Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2020

Une démarche systémique

« Système » : Ensemble d’éléments en interaction dynamique orienté vers un but. La finalité d’un système « est » de conserver SA structure.

Analyse qui complète-s’oppose aux méthodes «classiques».

Méthodes classique : Les différents éléments sont isolés, appréhendés les uns indépendamment des autres : c'est la méthode analytique (Aristote-Descartes)

Approche globale : Une vision globale des problèmes étudiés. Une prise en compte des interactions- rétroactions entre les différents éléments composants un « système ».

(Voir les « 7 problématiques)

C'est l'approche systémique. Les 3 grands principes de la démarche

S'élever pour mieux voir afin de discerner tous les éléments qui composent «l’objet», l’objet étant considéré comme une structure (un ensemble) -schéma heuristique- réseau).

Relier pour mieux comprendre afin de discerner les interactions des éléments entre eux (considérés comme « signifiants ») - Les nœuds de communication- les supports de l’information-

Situer pour mieux agir afin d’agir sur les éléments constitutifs de la structure (les nœuds - les supports)

S’élever pour mieux voir :

Nous nous devons d'évoquer, de désigner TOUT ce qui constitue - que nous considérons comme -  les éléments clés de la problématique à analyser ainsi que les LIENS avec les autres problématiques - recherche d’une information - factuelle- vérifiée.

Exemple 1 : Quels sont les liens entre immigration de peuplement et islamisme ? -choisir son entrée- (dans ce cas c’est immigration)
Exemple 2 : Quels sont les liens entre économie et guerre-islamisme-surpopulation-immigration (dans ce cas l’entrée c’est économie).

Relier pour mieux comprendre

Nous devons retraduire- nommer-les relations-rétroactions-circularité- entre tout ces éléments  (identifiés) qui constituent le système (en faire le schéma heuristique [1]- la carte du « territoire »-).

Note : C’est à partir de ces éléments que l’on peut établir des prospectives (signaux faibles-approche Bayésienne)[2]

Situer pour mieux agir :

Nous devons agir avec discernement sur les aspects structurants qui constituent le système (plan d’actions) afin de le faire évoluer - changement vers la finalité- objectif(s)  fixée(s).

Action : Dans le contexte actuel et compte tenu de TOUS les éléments constitutifs du « Système France », pour quelle(s) raison(s), comment, avec QUI et quels moyens- n’importe quels moyens ?- le faire évoluer  pour le bien et les intérêts de ses éléments-citoyens constitutifs.(Quels éléments-citoyens- les nationaux ?)
Je propose une action-réaction partant du local (localisme) vers une structure « fractale »[3] et d’une organisation ayant des supports et des nœuds de communication d’esprit « subsidiaire »[4].

Les 7 problématiques :

1) Gestion des ressources, décroissance
2) Absence de régulation, de contrôle et de remédiation
3) Surpopulation
4) Immigration
5) Islamisation
6) Union européenne
7) Mondialisation, globalisation

Exemple :

Immigration. Sur 830 000 naissances recensées en France en 2006
165 000 venaient de l’immigration. Le taux de fécondité des maghrébines était de 2,7, des noires d’origine africaines de 4,2.
Actuellement 40 à 45 % des jeunes sont d’origine Afrique noire, Maghreb, Turquie  

A partir de cette « entrée » examinons (sans moralisme) les relations, les interactions et les rétroactions entre les 6 autres problématiques et, si nous resterons impuissants sur le plan « Européen et mondial », nous saurons que faire sur le plan local /régional /national).
Une alternative possible : Révolte
 : -Action Citoyenne -civique et civile-

1- Action violente par laquelle un groupe se révolte contre l'autorité politique, la règle sociale établie ?
2- Attitude de refus et d'hostilité devant une autorité, une contrainte ?

Esprit de révolte. Qui est en révolte (contre l'autorité, le pouvoir).
Synonymes : indignation, insurgé, rebelle
Qui a une attitude d'opposition.

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

15 11 20

[1] Une carte heuristique, carte cognitive, carte mentale, carte des idées1, ou encore schéma heuristique, est un schéma, supposé refléter le fonctionnement de la pensée, qui permet de représenter visuellement et de suivre le cheminement associatif de la pensée. Le terme anglo-saxon mind map est également parfois utilisé en français. Cela permet de mettre en lumière les liens qui existent entre un concept ou une idée, et les informations qui leur sont associées.

[2] L'inférence bayésienne est une méthode d'inférence par laquelle on calcule les probabilités de diverses causes hypothétiques à partir de l'observation d'événements connus. Elle s'appuie principalement sur le théorème de Bayes.

[3] Une « système » fractal est un objet qui présente une structure similaire à toutes les échelles. C'est un objet  «infiniment morcelé » dont des détails sont observables à une échelle arbitrairement choisie.
(Ville-département-région-pays etc.)

[4] Le principe de subsidiarité est une maxime politique et sociale selon laquelle la responsabilité d'une action publique, lorsqu'elle est nécessaire, revient à l'entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. Lorsque des situations excèdent les compétences d'une entité donnée responsable de l'action publique, cette compétence est transmise à l'entité d'un échelon hiérarchique supérieur et ainsi de suite. Le principe de subsidiarité veille à ne pas déconnecter la prise de décision publique de ceux qui devront la respecter. C'est en somme la recherche du niveau hiérarchique pertinent auquel doit être conçue une action publique.

27/10/2020

Pensée système

Pendant que le pouvoir antinational ordonne aux #FDO d’évacuer manu militari un bar au prétexte de #COVID19, il laisse plus de 5000 #guineens (!!) manifester au #trocadero sans être inquiétés.
« Pour ne pas stigmatiser ni attiser la haine ».
Jean Messiha

Qui nous invite ainsi à penser hors de l’ordre.

De l’activisme fractal à toutes les échelles.

Ne pas opposer le concept et la pratique, penser « système » !

Pensée système  (exemple d’application)

http://erfan-grenoble.fr/sites/default/files/2018_vers_un...

Tout se boucle dans un système et tout se boucle entre les systèmes, exemple : retraites, assurances maladies, assurance chômage, immigration et bien entendu économie, finance, écologie etc.

Les 3 grands principes de la démarche

1) S'élever pour mieux voir afin de discerner tous les éléments qui composent «l’objet», l’objet étant considéré comme une structure

2) Relier pour mieux comprendre afin de discerner les interactions des éléments entres eux

3) Situer (distinguer) pour mieux agir afin - ensuite - d’agir sur les éléments (subordonnants) …signifiants… de la structure

Les nœuds de communication
Identifier et décrire les relations entre tous les éléments du système à partir des « nœuds » de communication et d’interaction.

Voir réseaux :  

https://core.ac.uk/download/pdf/130192071.pdf   

Faire un choix pour distinguer les plus signifiantes concernant la (ou les) problématique à analyser. Par exemple : « l’islamisation de la France ».

Les 7 problématiques :

1) Gestion des ressources, décroissance
2) Absence de régulation, de contrôle et de remédiation
3) Surpopulation
4) Immigration
5) Islamisation
6) Union européenne
7) Mondialisation, globalisation

Situer pour mieux agir
 :

Une réflexion s’impose afin de décider sur quoi agir pour atteindre des objectifs : Par exemple : l’immigration , le regroupement familial, les mosquées, l’UOIF etc. etc.

L’agir : Le faire avec discernement sur les aspects structurants qui constituent le système  individu, groupe, entreprise, ville, institution etc. (local, régional, national, international)

Le processus
Dire pour quelle finalité, avec qui, comment et quels moyens.

Finalité
Objectifs
Moyens
Contrôle

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

27 10 20

 

24/10/2020

L'humanité n'a pas de plan

L'humanité n'a pas de plan, si jamais elle avait eu un plan ça se saurait.  Malgré cela l'histoire a permis à des systèmes d'émerger.

Aucun de ces systèmes n'a jamais été vraiment bon, ni totalement efficace, ni entièrement bien, ni entièrement mal intentionné.

Jusqu'ici il existait plusieurs manières d'en mesurer les qualités et les défauts, mais la guerre avait toujours été le moyen ultime de donner, sur au moins un critère, une conclusion objective à la comparaison...

Il y a des naïfs qui y croient mais en général les bonnes idées servent principalement, voire uniquement trop souvent, à manipuler les masses.
C'est en quelque sorte la carotte mais le bâton n'est jamais très loin et il s'abat toujours sur les mêmes, sauf depuis qu'on s'est cru capable de construire un système dans lequel aimer l'autre deviendrait le dogme et entretenir un mythe positif de sa différence, le culte.

Dans un tel système on remplace les luttes verticales par les luttes qu'on voudrait les plus horizontales possible.

Encourager des différences spécifiques, choisies, minoritaires, tout en inhibant les manifestations d'une identité majoritaire consensuelle et faire en parallèle du territoire un concept, c'est à dire une carte, tout en prétendant faire de l'individu un concept aussi, en parlant de citoyenneté, de laïcité, de genre, tout en invitant ces différences socialement incompatibles à "vivre ensemble", relève du domaine de l'injonction paradoxale et ne peut qu'aboutir à des tensions, des replis, des éclatements et des partitions.

De ce point de vue la violence n'est qu'un révélateur, un symptôme, le mal est ailleurs et il est profond.  Il faut donc imaginer et craindre que les solutions ne pourront être que radicales et probablement violentes, d'autant plus violentes qu'on aura plus attendu.

 

François Amsallem
24 10 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/