Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2017

Chère Marine Le Pen,

Je me fais l’écho de nombreux amis qui seraient à deux doigts de basculer en votre faveur, mais que la peur d’une sortie de l’euro dissuade encore. Tout le monde ne lit pas les travaux de Stiglitz qui théorisent l’incongruité de la monnaie unique, son effet ravageur sur les économies de la zone euro, et son avenir bien funeste lié aux dettes souveraines que ce « modèle monétaire » n’a eu de cesse d’augmenter, jusqu’à prendre les peuples souverains à la gorge.

A deux mois de l’élection présidentielle, ne serait-il par grand temps, chère Madame, de bâtir un argumentaire concis et efficace, pour rassurer ceux qui hésitent encore face à l’inconnu entretenu avec emphase par les médias ?

Ce n’est pas parce que le discours de Florian Philippot me parle immédiatement, qu’il séduit ceux qui s’interrogent ! Et comment voulez-vous que ceux qui ont déjà tout perdu, n’aient pas peur de perdre le peu qu’il leur reste ?

Je connais aussi des convaincus qui voteront pour vous indubitablement, mais qui sont bien loin des considérations européennes, et comment vous le dire ? C’est du gâchis à deux mois des élections !

Allez, un peu de Stiglitz pour les « nuls », à deux mois des élections, rédigé en tract et propagé dans les réseaux sociaux, ça ne gâte rien, et pourrait faire péter notre plafond de verre. Vous avez des économistes ? Et bien qu’ils rédigent. Je vous le dis en toute amitié patriote, le deuxième tour vous sera favorable si vous arrivez à démontrer que l’Union Européenne s’appuie sur « l’euro-deutschemark- et que nous en sommes tous victimes !

Ce grand nivellement à la baisse des salaires, de la désindustrialisation liée aux productions lointaines ou à cette fameuse directive « Bolkenstein » (que je vis tous les jours dans les queues devant les caisses de supermarché en Béarn) est vécu, mais pas « intériorisé » par nos compatriotes.

Ne serait-il pas opportun de souligner davantage cette aberration qui consiste pour l’Allemagne à profiter des subventions françaises « à hauteur de 9 milliards € » et dont l’effet ne fait que renforcer « la perte sur échange de devise » d’un Zloty bien faible pour acquérir des équipements vendus en euros ? C’est tout le problème du marché « Mittel Europa »

Oui la dette française, comme vous l’avez justement précisée est régie par le droit français, mais à qui voulez-vous que ce charabia parle, s’il n’est pas décliné en conséquences intelligibles ?

Deux mois, Madame Le Pen, il ne reste plus que deux mois ! Et c’est précisément parce que l’on compte sur vous, que nous revendiquons !

Mes plus sincères amitiés patriotes.

Patrick Escudie
26 02 17

29/06/2016

Alain Minc Brexit

"Ce référendum n'est pas la victoire des peuples sur les élites, mais des gens peu formés sur les gens éduqués".

C'est pourtant a peu prés çà ...sauf que c'est l'inverse, le Brexit c'est ENFIN la victoire de ceux qui ont pris la peine de se former et qui ne se laissent plus manipuler.

Francis Neri

Qu’ils sortent comme ça si ça marche pour eux on demande à sortir aussi

Driss Nassia Bouhlal

Même si "çà marchait" pour eux, certains trouveraient que de toute façon çà ne marcherait pas pour nous ...à l'exemple de la Suisse et de ses référendums qui sont possibles pour eux mais pas pour nous, ou encore l'Allemagne qui peut réussir économiquement et pas nous.
Ils ont la peur au ventre alors ne cédons pas et sortons de cet "enfer..mement" au plus vite

Francis Neri

Depuis 40 ans environ, les « gens » ne sont plus ni formés à penser, ni éduqués, ni socialisés et si ils ne suivent pas fidèlement les instructions du pouvoir ils ne sont pas « intelligents » au dire des « Zélites »

Et pourtant !

L'intelligence ne dépend pas de la génétique, car nous n'utilisons en moyenne que 10% de nos capacités cérébrales. Ce qui compte, c'est notre aptitude à utiliser pleinement les possibilités de notre esprit.

L'important est la façon dont nous traitons et organisons les informations, dont nous interprétons nos expériences, et plus globalement, la façon dont nous nous représentons la réalité.

Voici donc quelques clés pour devenir "plus intelligent"...

Penser par soi-même
Ne pas faire son jugement en fonction de celui des autres, et ne pas prendre pour argent comptant ce qui est dit ou suggéré par les médias, la publicité, les responsables politiques. Faites usage de votre libre-arbitre et de votre discernement. Posez-vous toujours la question de savoir ce que VOUS pensez, en fonction de votre vision et de ce que vous ressentez réellement. Tout en étant simultanément ouvert et tolérant vis à vis des autres visions ou perceptions.

Celui dont l'esprit ne produit aucune pensée autonome et ne contient rien d'autre que ce qu'on y a déversé est pour ainsi dire "sans valeur ajoutée". Fonctionnellement, ce n'est qu'un "récipient".

Ecouter son intuition
L'hémisphère droit du cerveau possède des capacités intuitives qui sont complémentaires de l'intelligence rationnelle du cerveau gauche.

L'intuition résulte des synthèses d'informations qui s'effectuent de manière inconsciente dans le cerveau droit qui travaille de façon analogique et intuitive, tandis que le cerveau gauche travaille selon un mode logique et rationnel. Ces synthèses d'information intègrent l'ensemble des informations que nous enregistrons dans notre mémoire, y compris les perceptions que nous n'avons pas conscience de mémoriser mais qui sont malgré tout enregistrées par l'inconscient.

Passer du noir et blanc à la couleur
Beaucoup de personnes pensent en noir et blanc, c'est à dire de façon binaire: bien ou mal, vrai ou faux, 1 ou 0. Les conséquences du mode de pensée binaire sont le dualisme, l'absence de nuances, l'intolérance, et finalement la violence et les guerres.

Un progrès réalisé par de plus en plus de personnes consiste à penser en "niveaux de gris", c'est à dire à distinguer des nuances entre les opposés. Des nuances de gris apparaissent alors entre le noir et le blanc. Cela permet à la réflexion de devenir un peu plus subtile, et aussi, un peu plus proche de la vérité.

Mais l'idéal est de parvenir à voir la réalité EN COULEUR.

Il ne reste plus ensuite qu'à augmenter la précision de notre représentation de la réalité (la "résolution" de l'image), afin de percevoir le monde avec toutes ses nuances, sa complexité, et sa beauté.

Pour faire plus simple et porter sur les évènements SON regard et SA main, invitons nos amis à :

S’élever pour mieux voir, c’est à dire prendre du recul par rapport à l’événement observé, Relier  (les évènements entre eux) pour mieux comprendre les « causes » (passé, présent, contexte etc. )
Situer (l’importance, la place de l’événement, l’influence qu’il va avoir) pour mieux agir sur les causalités et faire de la prospective.

La méthode devrait nous permettre de savoir VRAIMENT pour quoi, pour qui, comment nous devons voter en 17 !

Francis NERI

29 06 16

 

 

01/06/2016

Sortir de l’euro

L’oligarchie européenne et mondialiste travaille sur la peur du retour en arrière, l’agenda du peuple n’est pas et ne devrait pas être le même.

Il est évident qu’une sortie de l’Euro, devrait s’établir sur la base d’1 € pour 1 franc, et il ne fait aucun doute que notre monnaie retrouvée subirait immédiatement une dévaluation sur Forex, temporaire et bien illusoire à terme.

Je suis un radical de sortie de l’UE, de l’euro, et de création monétaire par les banques privées. Beaucoup sont morts pour sortir de ce paradigme (Kennedy, Chavez, etc..), mais compte tenu de mon audience, je ne pense pas être menacé !!!

On nous enfume tellement économiquement, que j’en ai la nausée.

Après tout, même si je critique vertement le contrat social anglais, ils ont une livre sterling, et une banque centrale, qui leur a permis de nous surpasser…

Rétablissons les prérogatives de notre banque centrale, rétablissons le franc, rétablissons le pouvoir direct de la banque de France de créer la monnaie, et évitons ainsi, de nous astreindre à un prochain sauvetage des banques spéculatives par les CONTRIBUABLES, à hauteur de 10 000 milliards €, comme ce fut le cas en 2008.

Il y a 100 économistes dont 3 prix Nobel, qui considèrent que l’euro est une hérésie économique, et ils ont bien raison, comment conduire et gérer une monnaie sans en avoir le contrôle ?????

Patrick Escudié

01 06 16