Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2019

Macron, Mélenchon et Martinez !

Macron, Mélenchon et Martinez s’en foutent de Noël !

Publié le 22 décembre 2019 -

L’an passé, les fêtes de Noël, malgré le mouvement des Gilets jaunes, s’étaient déroulées normalement. Il est vrai que ce mouvement, qui, au départ, s’attaquait au prix de l’essence, qui frappait les populations rurales de plein fouet, au nom de la transition écologique – soutenue par tous les complices de Macron – n’avait pas encore été récupéré, et dévoyé, par les troupes de Martinez et Mélenchon, pour le plus grand bonheur du pouvoir.

Un an plus tard, la France est paralysée, à cause du conflit des retraites. Cette grève est une mascarade, qui met en scène les copains et les coquins qui sont complices sur l’essentiel, et font semblant de s’affronter sur des questions secondaires.

Trois personnages, les 3 M, personnalisent cette mauvaise farce de fin d’année : Macron, Mélenchon et Martinez. Le premier veut imposer une transformation de notre système de retraites, au service de l’immigration et des assureurs privés, le second essaie de se refaire une santé en voulant se présenter comme le principal opposant du chef de l’Etat, et le troisième, lui, essaie de montrer, à la tête d’un syndicat en recherche de syndiqués, qu’il existe encore.

Tous les trois sont pourtant d’accord pour faire payer aux Français l’invasion migratoire. Tous les trois sont d’accord pour empêcher, par tous les moyens, l’alternance patriote et identitaire qui se met en place dans nombre d’autres pays. ….
Quand l’ineffable Delevoye annonce que pour équilibrer le régime des retraites, il faudra faire venir 50 millions de clandestins africains en France, qui proteste ? Macron ? Mélenchon ? Martinez ? Surtout pas, c’est exactement la politique qu’ils défendent, en France et en Europe!....

Ils s’en foutent que la France crève de l’immigration. Ils s’en foutent que nos compatriotes tombent, tous les jours, sous les coups de couteau de ceux dont ils favorisent la venue. Ils s’en foutent de l’explosion des agressions, des viols, des meurtres et des cambriolages. Ils s’en foutent que l’islam impose sa loi aux nôtres par la ruse et, de plus en plus, par la violence.
….
Ils s’en foutent de Noël et sa symbolique. …Ils s’en foutent que tous les jours, des églises soient vandalisées, quand elles ne brûlent pas. Ils s’en foutent que certaines crèches soient bousillées, leurs potes poursuivant même devant les tribunaux des mairies qui les mettraient trop en valeur. Ils s’en foutent que nos cimetières soient profanés…

Ils sont mondialistes, internationalistes, citoyens du monde. Noël est sa symbolique, ce n’est pas leur monde, et la France, ils s’en foutent. Macron réussit même l’exploit de cracher encore sur notre Histoire coloniale en Afrique, Mélenchon accuse les Juifs d’avoir fait perdre Corbyn, et Martinez veut mériter sa pitance en refusant le soutien de Marine Le Pen aux grévistes. Finalement, ils sont copains comme cochons pour cantonner le conflit des retraites en une querelle de mondialistes, où les patriotes sont exclus, et la question migratoire interdite.

par Cyrano - 16 commentaires -

02/04/2019

La haine, l’explosion

Rien à voir avec Mathieu Kassovitz et  La Haine (1995)

Sentiment de profonde antipathie à l'égard de quelqu'un, d’un groupe etc. conduisant parfois à souhaiter l'abaissement ou la mort de celui-ci.

Une haine invisible (...) m'enveloppe (Dumas père, Mllede Belle-Isle,1839, III, 3, p. 62)

Je vais enfin dire ma manière de penser, exhaler mon ressentiment, vomir ma haine, expectorer mon fiel, éjaculer ma colère, déterger mon indignation (Flaub., Corresp.,1872, p. 57).

J'ai voulu vivre ainsi sans amour et sans haine (Ménard, Rêv. païen,1876, p. 85).

Amour engendre haine (Alain, Propos,1921, p. 339).

Le silence était insupportable. La haine y montait. Une haine qui avait ses profondes racines dans le passé de l'enfance (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 372).

Est ce que je veux la mort de quelqu’un, d’un groupe NON !

Mais c’est à qui le tour d’avoir "la haine" ?

Allez savoir pour quoi et surtout pour qui ?

Si on peut (veut) expliquer la "haine" actuelle on se rend vite compte qu'elle concerne le plus souvent la haine des élites accusées d'être la source de tous les maux, fondement passionnel de la logique des masses populaires
C'est la justification de toute révolte ou insurrection.
C'est particulièrement vrai pour certains Gilets Jaunes, ces derniers étant majoritairement issus de la France des perdants de la mondialisation.
L’extrême méfiance d'un grand nombre de citoyens vis à vis du personnel politique, des médias et des "experts" officiels s'est traduit par de la colère et du mépris .
Les élites VISIBLES sont accusées d'être étrangères au peuple,et de ne poursuivre que leurs seuls intérêts, contraire au bien commun.
Les élites sont aussi accusées de constituer une oligarchie transnationale.
D'où l’antimondialisme...Dont la grande crise systémique de 2008 (toujours irrésolue) forme la toile de fond...
Il n'est donc plus vraiment question de clivage gauche-droite, mais de ferme opposition et de guerre larvée entre gagnants et perdants de la globalisation...

Je me demande QUI va gagner ?!

02 04 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI

http://semanticien.blogspirit.com/

 

 

04/03/2019

Penser global, agir local

Soyons lucide NOUS allons en baver, car dans la marmite çà devient très chaud ...alors que les grenouilles victimes consentantes continuent à trouver le bain agréable...libre à elles : mais que ceux qui ont compris et veulent s’en tirer le fassent ENSEMBLE. 

Seules elles n'y parviendront pas ...

Avec Chirac et ses successeurs, nous avons connu la droite la plus stupide du monde et incapable de se rassembler sinon pour valoriser des intérêts personnels et de groupe.

Cela DOIT cesser ! Désignons NOS ennemis et combattons les.

Notre projet de gouvernance c'est de penser l’UE pour la déconstruire, global pour combattre la religion de la mondialisation et de l’islamisation, mais surtout AGIR local pour pérenniser la France, ses valeurs, sa culture, ses codes sociaux, son patrimoine, son histoire, son industrie, son économie et ses finances.

Nous voulons vivre au pays et y prospérer ; nous ne voulons pas comme Attali vivre le cul en l’air entre deux avions et être citoyen du monde : aucun intérêt ; qu’il se le dise et ses amis Européens aussi ; une seule Europe NOUS intéresse, celle des nations et des peuples.

Imposons ce choix à nos élites politiciennes, ne nous laissons pas imposer le LEUR.  De Marine le Pen à Macron en passant par tous les autres, aucun parti que nous choisirions ne doit déroger à cette règle.

Francis-claude Neri
04 03 19