Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2020

Nathalie MP Meyer

leblogdenathaliemp.c... que je vous invite à suivre !

Un exemple !

Trois petits mots sur les élections américaines de 2020

Un extrait !

Discrimination positive

En Californie, 40 millions d’habitants, la nette et prévisible victoire du candidat présidentiel démocrate Joe Biden n’a pas empêché les électeurs d’écarter sans ménagement la « proposition 16 » qui visait à introduire un principe de discrimination positive pour les femmes et les minorités dans leur accès aux emplois publics et dans les universités.

Malgré un budget colossal consacré à la promotion du projet et un soutien de toute la gauche californienne, dont la co-listière de Joe Biden Kamala Harris, il semblerait que le rêve américain d’une égalité de traitement basée sur le mérite de chacun et non sur son genre ou sa couleur de peau soit plus vivant que jamais.

10 11 20


Et n’oubliez pas de visiter le mien de temps en temps en lien avec ma page Facebook
( Francis-claude Neri ) l’alimentant de VOS commentaires éclairés.

Merci !

http://semanticien.blogspirit.com/

Francis-claude Neri

 

18/10/2020

Israël et les arabes

Les arabes étaient depuis des siècles en Espagne et ils furent virés, exterminés ou convertis

Malheureusement les juifs avec.

Mais ces derniers étaient et sont toujours comme culs et chemises avec eux

Charlie Lebeau

C'est VOTRE interprétation Mais il me semble que la réalité est plus complexe. Pour ma part, je considère qu’Israël EST le fer de lance de l'Occident au moyen orient et que malheureusement depuis 1973 (en gros) la France ne soutient plus Israël pour des raisons purement pétrolières. Les grands responsables en sont Giscard et son premier ministre de l'époque : Chirac.

Ils signèrent le fameux pacte "immigration contre pétrole", le regroupement familial etc.

Ce sont eux les « responsables et coupables » du désastre actuel ...le drame c'est que comme bien d'autres ils mourront tranquillement dans leur lit ...pour l'un d'eux c'est déjà le cas et avec les « honneurs de la « nation » !

Dans la guerre qui vient contre un certain monde arabo-musulman et va déterminer NOTRE avenir, l'alliance avec Israël sera déterminante ....Eux connaissent bien l'ennemi et savent pourquoi et comment il faut le combattre.

Mais l’alliance avec Israël, et la réalité du monde qui vient, ne pourra se faire si nous continuons à placer au pouvoir des individus qui ne pensent qu’à poursuivre l’effondrement de l’Etat, le dévoiement des élites, les dérives gauchistes, mondialistes et islamistes.

Il nous faut appeler massivement à des actions « citoyennes, civiques et civiles » de soutien à la poursuite des objectifs qui permettront l’accès au pouvoir des « patriotes » et « souverainistes » en faisant fi de la concurrence entre les partis politiques.

C’est notre seule chance de survivre en tant qu’individu, peuple, nation au cataclysme qui vient !   

18 10 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

11/10/2020

La carte et le territoire

La célèbre phrase “la carte n’est pas le territoire” ne vient pas d’un géographe, mais du fondateur de la “sémantique générale”, Alfred Korzybski, dans les années 1930.

Elle signifie que la représentation ne peut pas être ce qu’elle représente, parce que sa fonction même est d’appliquer des filtres pour rendre cet objet intelligible.

Elle exprime un espoir : le monde est toujours plus riche que ce que vous croyez ; il existe toujours d’autres possibilités que celles que vous pouvez percevoir et même concevoir ; il y a toujours quelque chose à découvrir.

L’expression sensible du monde livrera toujours autre chose que sa simulation ou sa représentation. Mais la nouveauté d’aujourd’hui tient peut-être à ce que désormais, l’inverse est aussi vrai.

On vit dans les cartes de mondes virtuels ; on l’enrichit ; on la partage ; on la clique ; on la tisse avec le territoire sensible; on la déforme pour imaginer et débattre d’avenirs possibles…sur Facebook et bien d’autres « réseaux ».

Et ce sont nos « avatars » qui vivent et interagissent au point que nous hésitons à rencontrer « l’autre » réellement et construire du réel « avec » lui 

Serions-nous l’interface intuitive entre la réalité et sa transposition ?

Voyons nous avant les autres que les anciennes représentations ne fonctionnent plus  et que les nouvelles n’ont pas encore pris corps 

L’art du cartographe virtuel serait il de saisir la nature des changements qui flottent encore confusément dans l’atmosphère d’une époque, de s’en emparer et par la magie de son art, entre autre de la communication, les rendre réels ?  

Nous sommes devenus des « cartographes » des fabricants de territoires.

Nous inventons la réalité, voulons rendre compte du monde « nouveau » qui naît sous nos yeux, en dégager les principales tendances, les courants et contre courants.  

Mais de ce magma en ébullition, nous pensons offrir une copie objective. Il n’en est rien. Nous  réinventons une vision du monde.

Ce qui ne veut pas dire que notre monde n’est pas important,  mais la « réalité » du monde réel est mouvante, multipolaire, complexe et elle correspond rarement avec la notre. 
L’homme n’arrive pas à recréer le lien entre la carte qui figure le territoire  et le territoire lui-même. Rien de surprenant : « Le mot n’est pas l’objet », comme «  la carte n’est pas le territoire ».

Le monde est toujours plus riche que ce que nous croyons.

La carte donne les clés pour entrer dans le territoire et constitue une des grilles de lecture possibles pour le comprendre.

C’est une représentation située entre la réalité et l’image mentale, l’interprétation visuelle du cartographe dont le cerveau opère des choix.

Il voit le terrain et en lit les matières premières fondamentales pour produire la carte, influencé dans son approche par son système de valeurs et de connaissances.
Ce qu’il décrit n’est pas ce qu’il voit. Son « interprétation » exagère, en forçant le trait, les phénomènes qu’il souhaite mettre en valeur.

Dans sa vision du monde, l’essentiel est que l’image qu’il en donne fasse comprendre les enjeux politiques de la régulation et du contrôle d’une région, d’un groupe, représente les désirs de puissance, les alliances possibles ou incertaines,  les conflits culturels, économiques, écologiques, les migrations, les occupations de territoires stratégiques ; bref, tout ce qui structure la rapide recomposition de ce monde en émergence et préfigure les conflits à venir.

De tout temps, les hommes ont cherché à représenter la réalité de leur environnement. Pour autant, toute représentation du monde ne déforme t’elle pas sa réalité ?

Un sondage d’opinion au cours d’une élection est une « carte ». Mais  « la carte  n’est pas le territoire ». Elle en est tout au plus une représentation ou une « perception ».
Cette carte n’offre aux yeux du public que ce que le sondeur  (ou ses commanditaires) veut montrer. Elle ne donne qu’une image tronquée, incomplète, partiale, voire trafiquée de la réalité.
Voilà de quoi sonner le glas des illusions de cette partie du public qui lit la carte des sondages comme un fidèle reflet de ce qui se passe sur le terrain.
Tous ces « sondages »  font l’objet d’une pensée et d’une construction minutieuses, chacun de leurs éléments étant soigneusement choisi : certains sont renforcés, d’autres disparaissent. Sur le chemin qui le mènera du territoire à sa représentation, le sondeur  n’évitera pas les pièges, supprimera ou dissimulera les objets qui le gênent et en caricaturera d’autres susceptibles de servir son message
La carte offre une représentation tronquée de la réalité, sur laquelle on ne peut tout transposer. Son créateur synthétise, simplifie, renonce. Il sélectionne, de manière théoriquement raisonnée, les éléments qu’il veut cartographier, mais en réalité son choix découle de l’état de ses connaissances, de sa sensibilité et de ses desseins... Il propose un document filtré, censuré, qui témoigne plus de sa manière de concevoir le monde que d’une quelconque image transposée.
La carte, envisagée comme instrument politique, constitue par excellence le lieu de toutes les manipulations, des plus grossières aux plus subtiles. Discrète, apparemment inoffensive, elle peut ainsi se transformer en redoutable instrument de propagande que les puissances étatiques et économiques contemporaines utilisent sans scrupule pour imprimer leur vision idéologique. Les petits arrangements avec la vérité servent alors la raison d’État.

Ceux qui servent cette « raison » d’Etat sont rodés à cet exercice depuis une éternité et depuis une cinquantaine d’années les outils qu’ils emploient sont de plus en plus sophistiqués.
Alors avons-nous encore une chance de rester libres, conscients et « maneuvrants ».
Saurons-nous imposer notre vision du monde, un monde virtuel à transposer dans le réel ?
C’est le moment de se poser la question et surtout d’y répondre !  
NOS réseaux seront incontournables, ils feront la différence par la connaissance des « systèmes », de leurs interactions, de la modélisation « horizontale » et à partir du « local » !

La carte mentale qui me fait « bouger » : La France peut rapidement ressembler au Liban. Dans certaines « zones » en France c’est le cas, et « l’appariement sélectif » est en cours comme dans « Le camp des saints ». 
Il faut imaginer notre fin possible, en tant qu’individu, groupe, voire espèce, par simples « rétroactions »

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

11 10 20  

Librement inspiré d’un article consultable dans les archives du Diplo via le lien :
http://www.monde-diplomatique.fr/2006/02/REKACEWICZ/13169