Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2017

Une alternative crédible ?

Michel Menneson Plus aucun parti actuel Y compris et à fortirori LREM n'est crédible. Oui il faut créer un mouvement qui regroupe toutes les droites mais en se basant sur les électeurs et en proposant une alternative totale nous en discuterons le 20 et surtout pas question de perdre le moral plus de 60% des électeurs sont prêts à nous suivre pour peu que contrairement aux autres nous ayons quelque chose à dire.

Francis-claude Neri Pour l'instant mon cher Michel, je n'ai pas le sentiment que nous fassions école. Sur le groupe de NOS amis qui semblaient partant pour ce projet nous serions en fait que 4 ...Manon Heitz, Pascal Dondon, Michel Menneson, Francis-claude Neri....les autres ont soit décliné...avec une grande gentillesse, voir une certaine élégance dans le propos comme Jean Luc Potier, voire n'ont tout simplement pas répondu.
Que veux tu, il faut une sacrée volonté pour VOULOIR s'engager et changer les choses, rétablir la concorde et la cohérence entre nous et dans le pays. Ce qui est l'acte premier d'un projet ...bien entendu pour cela il faut se rencontrer c'est un acte fondateur indispensable.

Une fenêtre s'était ouverte pour le peuple avec la disparition des partis politiques et de leurs leaders.
Elle va se refermer très vite avec la prise de pouvoir de Waucqiez à LR, la renaissance partielle du FN, l'avancée de la France insoumise.
Et tout va repartir comme en 14, 39 etc.

Je n'ai pas personnellement, et malgré tout, le sentiment de l'inéluctable comme le pensent par exemple Zemmour, Houellebeck ou Jean Luc Potier qui est sur leur ligne.
J'ai bien 3 ou 4 amis hors réseaux sociaux qui se joindraient à nous, mais çà n'aurait pas de sens pour un acte fondateur de cette importance ou la communication sur nos réseaux est un élément vital.
Nous n'aurions aucune légitimité !

Un rassemblement fondateur d'un projet patriote autour d'un projet commun à élaborer ensemble n'a de sens que si tous ceux ou presque qui le veulent soient présent.
Mercredi je me rends -ironie de la chose- à Munich pour un RDV de trois jours sur l'invitation de mes amis allemands qui trouvent le concept d'info-groupe parfaitement adapté à la situation explosive d'un pays Européen.
Ils pensent par contre que les Français ne sont pas prêts car ils ne sont pas dans un état fédéral. Ils ne comprennent pas la notion de subsidiarité, de système et encore moins de structure fractale ...bref ils ne seront jamais dans le "collectif».
Nous serions par exemple incapables de faire ce qu'ils ont fait avec la RDA (réunification et alignement économique ...pour le moins)
Ils pensent que la France c'est définitivement le pays du Club Med ... (Je commence à penser qu'ils ont raison)
Ils pensent aussi qu'en France la guerre civile ethnique et culturelle aura lieu et que les Français la perdront car incapables de la prévenir et de s'unir sur un projet commun afin de se défendre.
Ils font plus confiance à la Pologne par exemple pour cela

Je ne lâche pas pour autant...je vais me donner le temps de réfléchir à une solution de continuité.

Francis-claude Neri

09 10 17

08/10/2017

Tous vendus à l’islam et à l’oligarchie

Dominic Massoubre GilletAdmin du groupe cher Francis-claude, toutes les droites sont unies dans ce groupe composé de frontistes, d'identitaires, de nationalistes, royalistes, Dupont Aignant et résistants républicains

Allan Pacouly enfin une bonne et grande initiative

Francis-claude Neri Je suis sceptique ...comme la fosse ! Les peuples peuvent s'unir pas les apparatchiks des partis et je ne suis plus mais alors plus du tout "ami" avec l'appareil du FN et de ses responsables, tous à mettre dans le même panier "corruption, concussion, malversation et prévarication"
Il n'y a AUCUNE alliance possible entre les politiques. Il y en a un ou une qui voudra avoir le leadership et la plus grosse part du gâteau et NOUS aurons les miettes, s’il en reste.
La bonne réponse c'est un mouvement en dehors des partis ...mais personne n'en veut… bien entendu ...la plupart attendent que Wauquiez prenne le pouvoir à LR et tout repartira comme avant : la gauche, la droite et l’extrême droite ...pas belle la vie ?
Sans intérêt car nous reprendrions les mêmes pour faire un tour jusqu'en 2022 et nous aurons "soumission" ...c'est écrit dans le ciel

Francis-claude Neri

8 10 17

La prévarication est une suite d'actes consistant pour le détenteur d'une charge ou d'un mandat à ne pas satisfaire aux obligations résultant de cette charge ou de ce mandat.

La corruption : Action de corrompre, de soudoyer quelqu'un : Tentative de corruption de fonctionnaire. Action de pervertir ; état de perversion : La corruption des mœurs. Vieux. Action de corrompre, état de ce qui est altéré, gâté ; décomposition : Un cadavre atteint par la corruption.

27/06/2017

Postures, attitudes, comportements

L’on vit toujours au sein d’un « système », toujours plus ou moins insupportable, base de tout contrat social.

Les deux intégrismes du monde moderne se nomment islamisme et intégrisme du marché.

Les deux intégrismes qui nous menacent seront combattus d’autant plus efficacement qu’ils seront considérés comme les deux faces d’une même médaille.

J’aimerais dire à ceux qui combattent « le système », que l’on vit toujours au sein d’un « système », toujours plus ou moins insupportable, base de tout contrat social. Et que si nos démocraties libérales ont pris une tournure proprement détestable que je combats à longueur de lignes, ce qu’elles nous ont permis d’accomplir dans le passé doit être préservé, à commencer par la liberté de le vouer aux gémonies.

Que les postures hystériques masquant la forme la plus hypocrite de conservation de privilèges soient reléguées au second plan, afin que nous puissions mener les véritables combats qui nous attendent.

Marc Rameaux

Désormais il n’y a plus une France de gauche et une de droite, mais une France des grandes métropoles et de la mondialisation heureuse ou cohabitent cadres et immigrés et l’autre France dite périphérique des petites et moyennes villes, des zones rurales éloignées des bassins d’emplois les plus dynamiques.
Ces classes populaires sont les sacrifiées sur l’autel d’une mondialisation communautariste et inégalitaire, aux antipodes des valeurs dont nous nous réclamons.

Cette parodie d’élections démocratiques achevée, c’est donc sur des  bases culturelles, éthiques, morales, sur une finalité sociale « construite » hors des partis actuels que nous devons rassembler et structurer, organiser une alternative. 

Il semble que le président Macron occulte les effets sociaux et spatiaux de la mondialisation. Il conforte ainsi le discours des classes dominantes, économiques et financières qui négligent l’intégration économique des catégories populaires et pressurisent les classes dites moyennes.
D’autre part, il va devenir de plus en plus difficile d’aborder sereinement la question des flux migratoires et du multiculturalisme
J’attends de voir avec une certaine angoisse ce que vont faire ces classes en cours de relégation et visées par un remplacement démographique, face à un système redistributif de moins en moins performant.

Nous devons apprendre à être capable de penser nos sociétés dans leur globalité, comme des systèmes complexes où les dimensions écologiques, culturelles institutionnelles et techniques s’entremêlent. L’approche globale d’un contexte local est un bon mayen d’aborder la complexité, de comprendre les liens entre les différents facteurs et de se préparer à une approche à une autre échelle.

Pour utiliser un mot à la mode dans les années 80, nos réalités sont fractales, les systèmes à petite échelle sont structurés comme des systèmes à plus grande échelle : l’apprentissage de la complexité à petite échelle est le meilleur moyen de se préparer à l’aborder à une échelle plus vaste.

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

27 06 17