Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liberté d'expression

  • Le « Zemmour allemand ». Le connaissez-vous ?

    Éric Zemmour et moi nous ressemblons sur un point : nous avons tous deux la capacité d’appliquer les lois des mathématiques (par le biais des statistiques par exemple) à des questions de vie pratique : si les Français, comme les Allemands, voient leur population diminuer en raison de leur faible taux de natalité, et que les immigrés, essentiellement issus de la sphère culturelle islamique, continuent d’affluer et ont des taux de natalité nettement plus élevés, c’est parce que le « grand remplacement » a bel et bien commencé.

    En France, comme en Allemagne, il progresse à grands pas chaque année : objectivement, on ne peut que le constater à travers les statistiques des décès, des naissances et des nouvelles arrivées de migrants. Ceux qui ne peuvent pas nier ces faits évidents, mais ne veulent pas non plus les admettre ont souvent recours à l’insulte et à la diffamation à l’encontre de ceux qui mettent en garde contre les conséquences qui résultent de ces faits.

    C’est pourquoi on critique Zemmour en France, et moi-même en Allemagne."

     Thilo Sarrazin

    Thilo Sarrazin est un homme politique, économiste et banquier allemand. Il était membre du directoire de la Deutsche Bundesbank depuis le 1ᵉʳ mai 2009, poste qu'il a quitté le 1ᵉʳ octobre 2010 à la suite de la polémique déclenchée par la parution d'un ouvrage critique sur l'immigration musulmane.

    Un homme d'avenir. Il diverge de Z sur des questions économiques ; mais ils vont se rapprocher du fait que l'Allemagne rentre dans une crise économique et existentielle très forte.

    Je recommande son livre : l'Allemagne disparaît !
    Un des plus gros succès récents de librairie en Allemagne. La traduction française est excellente !
    Un exemple :
    "Des millions de personnes aptes à travailler, âgées de trente, quarante ou cinquante ans vivent et continueront à vivre aux crochets de l’État pour trente à cinquante années supplémentaires tandis que leurs capacités s'étioleront peu à peu et que leur socialisation ira dans la mauvaise direction.
    Ils auront des enfants- et nettement plus que la moyenne de la population-, ils leur transmettront leur attitude à l'égard de l'existence, et les éduqueront pour en faire les bénéficiaires des minima sociaux de l'avenir".

    FCN

    15/08/22

  •  Une tirade sur l’immigration

    « Notre problème, ce n’est pas les étrangers, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus d’étrangers qu’avant la guerre, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d’avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d’avoir des musulmans et des Noirs. » 

    « Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite à la Goutte-d'Or […] qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15.000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50.000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, eh bien, le travailleur français, sur le palier, il devient fou. Il devient fou. »

    Jacques Chirac

  • Kosovo

    L'affaire du territoire du Kosovo, pays créé par les forces atlantistes, semblait entérinée. Aujourd'hui, les regains de tension à la frontière kosovare (avec la Serbie) montrent que les serbes n'oublient pas leur province du Kosovo et ne renonceront pas à récupérer ce territoire, berceau de leur histoire.
    Les lignes bougent en Asie en Europe de l'Est et dans les Balkans
    Et en France ? Aujourd'hui la Serbie, demain la Seine-Saint-Denis ?
    La menace de l'explosion des banlieues demeure toujours présente, et à plus forte raison avec la crise énergétique en cours et les conséquences sociales qu'elle porte en elle. L'effondrement d'un Etat ou sa partition n'arrivent pas qu'à l'étranger.
    Retraités, jeunes, actifs, tous, nous sommes appelés à repenser nos manières d'agir et notre regard sur notre monde.
    L'été passera vite ...sommes nous prêts à affronter la réalité et à réagir "ensemble" ?
    FCN