Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2022

Nous enseignants avec Zemmour

Nous  pensons qu'Éric Zemmour peut porter le projet d'une école de l'excellence pour tous»

Les enseignants avec Zemmour ont lancé leur site internet www.lesprofsaveczemmour.fr .

L'école républicaine, telle que la concevait la tradition française, a cessé d'exister. L'alliance des libéraux de droite et des libertaires de gauche, comme l'écrivait Éric Zemmour dans son Suicide français, aura eu sa peau. Il suffit pour s'en convaincre d'écouter les airs qu'on fredonne avec contentement au ministère de Jean-Michel Blanquer : autonomie des établissements, discrimination positive, inclusivité, et même multiculturalisme...

L'essor des établissements privés – à qui l'on ne reprochera pas d'avoir voulu préserver une forme d'excellence au milieu du marasme général – dit bien en revanche que cette nouvelle école est avant tout une école de la relégation sociale, du renoncement à la transmission et de l'idéologie post-républicaine, mélange de catéchisme victimaire et de propagande progressiste. En attendant que la vague woke et sa cancel culture, venue d'outre-Atlantique avec ses bâillons et ses autodafés virtuels, emporte ce qui reste...

L'école française avait pourtant été le lieu d'une promesse, incarnée au début du siècle dernier par ces instituteurs que Charles Péguy nommait les «hussards noirs», jeunes soldats de la République dont l'écrivain jugeait le combat digne de ceux de la Grande Armée : instruire le peuple, permettre aux plus méritants de s'élever, et surtout, faire aimer la France. Les murs mêmes de cette école matérialisaient un espace sacré qui aurait dû, pour reprendre les mots de Jean Zay, ministre de l'Éducation nationale en 1936, «rester l'asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas».

Il y a de quoi écarquiller les yeux lorsque l'on songe que, l'année dernière, en France, notre collègue Samuel Paty a été décapité pour blasphème à la sortie de son collège. Lui était resté fidèle à cet esprit des Lumières qu'on s'empresse sans cesse d'invoquer, surtout contre le christianisme et l'héritage catholique de la France, pour l'oublier aussitôt face à l'obscurantisme islamique qui interdit à une partie de nos élèves de s'assimiler à notre communauté nationale et à notre imaginaire républicain. Les hussards d'aujourd'hui ne portent plus l'habit noir, mais sont en deuil.

Quel professeur n'est pas dépité par la faiblesse du niveau de ses élèves ? Les scores soviétiques du brevet et du baccalauréat, véritables mensonges d'État, ne changent rien à ce que chacun constate dans ses classes et que toutes les études internationales confirment : nous avons décroché, complètement, et le niveau de maîtrise des savoirs fondamentaux s'est effondré. Où sont donc à présent les universitaires bien-pensants qui, à travers des publications aux titres galiléens, comme «Et pourtant ils lisent !» ou bien «Le Niveau monte», renvoyaient l'expérience douloureuse de milliers d'enseignants à une forme d'obscure myopie réactionnaire ?

Quel professeur n'a pas subi l'inanité des innovations pédagogiques ? Elles devaient mettre l'élève au centre de l'école afin qu'il façonne lui-même son savoir : il façonne très bien lui-même son ignorance, tandis que l'enseignant joue le rôle d'animateur scolaire. L'abandon, par dogmatisme, de la méthode syllabique dans l'apprentissage de la lecture, ou de l'enseignement explicite de la grammaire, a également contribué à l'émergence d'un nouvel illettrisme. Les copies, même celles des élèves censés être les meilleurs, à l'université ou en classe préparatoire, en portent les stigmates. Comme le résume Éric Zemmour, on a troqué nos méthodes traditionnelles, qui font aujourd'hui le succès du système éducatif des pays asiatiques, contre des chimères qui nous condamnent au déclassement.

Quel professeur n'a pas constaté, dans sa pratique, les échecs désastreux du collège unique ? Qui ignore encore que l'hétérogénéité des classes est telle que la différence de niveau conduit automatiquement au nivellement vers le bas ? Ou qu'un seul élève peut empêcher le cours de se dérouler, l'exclusion étant quasiment interdite ? Là encore, on sacrifie la réalité aux principes par égalitarisme, alors qu'une approche pragmatique des parcours permettrait de ne plus faire subir à ces élèves une scolarité pour laquelle ils ne sont pas adaptés et qu'ils font payer à leurs camarades et à leur enseignant.

Quel professeur enfin n'est pas révolté par le délitement du cadre scolaire et l'explosion de la violence dans les établissements ? Qui n'a pas été témoin de l'impuissance des directions face à la judiciarisation des conseils de discipline et à l'injonction constante du « pas de vagues » des circulaires rectorales ? Rappelons une évidence : une atmosphère studieuse et apaisée est la condition sine qua non de la réussite de nos élèves, en particulier des plus faibles.

C'est pourquoi nous en appelons à la conscience professionnelle de tous les acteurs de notre école, de tous nos collègues qui sont scandalisés par cet état de fait, et ne s'y résignent pas.
Nous, instituteurs, professeurs du secondaire et du supérieur, assistants d'éducation, PsyEN, CPE, chefs d'établissement, appelons de nos vœux une grande réforme de l'Éducation nationale fondée sur le mérite, l'excellence, et l'autorité. Nous croyons que l'élection présidentielle de 2022 est une occasion décisive pour la mettre en œuvre. Éric Zemmour a eu le courage, ces vingt dernières années, malgré les aveuglements et les dénis, de dénoncer publiquement ce que nous dénonçons ici ; il semble bien être le seul ayant la capacité et la volonté d'incarner cette politique et de la mettre en œuvre.
Nous portons le projet d'une école de l'excellence pour tous, en fonction des capacités et de la singularité de chacun. Le rétablissement de l'exigence et de l'autorité, dans les filières générales comme dans les filières professionnelles, en est la première condition : aucun élève doué ou méritant ne doit plus craindre de s'engager dans la voie qui lui convient.

Nous appelons l'ensemble de nos collègues, et plus largement encore tous ceux qui n'ont pas renoncé à la grandeur intellectuelle de la France et de ses élites, au prestige de ses métiers, et à l'école républicaine qui en est la matrice, à s'investir dans la campagne pour une candidature d'Éric Zemmour, et à porter celui-ci jusqu'à la victoire.

Tribune Portée par Pierre Miscevic, Professeur de lettres classiques en khâgne et ex-Collectif Racine & Martial Bonnet, Professeur agrégé de lettres modernes.

Cygne Noir

Francis-Claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

17 01 22

19/12/2021

Migrations

Les migrations massives ne sont bonnes pour personne. Ni pour le pays d'origine qui perd ses forces vives et intellectuelles, ni le pays d'accueil qui doit, de fait, abandonner sa culture au profit d'une société multiculturelle qui, on le sait, ne marche pas et crée des tensions et du racisme. Qu'on s'occupe enfin d’acculturer et d’inculquer nos valeurs, nos codes, nos lois et nos pratiques à des familles qui sont déjà présentes depuis plusieurs décennies maintenant, toutes origines confondues, il y a fort a faire !

Les migrants ne sont utiles qu'à une chose : main d'œuvre bon marché. Tu n'acceptes pas tes conditions de travail et tu trouves que ton salaire est trop bas ? Ce n’est pas grave, Mokthar ici présent, fraîchement débarqué du Moyen-Orient (par exemple), lui, les accepte sans broncher, sans manifester.

Les Français (et autres peuples européens) manifestent pour la conservation de leurs droits et de leurs avantages sociaux. Les migrants ne le feront jamais, trop contents qu'ils sont de pouvoir résider en Europe. Ramasser les poubelles à Paris, Berlin ou Londres.

Voilà pourquoi nos politiciens et la caste financière veulent des migrants. Pas par philanthropie et bon sentiment, juste pour de la main d'œuvre bon marché. ET la France périphérique peut crever.

Six millions de chômeurs, 5 millions de précaires ... Il faut en rajouter une couche? Cela n'a pas suffi la traitrise de Pompidou et de VGE ?

Les migrations massives ne sont pas un problème en soi. Ça dépend des circonstances. En cas de très grande baisse démographique, c'est même désirable. C'est un problème aujourd'hui dans un pays comme la France. Alors il y a des pays qui peuvent dire légitimement que l'immigration est une chance...à la condition qu’elle soit choisie.

Mais les pays qui ont un problème démographique, c'est parce que leurs dirigeants l'ont voulu. Il suffit de faire une politique qui incite les gens à faire des enfants mais à ce moment là, pas d'immigrés pour faire le travail et se substituer aux autochtones .

Et la, ça ne va plus du tout… l'immigration doit être choisie et ciblée en rapport avec les besoins stricts du pays.

Ici et là !

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

25/11/2021

Le journal du Cygne Noir N° 150

Le journal du Cygne Noir
 Des Signaux faibles qui peuvent devenir signifiants
N°150

Jeudi 25 Novembre 2021

01-La France abandonnée
Daniel Dugléry, interrogé par son complice l’ex-avocat Michel Peisse, brosse le portrait de la France abandonnée par la plupart de ses « élites » de tous ordres : économiques, financières, administratives, médiatiques etc.
Elles l’abandonnent à tous les vents de la démagogie et du laxisme, en particulier son appareil sécuritaire.
L’origine de ce délabrement est à rechercher dans le sectarisme des années Mitterand où le pouvoir, se défiant de la hiérarchie policière qui ne lui était pas acquise à laissé libre cour aux ayatollahs du syndicalisme.
La paralysante cogestion de l’administration policière vient de là !  

02-La gauche est responsable de l’insécurité en France
Elle en prend pour son grade la gauche « prébendière ». Les associations qui pilonnent la police à longueur de temps, leurs thèses indigénistes et racialiste, l’inflation législative et normative, le communautarisme, les voyous, les salafistes. Même s’il ménage les juges, il rappelle que la France n’en compte que 8000, que c’est deux fois moins que la moyenne européenne et leur indulgence envers l’immigration incontrôlée et délinquante devrait être soulignée ainsi que le lien entre cette immigration et la délinquance.

Cela manque dans cet ouvrage. Envie de ménager des ex collègues ? Pourtant il ne fait pas de cadeau à Jack Lang qui écrivait en s’inquiétant du déficit des aumôniers musulmans : « Ils sont moins nombreux alors que l’on estime qu’en moyenne les détenus de culture musulmane représentent prés des deux tiers de la population carcérale ».
Il ne manque pas d’air le Jack Lang.

03-Les remèdes selon Dugléry
Il propose quelques innovations, comme la création au parlement d’une commission permanente de la sécurité intérieure qui travaillerait sur la planification et les réformes car il considère que les gouvernements sont enfermés dans l’urgence- moi je dirais plutôt dans l’incompétence-.
Pour le reste rien que de très classique : construire des places de prison en plus et des centres fermés pour mineurs délinquants, réhabiliter les peines plancher, réhabiliter la double peine abolie par Sarkozy (faut pas l’oublier celui là).
Bon il prend la peine de souligner les dernières inflexions sécuritaires d’Emmanuel Macron en disant qu’elles arrivent bien tard …c’est le moins qu’il puisse faire.
« Halte à l’insécurité »
Par Daniel Dugléry
Editions saint Honoré

04-Oui la France est faible Mr Dugléry
Elle est faible à cause de ses élites de gauche comme de droite qui depuis 50 ans font des « bons sentiments » en voulant accueillir en France « toute la misère du monde » au détriment de ceux qui ont fait « ce pays ».

Ils rêvent d’une société aseptisée et sous contrôle de l’Etat. Comme tout régime qui vise au totalitarisme ils « pensent » droits de l’homme et en particulier de l’homme africain dont ils accélèrent la colonisation de la France au nom de l’amour de l’autre et de la non- discrimination.
Alors nous pouvons bien construire de nouvelles prisons mais elles ne seront jamais suffisantes si nous ne cessons pas le « suicide migratoire français », ne fermons pas nos frontières et cessons de compter sur l’UE et Frontex pour cela !

05-Situer : De Gaulle et Zemmour
Il y a 51 ans que De Gaulle nous laissait. Jamais celui ci qui savait l’incompatibilité de l’Islam avec la France et ses valeurs, en quittant l’Algérie en urgence, n’aurait eu la naïveté de croire en un « vivre ensemble » des deux « civilisations »
Mais ce temps est venu, la France est déjà pour partie musulmane. L’islam est la deuxième religion du pays. Si Eric Zemmour n’est pas en capacité de mettre fin à la religion des droits de l’homme et à ses effets suicidaires pour la nation, la France - la Notre- ne sera plus qu’une coquille de Bernard -l’Ermite, un lointain souvenir.                

  www.facebook.com/groups/horizon2022/

…………………………………………………………………………………………………