Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2022

Zemmour Un programme fort.

1 417 sympathisants LR expliquent pourquoi ils ont choisi Zemmour

Dans une tribune publiée jeudi 13 janvier par L’Opinion, ces élus, cadres ou simples sympathisants disent ne pas se retrouver dans le programme « tiède » de Valérie Pécresse.

Par valeursactuelles.com

Publié le 13 janvier 2022

L’arrivée de Guillaume Peltier dans l’équipe d’Eric Zemmour a acté l’attrait de ses propositions pour une partie de l’électorat Les Républicains. Dans une tribune publiée jeudi 13 janvier par L’Opinion, 804 adhérents et 613 sympathisants LR affirment apporter leur soutien à Eric Zemmour et expliquent ce choix. Ils évoquent notamment leur déception quant à l’issue de la primaire des Républicains, jugeant que Valérie Pécresse ne représente pas leurs idées.
Candidat de l’union ?

Se revendiquant pour la majorité d’entre eux anciens soutiens d’Eric Ciotti lors de cette précampagne, les signataires jugent dans L’Opinion que « la ligne centriste portée par Valérie Pécresse ne répond pas aux aspirations réelles du peuple de droite ». Face à cette « tiédeur », ils préfèrent « le discours franc et volontaire d’Eric Zemmour ». « Là où Eric Zemmour propose un programme fort et concret pour redresser notre pays, Valérie Pécresse ne propose que l’argument d’un “vote utile” », tancent-ils. Ils présentent leur champion comme le seul capable de l’emporter face à Emmanuel Macron et de « sauver la France ».

Les sondages placent régulièrement Eric Zemmour, Marine Le Pen et Valérie Pécresse comme en mesure d’accéder au second tour face au président sortant. Après un « effet primaire », l’avance de Valérie Pécresse s’est tassée. Eric Zemmour rappelle régulièrement que, contrairement à Marine Le Pen, il attire une réelle part des sympathisants LR, se présentant ainsi comme le seul capable de réunir les droites.

Cygne Noir

http://semanticien.blogspirit.com/

16 01 22

09/01/2022

Campagne d’Emmanuel Macron 

Blitzkrieg ou politique de la terre brûlée ?
Selon son entourage, et d’après ses récentes déclarations au Parisien, le président de la République aurait « très envie de se représenter ». Cette déclaration laisse peu de suspense sur ses intentions, sur lesquelles on en apprend un peu plus.

Selon France Info, un membre du bureau exécutif de LREM a indiqué que le candidat supposé donnerait à sa campagne la forme d’un « blitzkrieg », d’une « guerre éclair ». Blitzkrieg, le mot est lâché. Rappelons-en l’origine : pour les Allemands, la phase initiale du blitzkrieg est la coupure rapide du système défensif ennemi en un point précis, obtenue par la concentration des forces en un même lieu. C’est grâce à cette stratégie que l’Allemagne nazie prit rapidement le contrôle de presque toute l’Europe.

En 2019, Nathalie Loiseau, tête de liste de LREM aux élections européennes, avait déjà évoqué cette expression pour relancer sa campagne. Elle avait même parlé de « blitzkrieg positif ». On avait vu le résultat…

Pourtant, ce mot n’est pas finalement si éloigné de la réalité fantasmée d’Emmanuel Macron. Il s’est rêvé en chef de guerre. Depuis le début. Toute la panoplie a été déployée : le couvre-feu, l’état d’urgence, les Conseils de défense, les déclarations de guerre. Depuis le début de la pandémie, tout a été pensé en ces termes.

Le chef de l’État a cru que la pandémie de Covid lui permettrait de revêtir l’armure du guerrier, prêt à fondre sur l’ennemi invisible pour le terrasser.

Le terme « blitzkrieg » utilisé à propos de la future campagne s’inscrit dans la même logique. Il place le futur candidat Macron dans l’axe de sa politique vaccinale : divide et impera
(« diviser pour mieux régner »).

Car ne nous trompons pas sur l’ennemi. Ses récentes déclarations ont donné le ton. La campagne sera centrée sur la pandémie, certes, mais non pas pour s’enorgueillir de ses victoires (il n’y en a pas), plutôt pour en désigner les responsables : les citoyens récalcitrants. Tel sera l’axe annoncé du blitzkrieg : les non-vax. Ceux qu’il juge « irresponsables », qui à ses yeux ne sont plus dignes de la citoyenneté et qu’il n’hésite plus à jeter à la vindicte populaire.

Passons la forme, les discours, les déclarations d’intention : que reste-t-il, concrètement ?

Une population fracturée, des citoyens rejetés par tous moyens possibles hors de la sphère sociale, citoyens qui paient pourtant leurs impôts et cotisations sociales mais sont privés d’une partie de leurs droits fondamentaux et que l’on soigne parce qu’on le veut bien.

Aujourd’hui, et malgré le fiasco de plus en plus évident d’une politique du tout vaccination, de la prise en otage des libertés individuelles, Emmanuel Macron continue sur sa logique jusqu’au-boutiste. Et cela ressemble à une stratégie de la terre brûlée.

Sabine Faivre

https://www.bvoltaire.fr/campagne-demmanuel-macron-blitzk...

 

29/11/2021

Un média libre ?

Chère Madame, cher Monsieur,
On ne compte plus les fois où les chiens de garde du politiquement correct se déchaînent sur leur proie !
Lynchage sur les réseaux sociaux, dénonciations systématiques au CSA, poursuites judiciaires à répétition…
Il est devenu impossible de critiquer l'immigration massive sans risquer un procès.

Comme celui qui vient d'être orchestré contre Éric Zemmour, sous prétexte de dénonciation insuffisamment nuancée des méfaits commis par des immigrés mineurs isolés.
Quelques mois plus tôt, la jeune militante Thaïs d'Escufon était jugée, elle aussi, pour ses propos sur l'immigration : condamnée à deux mois de prison avec sursis, elle se retrouvera derrière les barreaux en cas de "récidive" !
Au bout d'une longue procédure, malgré tout, les victimes de cet acharnement judiciaire peuvent obtenir gain de cause : déjà dix relaxes pour Éric Zemmour, dont quatre définitives.

Mais pour tous ceux qui voudraient s'écarter du discours politiquement correct, le message est clair : c'est l'autocensure ou le risque d'un harcèlement permanent.

L'objectif ?
Contrôler l'information donnée aux Français, bien sûr.
Mais surtout, éradiquer tout esprit critique, toute réflexion des citoyens sur les sujets essentiels.
C'est grave, surtout à l'approche d'une élection présidentielle décisive !!

C'est pourquoi l'action de Boulevard Voltaire est si importante.
Aujourd'hui, seul un média libre et indépendant, tel que le nôtre, porté par la force de conviction de ses lecteurs, peut résister à la doxa médiatique qui contamine notre société.

Aussi, nous espérons de tout cœur que vous soutiendrez notre Appel urgent pour la liberté d'expression en France !
Car, au-delà de la liberté d'expression et d'opinion chaque jour un peu plus réduite, les "grands" médias privent les Français d'informations et d'analyses pertinentes sur les problèmes auxquels notre pays est confronté.

Soumises au diktat du politiquement correct, la plupart des rédactions vous livrent une information insipide, passée au rouleau compresseur de la censure...

... quand elles ne se livrent pas à un véritable matraquage idéologique !

Voyez leur indignation sélective :

Emmanuel Macron apparaît grimé sous les traits d'un dictateur nazi ? Les "grands" médias orchestrent un concert d'indignations.

Mais quand une "humoriste" de France Inter affuble Éric Zemmour d'une moustache hitlérienne, personne ou presque ne crie au scandale...

Regardez le consensus médiatique – qu'avec votre aide nous nous efforçons de briser – sur des sujets qui devraient faire l'objet d'un débat à la hauteur des enjeux :

Crise sanitaire

La quasi-totalité des médias ont entériné le premier confinement sans aucune discussion. Et depuis, ils ont soutenu chaque restriction de nos libertés en cherchant sans cesse à étouffer le débat, jusqu'à l'adoption du passe sanitaire :
Opposants caricaturés, manifestations minimisées, risque d'une surveillance permanente totalement éludé...

Théorie du genre

La plupart des médias ont beau répéter que la théorie du genre n'existe pas, ils la promeuvent allègrement... au point de la faire appliquer à des enfants.

On ne compte plus les chaînes qui cherchent à vous convaincre qu'il est tout à fait normal de changer de sexe à sept ou huit ans !

Féminisme, antiracisme, écologisme...

Invasion du langage prétendument inclusif ("celles-et-ceux"), usage délibéré du vocabulaire du clan Traoré ("personnes racisées"), du lobby LGBT ("personnes menstruées"), des extrémistes féministes ("féminicide") et écologistes ("catastrophes climatiques" au lieu de "catastrophes naturelles")...

Les médias bien-pensants imposent un matraquage idéologique à grand renfort de novlangue !
Voilà comment les gardiens du politiquement correct et les médias subventionnés empêchent tout débat de fond sur les sujets importants pour l'avenir du pays.

C'est pour ça qu'à Boulevard Voltaire, avec votre aide, nous devons, plus que jamais, décupler l'audience de notre média libre et indépendant.

Nous devons réussir à diffuser encore plus largement nos articles et nos analyses qui sont la seule alternative à la récitation docile que servent aux Français les "grands" médias.


C'est la seule façon de relancer un vrai débat démocratique pour la mise en œuvre de mesures efficaces contre les problèmes qui gangrènent notre pays.

Alors, oui ! Nous avons un défi titanesque à relever ! Mais avec vous à nos côtés, nous pouvons y arriver !
C'est pourquoi nous vous demandons de soutenir notre Appel urgent pour la liberté d'expression en France en faisant un don à Boulevard Voltaire.

Vous savez à quel point l'accès à une information pertinente et non censurée est essentiel.

Parce que ce n'est que bien informés, en étant capables de confronter ses idées à des points de vue différents que l'on peut forger une réflexion intelligente et objective, et répondre aux problèmes de notre société.
S'il vous plaît, aidez-nous à ouvrir les yeux des Français avant qu'il soit trop tard.

Car en défendant, ensemble, aujourd'hui, la liberté d'expression, c'est l'avenir de notre pays qui est en jeu.

Nous comptons sur vous !

Et nous vous remercions très sincèrement de l'aide la plus généreuse possible que vous pourrez nous apporter.

Bien cordialement,
L'équipe de Boulevard Voltaire