Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2020

Philippe Séguin

« Un regard lourd et désapprobateur sur ce que la droite est devenue »

Gaulliste social, Philippe Séguin, partisan emblématique du "Non" au référendum sur le traité de Maastricht, ancien président de l'Assemblée nationale (1993-1997) et ancien président du Rassemblement pour la République (RPR), Philippe Séguin s'est éteint le 7 janvier 2010.

Que reste-t-il de ses combats politiques ?

Philippe Séguin a tenté, en vain, d’empêcher qu’une exception française soit éradiquée : l’existence d’un mouvement gaulliste, transcendant le clivage droite-gauche. En quelque sorte, Jacques Chirac, Edouard Balladur et Alain Juppé souhaitaient mettre la droite française aux normes internationales dès 1989 en rapprochant le RPR de l’UDF, sachant que c’est globalement sur les idées de cette dernière que devait se faire ledit rapprochement.

Aidé par Charles Pasqua, Séguin s’est battu corps et âme, parvenant même à devenir président du RPR en 1997.

Il a échoué, le RPR fusionnant avec l’UDF en 2002 dans l’UMP. La question européenne était l’une des clefs de ce rapprochement. Un RPR gaulliste avait évidemment tout pour s’opposer au traité de Maastricht.

Séguin et Pasqua furent à deux doigts d’empêcher sa ratification en 1992, emmenant avec eux les plus gros bataillons des adhérents et de l’électorat du RPR. Pendant que Chirac, Balladur et Juppé se prononçaient pour le "Oui".

Du moment que le mouvement gaulliste avait disparu en 2002, Séguin a quitté la politique, expliquant clairement dans ses mémoires que cette disparition en était la cause.

La bataille de Maastricht a été la première étape d’un processus qui a façonné la nouvelle géographie politique et idéologique que nous connaissons depuis 2017. Pour une bonne part, la carte du "Oui" de 1992 se superpose avec celle du "Oui" du référendum de 2005 et celle du macronisme aujourd’hui.

Pareil pour la carte du "Non" de 1992 et 2005 et celle de ce que Jérôme Sainte-Marie nomme le "bloc populaire" (versus le "bloc élitaire") depuis 2017.

Il n’est donc pas étonnant que parmi ceux qui refusent l’Union européenne telle qu’elle a été construite depuis trente ans, beaucoup se retrouvent dans un personnage qui, pour l’essentiel, a fait figure de visionnaire.

A droite, il n’a pas été écouté. Je pense même trahi. Toutefois, des hommes se réclamant de lui et dont il avait été proches ont été à la manœuvre notamment dans le quinquennat Sarkozy. Alors que François Fillon était Premier ministre et souhaitait un plan de rigueur drastique, c’est Henri Guaino, conseiller spécial du Président (et qui avait mis la main à la pâte pour le fameux discours du 5 mai 1992), qui a influencé Nicolas Sarkozy dans un sens tout à fait différent, symbolisé par le discours de Toulon.

Fillon et Guaino avaient, tous les deux, été proches de Séguin et pourtant ils préconisaient des solutions aux antipodes. Philippe Séguin ne s’est pas exprimé à l’époque. Personnellement, je considère qu’il était en phase avec Henri Guaino.

Aujourd’hui existe-t-il encore de Séguinistes ? A part Patrick Escudier et moi !

18 08 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

16/06/2020

Le suicide Français

Écoutons (à nouveau) Eric Zemmour !

Il est sain d’être lucide, de faire un retour sur les évènements passés, de mesurer les avancées ou les reculs du « mal » et se fixer de nouveaux objectifs !
Reconnaissons qu’avoir porté Mr Macron et ses amis au pouvoir EST l’expression même du mal et qu’il est urgent de mettre fin à cette triste parenthèse de l’Histoire de notre pays.
Parenthèse qui à déjà duré 40 ans.


Persister dans l’erreur SERAIT diabolique, suicidaire. La guerre ethnique actuelle entre Tchétchènes et  Maghrébins le démontre à l'évidence.


Il faut en finir avec CE pouvoir responsable et coupable. 

https://www.youtube.com/watch?v=hLG2GNpylvo

16 06 230

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

21/05/2019

La « bien-pensance » et le vote R.N.

La « bien-pensance » qui sévit dans le monde occidental propage un aveuglement qui permet à l’islam de se répandre sur la planète.

Elle triche sur l’islam dans le cadre de cet aveuglement, en dépeignant celui-ci comme imprégné d’un esprit de paix et de fraternité, alors qu’il est surtout un dogme guerrier incitant au meurtre et au massacre, et que ses victimes chaque année se comptent par milliers sur toute la surface de la terre.

Elle se fait ainsi complice des crimes et des massacres déjà commis et de ceux qui se produiront dans le futur.

C’est la meilleure formule pour une DÉFAITE assurée de l’Occident et de ses valeurs. Nous sommes de plus en plus PROCHES de cet événement au retentissement le plus important que nous ayons vécu lorsque la SOUMISSION des pays occidentaux sera accomplie.

Ces poltrons juifs et chrétiens de gauche, du centre, comme d’une certaine droite sont terrorisés par l’islam et ne veulent surtout pas s’opposer à lui. C’est tellement lâche et stupide que je n’arrive pas à me persuader qu’il s’agit de seulement cela !

Est-ce moi qui me trompe ?

Y a-t-il autre chose derrière ce soutien à l’islam?

Peut-être de la corruption ?

Y aurait il une conjonction d’intérêts entre la gauche mondialiste et multiculturaliste et la droite qui fait ami –ami avec les pays musulmans comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis etc. ?

Que de questions sans réponses ….et qui le resteront si nous votons A NOUVEAU le 29 mai pour ceux qui depuis 40 ans nous servent toujours la même soupe « bien pensante ».
Disons nous une bonne fois pour toute que ceux qui sont responsables du désastre ne peuvent faire partie de la solution.

Et la solution ce peut être le vote R.N. avec en prime la possibilité de nous débarrasser de Monsieur Macron.

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

21 05 19