Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2020

Pour régler les problèmes

La règle de base, c’est le fonctionnement comme un réseau neuronal. C’est une multitude d’individus agissant en parallèle et de manière simultanée à partir de règles simples pour faire émerger un comportement COLLECTIF « intelligent » c’est à dire à la hauteur des défis qui nous sont adressés.

Une approche à la fois locale et globale est seule susceptible de régler les problèmes locaux et globaux qui se posent à la communauté.

Ce fut l’idée centrale de la création d’infogroupes à partir de NOS réseaux sociaux.

Deux principes à appliquer :

Une organisation fractale, c’est à dire construite sur des éléments simples et répétitifs, se réorganisant à des niveaux différents pour produire une forme conservant une structure de base pouvant se reproduire à l’infini. A l’exemple des poupées gigognes !

Le principe de subsidiarité, c’est à dire l’application d’une maxime politique et sociale selon laquelle la responsabilité d'une action publique, lorsqu'elle est nécessaire, revient à l'entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. Ainsi, lorsque des situations excèdent les compétences d'une entité donnée responsable de l'action publique, cette compétence est transmise à l'entité d'un échelon hiérarchique supérieur et ainsi de suite. Le principe de subsidiarité veille à ne pas déconnecter la prise de décision publique de ceux qui devront la respecter. C'est en somme la recherche du niveau hiérarchique pertinent auquel doit être conçue une action publique.

Rédiger une nouvelle constitution à partir de ces bases devrait nous intéresser …mais pour cela il faut parvenir au pouvoir et çà c’est une autre histoire certains n’en veulent surtout pas !

Il va peut être devoir et falloir le leur arracher …le pouvoir !

Francis-claude Neri

30 03 18

La crise des subprimes, de 2008, qui était DÉJÀ une crise systémique et globale, nous avait pourtant durement avertis ...bien entendu NOUS n'avons en rien modifié NOS attitudes et NOS comportements !

Nous allons GLOBALEMENT en payer le prix et il sera élevé…

Francis-claude Neri

31 03 20

 

08/02/2020

50 % des Français !

50 % des Français sont amour et paix envers les manipulateurs, envers les victimes autoproclamées de l’islamophobie.
Les islamistes se renforcent de jour en jour. Partout la République bat en retraite : refus de surveiller les frontières, école renonçant à la laïcité, droits de séjour accordés à gogo (quand ce ne sont pas des tueurs syriens entrant comme étudiants Erasmus), permis de construire des mosquées, recrutement peu regardant dans l’armée et la police…
La soumission plutôt que la révolte, subir les insultes plutôt que faire face.
Acheter sa tranquillité en regardant ailleurs, en vaquant à ses occupations quotidiennes sans amorcer une réflexion sur la situation du pays.

Alors c’est la fin ? C’est aux municipales que nous dirons enfin OUI à la résistance « locale » pour commencer ?
Allons-nous voter à nouveau pour des maires qui accordent, par exemple, des permis et des subventions à des « associations » pour la construction de mosquées et d'écoles coraniques ?

Pour ma part, je considèrerais que ceux qui le font sont responsables, coupables et condamnables avec les élites concernées.

https://ripostelaique.com/50-des-francais-prets-a-collabo...

Francis-claude Neri
http://semanticien.blogspirit.com/

08 02 20

31/01/2020

LES QUESTIONS GENANTES...

Lorsque Marion Maréchal-Le Pen avait posé ces questions à l'assemblée la seule réponse de la ministre avait été : "Vous êtes là pour inciter à la haine et à la discrimination"...

1) Où est la justice sociale quand on repousse l'âge légal de la retraite alors que tout étranger de 65 ans n'ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit à une retraite de 780 euros par mois dès son arrivée ?

2) Où est la justice sociale quand une femme de paysan ayant travaillé 50 ans à la ferme, n'a pas droit à ces 780 euros au prétexte que son mari et elle dépassent le plafond de 1200 euros de minimum vieillesse pour un couple ?

3) Où est la justice sociale quand la sécurité sociale en faillite continue de payer à l'étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d'innombrables centenaires disparus depuis des
lustres ?

4) Où est la justice sociale quand l'Aide Médicale d'Etat soigne 220.000 sans papiers chaque année, à raison de 3.500 euros par malade, alors que la sécurité sociale ne dépense « que » 1.600 euros par affilié qui travaille et cotise ?

5) Où est la justice sociale quand des étrangers bénéficient de la CMU et d'une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n'ont pas de mutuelle, trop riches pour bénéficier de
la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s'en payer une ? 30% des Français ont différé leurs soins en 2011 !

6) Où est la justice sociale quand on sait que 10 millions de fausses cartes Vitale sont en circulation et permettent de soigner des milliers d'étrangers sous une fausse identité, au
détriment des ayants droit ?

7) Où est la justice sociale quand la France entretient des milliers de polygames, certains d'entre eux percevant plus de 10 000 euros par mois sans travailler, alors que la polygamie est interdite et que nos comptes sociaux sont dans le rouge ?

8) Où est la justice sociale quand une famille nombreuse étrangère est prioritaire pour un logement social, alors qu'un jeune couple français doit attendre sept ou huit ans son premier logement pour avoir un enfant ?

9) Où est la justice sociale quand on sait qu'un million de faux passeports, donnant droit à la manne sociale, sont en circulation sur les sept millions de passeports biométriques soi-disant « infalsifiables » ?

10) Où est la justice sociale quand un Français né à l'étranger doit prouver sa nationalité à l'administration, ce qui se traduit souvent par un véritable parcours du combattant, alors qu'on
brade chaque année la nationalité française avec des milliers de mariages blancs ?

11) Où est la justice sociale quand on veut donner le droit de vote aux étrangers, alors que nos élus ont confisqué aux citoyens leur « non » au référendum sur la Constitution européenne et que des millions d'électeurs, de droite ou de gauche, ne sont pas représentés au Parlement ?

12) Où est la justice sociale quand on accueille chaque année plus de 200.000 étrangers non qualifiés, dont notre économie n'a nul besoin, alors que la pauvreté augmente, que nous avons près de 5 millions de sans-emplois et que le chômage atteint déjà 40% chez la population
immigrée ?

13) Où est la justice sociale quand le contribuable finance des associations qui ne combattent que le racisme à sens unique alors que le racisme anti-français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite ?

14) Où est la justice sociale quand on condamne un journaliste pour avoir énoncé une vérité sur la
délinquance étrangère, alors que des rappeurs incitant à la haine ne sont jamais inquiétés au nom de la liberté d'expression ?

15) Où est la justice sociale quand la délinquance explose et que les droits des voyous passent avant ceux des victimes ?

Car si l'intégration a totalement échoué, c'est tout simplement
parce que nos dirigeants ont confondu antiracisme et acceptation de l'autre, avec le renoncement à nos valeurs. Il ne fallait rien changer au moule républicain qui a permis depuis des siècles à des millions d'immigrés de devenir des citoyens français. Les règles d'intégration qui ont fait leur preuve avec des générations d'immigrés étaient la force de la République. La faute majeure de nos élus est de les avoir ignorées.

Jean Louis Trainar

31 01 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/