont certes toujours variées, mais beaucoup moins connues par les non spécialistes. Bien entendu, cette discrétion découle immédiatement du nombre faible de Juifs parmi les non Juifs. Alors que les Juifs sont obligés de vivre parmi eux, ils ne peuvent pas traiter tous les autres de mécréants, au sens propre de "mauvais croyants".

Bien sûr, tout le monde, y compris non juif, connaît la tolérance imposée aux Juifs par la Torah à l'égard des individus non Juifs. On connaît aussi, l'ordre de la Torah aux Juifs de ne pas pratiquer des rites non juifs. Mais les commentaires rabbiniques sur les autres religions sont donc discrets. Hormis quelques courant marginaux, il n'existe pas d'écoles, ou de doctrines juives sur la question. Les relations sont gérées de manière pragmatique. On peut y ajouter une raison venant directement de la Tradition.

En effet, les "nations" resteront les nations, avec leurs spécificités, même quand elles auront demandé à Israël d'intercéder pour la Bénédiction Divine. La Nation Israël officiant alors dans son rôle double de Cohen, le prêtre qui fait monter le korbane vers Hachem, et de prophète qui fait descendre la parole Divine vers la terre. Selon certains commentaires rabbiniques, les rites deviendront alors caducs.

Une explication plus simple est bien connue : - Le christianisme tombe dans l'excès de tolérance, "midat ha hessed" avec le principe de "tendre l'autre joue quand on te gifle", alors que l'islam tombe dans l'excès d'intolérance "midat ha din", avec l'interdiction absolue de la moindre interprétation du sens littéral.

On comprend donc aisément pourquoi les bigots juifs préfèrent l'islam au christianisme. Ce n'est qu'une question d'inclination personnelle.

Dans l'absolu, il n'y aura jamais de convergence entre d'une part le christianisme en général et le catholicisme en particulier, et d'autre par le judaïsme. Pas plus qu'avec l'islam. Il existera toujours une rivalité entre les religions.

Dans la réalité, cette rivalité est aujourd'hui plus paisible entre le christianisme et le judaïsme, même si au sein du christianisme, le catholicisme est plus retors. Alors qu'aujourd'hui, la rivalité avec l'islam a pris, à l'initiative de ce dernier, un mode beaucoup plus violent et sanglant.

En bons idiots qu'ils sont, les "orthodoxes" juifs appliquent un principe qui n'est plus du tout en adéquation avec la situation présente. Ce principe consiste à prier quand les Juifs sont physiquement en danger, exemple de Pourim, et à prendre les armes, quand on veut empêcher les Juifs de pratiquer la Torah, exemple de Hanoucah.

Sauf que ces deux exemples sont tirés de situations où les Juifs avaient perdu leur souveraineté nationale. Exil de Babylone pour Pourim et occupation grecque pour Hanoucah. Du temps des premiers rois d'Israël, les Hébreux détruisaient sans états d'âme tous les ennemis qui osaient les attaquer.

On peut comparer la renaissance d'Israël, à la période de la conquête de Josué. Nous devons détruire nos ennemis d'aujourd'hui, les musulmans qui occupent Israël et ceux qui veulent le détruire. Le conflit théologique avec l'église catholique, c'est une tâche intellectuelle non urgente. Par contre, nous devons combattre les catholiques qui aideraient nos ennemis musulmans.

Le 19 Hechvan 5771 - 27 octobre 2010

Charles DALGER

charlesdalger@yahoo.fr

Bonjour Charles,

Tu as su trouver les mots justes "ne nous trompons pas d'adversaires" ! Alors que les muridés menacent la planète de leur archaïsme et de leur redoutable prétention, à vouloir diriger le monde, il ne faut surtout pas se disperser mais bien s'unir...

Ne tombons pas dans le piège des médias collaborateurs. Perso je suis catholique de naissance mais très protestant de nature. Je ne pratique pas mais ai de nombreux amis y compris "intégristes", voire calotins (cela dit sans intentions péjoratives), et je peux t'assurer qu'il n'y a pas de racisme anti juifs au sein de cette communauté conservatrice, bien au contraire... Mais, pourquoi donc en serait-il ainsi ?

Il y a sans doute des idiots qui le sont, mais pas uniquement dans le sérail catholique, chrétien en général, tout comme sans doute, il y a, et tu es bien placé pour le savoir, des juifs intéressants et d'autres qui ne le sont pas, je fais allusion à ce qui concerne nos points de vue sur la question muridienne par exemple...

Sois rassuré, nous vous apprécions et souhaitons la même chose, sans intérêts particuliers, pour le bien de nos peuples et de nos descendants...

Amitiés à toi et à ta communauté.

Daniel.



Muridés : Terme inventé par Daniel pour désigner les Musulmans