Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2018

« L’affaire » Mennel et les « naïfs » .

Mennel Ibtissem est cette jeune candidate au concours de chant organisé sur TF1 qui, depuis quelques jours défraie la chronique dans le microcosme médiatique, au point d'avoir inspiré une Tribune dans le quotidien de gauche "Libération", à la suite de la décision de la chanteuse au visage de poupée angélique, ornée d'un turban, de se retirer d'un concours où des voix de grande qualité rencontrent un succès populaire, souvent hautement mérité.

Ce retrait spectaculaire - au sens premier du mot - serait dû à une campagne de dénigrement dont la jeune chanteuse aurait été "victime" sur les réseaux sociaux, de la part de spectateurs laïques qui, selon Libération, lui reprochent son turban, et d'avoir interprété en langue arabe, un succès de la chanson populaire.

En fait, le problème est ailleurs :

S'il est vrai que c'est le port d'un turban, rappelant le voile islamique et revendiqué comme tel, qui a amené des internautes à enquêter sur la jeune femme, ce n'est pas le voile en soi qui a suscité le scandale mais bel et bien les prises de position de celle-ci, dont l'accumulation a une signification, tout comme sa proximité avec la galaxie des Frères Musulmans.

L'auteur de la tribune de Libération, dont la sensibilité aux thèses "islamo-gauchistes" est évidente, a choisit de réduire les griefs retenus par les réseaux sociaux à la diffusion de deux tweets choquants et problématiques, écrits juste après des attentats qui ont ensanglanté la France, pour aussitôt les écarter d'un revers de main.

La "culture de l'excuse" de plus en plus banalisée, fait que l'auteur de cette Tribune, attribue ce faux pas à la "jeunesse" de la chanteuse.

Une fois de plus "l'angélisme" destructeur a frappé.

En effet, en approfondissant leurs recherches, les internautes ont découvert que sous ce visage de pucelle angélique se cache, en réalité, une militante avertie de l'Islamisme radical.

Ces internautes, trop curieux aux yeux de ceux qui prennent la défense de la chanteuse, ont mis en évidence que la jeune femme est une fidèle de l'écoute des prêches et informations d'islamistes notoires: Hassan Iqioussen, Nabil Ennasri, Tariq Ramadan, ou Marwan Muhammad.

De plus, elle fréquente les associations islamistes les plus emblématiques telles que Baraka City, Syria Charity.

Son clip sur la Palestine a été tourné et sponsorisé par le CBSP, organisation liée aux frères musulmans, classée parmi les organisations terroristes aux USA et au Canada.

Le CBSP est une organisation puissante qui possède des fonds considérables, dont on devine l'origine, et les emploie à la défense de la cause islamique.

Les mêmes internautes "trop curieux" auraient découvert qu'elle contribuait à la promotion de Sofiane Meziani, sur son compte Instagram à destination des plus jeunes. Fine fleur des frères musulmans, Sofiane Meziani est un intellectuel islamiste, de la trempe d'un Ramadan, et qui théorise avec subtilité la nécessité de lutter contre la démocratie.

Une jeune femme de vingt ans passionnée de chanson qui cherche ses références dans le corpus idéologique des frères musulmans, ne peut que difficilement se prévaloir d'une innocence juvénile et d'une erreur de parcours innocente.

Elle participe également à la promotion du  «hijab day», dont elle est l'une des ambassadrices depuis 2015.

Quant à la chanson du Juif Léonard Cohen, présentée comme la preuve de l'ouverture d'esprit de la jeune chanteuse, et dans son interprétation elle escamote le sens des paroles de la chanson, en cachant aux téléspectateurs qui ne comprennent pas l'Arabe, la dimension hébraïque du chant de léonard Cohen, pour en détourner le sens et le transformer en un chant religieux islamique.

On voit bien que le but de ce jeu subtil est ici d'installer de la confusion: «vous voyez bien qu'elle n'est pas radicale, ni islamiste, sinon elle ne reprendrait pas un juif, ne chanterait pas hallelujah et ne serait pas maquillée» !!!

 L'enseignement à tirer de cette curieuse affaire est que les fondamentalistes ont appris à s'adapter à tous les contextes et à brouiller les pistes. Une femme voilée qui reprend la chanson d'un juif, quoi de mieux pour faire passer la pilule ???

La stratégie est subtile : chez les frères musulmans, on a le voile coquin et glamour pendant la période de séduction et d'influence. On commence par le miel et on finit par le piment !!! Le durcissement viendra plus tard, car il vient toujours.
Mais quand il est là, il est déjà trop tard !!!

Le Gouvernement semble vouloir s'occuper, enfin !!! des avancées dangereuse pour l'unité nationale, d'un radicalisme musulman qui s'introduit partout, profitant de la naïveté stupide ou, pire encore, des calculs obscurs de ceux qui depuis des lustres nous enfument avec leur déversements de bons sentiments et de prétendue bienveillance, qui ne sont que le voile qui masque une coupable lâcheté dont les générations futures paieront le prix.

berdepas
23 02 18

 

 

 

22/02/2018

La charia

(Questions /réponses)

_« la [charia] en [a]rabe définit la [v]oie générale »_

Et le contenu du coran, lui, définit la voie INCONTOURNABLE. Cela ne joue pas dans la même cour.

_« les différents avis juridiques (loukoum) au sein de la charia existent et les écoles et cela en fonction de la zone géographique. »_

*Bref, pour paraphraser le penseur : « Plaisante charia qu’une rivière borne ! Vérité en-deçà des montagnes, erreur au-delà ! »*

_« La méthodologie [s]unnite repose sur les fondements du [co]ran Sunnah le consensus et l effort analogique. »_

*Et ça se définit comment, « l’effort analogique » ? Par opposition à l’effort numérique ?*

 Mes propres observations ne reposeront que sur le coran seul, car lui seul est incontournable et toute argumentation n’a que l’efficacité de son maillon le plus faible. Pas de hadiths donc, qui ne sont que des pièces rapportées, que pas mal de musulmans sont d’ailleurs ravis de désavouer chaque fois qu’ils y trouvent source d’embarras (par exemple l’âge de défloration d’Aïcha dans sahih Boukhari.
Sahih ! Ca la fout mal!) et d’ergotages quasi byzantins : https://islamqa.info/fr/124483

 _« Ceux qui établissent des avis sont les [blabla] qui ont un niveau requis pour en extraire les règles. »_

*L’islam n’a pas la certfication ISO 9000 : les gens qui ont le « niveau requis » quand ce sont eux déterminent eux-mêmes à leur convenance quel est le « niveau requis », personne ne peut considérer cela comme sérieux.*

_« Le Coran est en langue [a]rabe »_

*Ce n’est pas aussi simple : ce qui détermine la différence entre une langue et un simple dialecte, c’est que le second ne possède pas de patrimoine littéraire écrit, ni formalisation de sa grammaire, ni dictionnaire.

* Bien que l’arabe ait possédé un patrimoine poétique _oral_ que l’islam estompera ensuite peu à peu au profit de l’écrit, on considère bien le coran comme la première œuvre écrite en arabe.

*Il existe donc bien une langue arabe APRÈS sa rédaction, mais lui ne fut pas rédigé dans une langue. Simplement dans un dialecte NON documenté de façon écrite, raison pour laquelle plusieurs passages en sont de compréhension difficile, d’autant qu’ils ne sont pas vocalisés

* En d’autre termes, il est écrit dans une sorte de sténo où faute de signes diacritiques l’hésitation est permise entre un mot et un autre dans certaines parties du texte (imagine qu’on n’arrive pas en français à distinguer entre mûr et mur, entre congres et congrès, entre maïs et mais, entre « je rêvais d’une femme qui *fut* belle » et « je rêvais d’une femme qui *fût* belle ». Quel beau sac de nœuds cela ferait !). En arabe coranique, c’est d’ailleurs encore pire, il n’y a pas même de voyelles.

*Sans compter les parties du texte qui n’ont pas de sens ! _« Alif, Lam, Mim. C'est le Livre au sujet duquel il n'y a aucun doute, c'est un guide pour les pieux. »._ Ah, ben ouais, y’a pas de doute, une fois qu’on leur a dit qu’ Alif, Lam, Mim, y’a aucun doute à avoir, les pieux vont se sentir vachement guidés ! :-D :-D :-D*

_« pour en tirer toute sémantique il faut se référer à cette langue car toute traduction ne constitue pas le Quran mais une exégèse parmi les exégèses »_

*Non. La définition même d’une traduction, c’est qu’elle conserve le sens de ce qui en a un

* (cela interdit en général la traduction des jeux d’assonances, ce dont les écrits d’Omar Khayyam ont sans doute souffert quand ils furent traduits en arabe : _Bahram ke Gour migerefti hame 'omr, Didi keh chegune gour bahram gereft_ ), parfois en devant sacrifier la seule concision, qui fait que seul un poète dans une langue peut espérer traduire un poète s’exprimant dans une langue différente : cela donne Baudelaire traduisant Poe, Maurois traduisant Kipling et, bien entendu, Toussaint traduisant Khayyam).

Tout mot qui manque dans une langue peut en effet être traduit par une circonlocution dans une autre. Le français a un mot pour dire _paume,_ il n’en a pas pour dire _dos de ma main._ Alors on dit tout simplement _dos de la main_ et le tour est joué. Il ne faut pas se noyer dans un verre d’eau : *quand on sait ce que quelque chose veut dire, la traduction est possible. Dans le cas contraire, non.* On en a eu un exemple avec les accords de Camp David.

*Le coran pose un problème de sens. Soit ! Pose-t-il pour autant un problème de complexité ?

* L’analyse informatisée du texte nous apprend qu’il comporte environ 8300 mots distincts, ce qui correspond à l’étendue de vocabulaire d’un enfant occidental de neuf ans. C’est certes commode pour le prêcher à tout public (nous avons vu que justement 40 % des musulmans dans le monde sont analphabètes d’après le chiffrage de l’OCI), mais cela n’en fait pas un texte très précis, ni très subtil. D’autant qu’il est tout petit : 980 000 caractères à comparer au 5 millions de la Bible et… aux 20 millions écrits par le seul Victor Hugo.

C’est sans doute pour masquer cette concision qu’on le présente souvent dans des ouvrages écrits en GROS caractères ;-)

_« Le sunnisme ne considère pas le chiisme comme une mécréance. »_

*CERTAINS sunnites. Pour les autres, il faudra nous expliquer pourquoi les chiites et eux seuls sont cibles d’attentats jusqu’au cœur de La Mecque en plein pèlerinage. C’est cela, la religion d’amour et de paix ?*

_« les néo Capitalistes Frères musulmans »_

*No comment.* Mais en effet les salafistes de base sont les imbéciles utiles du NWO. Pas les pétromonarques du sommet qui font partie, eux, du CERCLE DIRIGEANT de ce NWO. Ce qui nous rappelle que la religion du flouze est, elle, universelle.

_« Pour Napoléon et l Égypte, il s'est référé à ouvrage de droit musulman appelle mukhtasar Al Khalil »_

*Cher docteur Goebbels junior, nous sommes en 2018 et non en 1938. Répéter _ad nauseam_ un mensonge n’en fait plus aujourd’hui une vérité dans les milieux instruits,* auxquels ton serviteur a la chance d’appartenir.

Tu liras ceci pour ta pénitence et, si tu estimes qu’il y manque quelque chose, sens-toi libre de l’ajouter… en précisant tes références si tu penses en avoir. Celles à des blogs de gamins islamistes ou d’imams n’ayant pas leur brevet des collèges risquent de se montrer insuffisantes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Corpus_iuris_civilis

*Mais peut-être voulais-tu juste dire que même le code de Justinien n’était pas le premier. On peut remonter en effet jusqu’à celui d’Hammourabi, datant de plus de 2300 ans avant ton prophète.* Non seulement Hammourabi n’était pas plus musulman que je ne suis sardine à l’huile, mais ce code ne prétend nullement émaner de quelconques dieux. Il indique juste brièvement dans son préambule qu’Hammourabi respecte ceux-ci.

_« Les musulmans ne prétendent détenir le monopole du savoir. »_

*D’autant que cela aurait été difficile aux conquérants arabes environnés de pays TOUS SANS EXCEPTION plus évolués qu’eux : Perse, Egypte, Inde, empire byzantin, Maghreb romanisé, Espagne des Wisigoths.* Tous (surtout les Perses) les considéraient comme de vrais ploucs, au point que la Perse a carrément préféré se créer son propre islam maison. La seule façon pour ces pauvres Arabes de ne pas se faire trop mépriser par ces peuples évolués qu’ils avaient asservi par la force des armes était de jouer la seule carte qui leur restait : un langage servant de cache-misère :« Nous, on connaît l’arabe mieux que vous, trananère, et justement il faut connaître l’arabe pour bien comprendre le coran, bisque, bisque, rage ! ». Les médecins de Molière et les juristes faisaient aussi cela avec le latin, et les managers incultes actuels avec le _basic English,_ cela d’autant plus volontiers que leur vocabulaire français est des plus limités. Enfantillages et langue de bois !

*En attendant, ils devaient bien utiliser les compétences qu’ils trouvaient sur place, ne les ayant pas eux-mêmes. Cela dura jusqu’à ce que la théocratie musulmane ait mis la main surtout toute la société. Et alors, rideau !* C’était vers la fin du 12ème siècle. Les sociétés musulmanes ne se sont toujours pas réveillées de leur léthargie dogmatique, et essaient de l’exporter. Il y a du boulot, et on n’en prend pas le chemin : 30 % de la planète se réclamait de l’islam en 1900 et juste 20 % aujourd’hui. Heureusement que grâce à la science mécréante occidentale la population mondiale a pu quintupler entretemps. L’islam descend un escalier roulant qui monte, et se propage par les utérus à défaut de le faire par les cerveaux ou les coeurs.

_« St Jean Damascène canonisé par l Église »_

*Oui, quand on est canonisé, ce n’est pas en général par le Dalaï Lama.*

_« Il a été trésorier de l état islamique 50 ans après le mort du Prophète Mahomet, ?? ??? »._

*Logique. On ne peut confier le boulot de trésorier qu’aux gens rompus au calcul… et sachant écrire de surcroît. C’était alors une denrée rare chez les Arabes de souche. Cela le reste, nous l’avons vu, à 40 %.*

_« le problème des Berbères de banlieue de France »_

*N’est pas le sujet et n’a rien à voir avec lui. Nous zappons donc cette tentative de diversion oiseuse.*

_« c est le culte de la repentance, la shoah du pauvre galvanisé par un courant musical qui lui est étranger le Rap »_

*Te rends-tu compte que tu ne sais plus du tout ce que tu dis ?* Il ne suffit pas d’aligner des mots en vrac pour faire une phrase. Il faut structurer celle-ci pour la rendre claire par une grammaire et une ponctuation. Encore faut-il pour cela avoir les IDÉES claires et savoir ce que l’on veut dire. Sinon, autant aboyer.

_« Comme disait De Gaulle, les Français se sont avachis »_

 *De Gaulle disait plus exactement que les Français ÉTAIENT des veaux, pas qu’ils l’étaient DEVENUS. Ces mêmes Français lui ont montré de façon éclatante le contraire du 30 mai 1968 jusqu’aux élections de la même année.* Porté par ce tsunami de popularité, il entreprit même de faire passer ses projets de participation et de régionalisation sur la vague de Mai 1968, ce qui était très fort. S’il n’avait pas été trahi par le coup de couteau dans le dos de Giscard au référendum de 1969, ça passait.

 _« Il faudrait revenir sur le contrat social de Rousseau pour comprendre l importance de la croyance dans notre société. »_

La *confiance,* pas la _croyance,_ est indispensable à la société, et cela implique un partage des valeurs et des codes sociaux fondamentaux. C’est la raison pour laquelle une société peut comprendre plusieurs langues (comme la Suisse), plusieurs peuples (comme la France ou les Etats-Unis), *mais jamais plusieurs cultures. Il ne peut exister de « nation multiculturelle », qui constitue un oxymore, une nation étant définir comme un ensemble d’individus qui partagent les mêmes valeurs fondamentales et ont plaisir à vivre ensemble. Je doute que les Français du terroir aient plaisir à vivre avec des gens qui détestent leurs valeurs et leur mode de vie, et ne le leur envoient pas dire.*

En 1970, on savait déjà que le Liban était foutu, pour cette raison. À quand le tour de la France ?

_«  Albert Camus disait la vie est absurde. voilà l athéisme. »_

*Voilà la condition humaine, plutôt. On peut se forcer à fermer les yeux sur celle-ci en proclamant vraies des illusions. Cela ne les rendra pas réelles pour autant.* Il faut sortir de la « pensée magique » si bien analysée par Lévy-Brühl (quand on me dit que Lévy-Brühl était l’essayiste préféré d’Himmler, comme dirait Desproges, je pouffe!).

_« De toute façon, les gens sont las. »_

*C’est leur problème, non le mien. Je me sens en pleine forme.*

_« Je ne fais aucun copier coller. »_

*Chacun ses choix. Moi, je préfère ne pas réinventer l’eau tiède chaque fois que je réponds à des gens qui me sortent toujours en boucle les 230 mêmes arguments pourtant chacun vingt fois réfuté.*

_« Je n' attends pas 10 heures pour répondre »_

*Par une coïncidence amusante, j’ai moi aussi mes priorités : je fais les choses non indispensables quand je trouve du temps libre pour les faire.* Cela peut prendre quelques minutes quand il n’y a que 15 lignes à répondre, quelques jours si c’est plus long, et si c’est quelques semaines, ce sera quelques semaines.

Je ne suis pas payé pour ce travail et je le fais pour mon seul plaisir. Je préfère donc, chacun ses valeurs, effectuer des réponses argumentées. Quand on les relira d’ici quelques années, on ne demandera pas « quand a-t-il répondu ? », mais on se dira juste que c’est pertinent ou que ça ne l’est pas.

Si on est capable de voir la différence s’entend.

_« moyennant des recherches forcenées »_

Vu le nombre de conneries émises par mes interlocuteurs, c’est assurément un reproche qu’eux n’encourent pas ! :-D

_« Le combat dialectique devrait être périmées. »_

*La dialectique ne relève pas du combat, mais d’opposition rationnelle d’arguments dans un objectif de quête commune de vérité. Elle est de ce fait totalement étrangère à l’islam, qui ne cherche pas la vérité, mais fait uniquement semblant de la posséder. Tu es juste en train de confondre dialectique et rhétorique.*

_« Ce sont des couilles qu il faut »_

*Sans nul doute. À condition toutefois ne ne pas penser qu’avec elles, sinon on ira vite fertiliser le sol dans un monde hélas hostile parce que darwinien.*

_« pour Napoléon je préfère la position de »_

*Nous ne nous connaissons pas. Tes préférences me sont donc indifférentes si elles ne sont pas argumentées.*

 Monsieur X

 22 02 18

18/02/2018

Indigènes

Le prof d’histoire nous a emmenés voir le film « Indigènes ».

- Et voilà ! M’aurait étonné que tu coupes à ce pur film de propagande.

- les Arabes ont été enrôlés dans l’armée française ou pas ?

- Non, ils n’ont pas été enrôlés, ils se sont engagés.

Ils ont été des sortes de mercenaires à notre service. Les Maghrébins ont un tempérament guerrier. Ils aiment se battre.

Fut un temps, les Suisses se mettaient au service d’armées étrangères dont françaises. Beaucoup y ont aussi laissé leur peau. Ils n’en font pas tout un plat pour autant.

- Mais ces Arabes, engagés ou pas, ont héroïquement payé de leur personne pour la France.

- Oui, c’est vrai. Mais ils n’ont pas été les seuls. Sais-tu qui furent les plus nombreux, en pourcentage, à s’être battus pour libérer notre pays ?

- Non, mais je sens que je vais le savoir.

- Les Pieds-noirs, ces éternels oubliés de l’Histoire. Ils ont été environ cent soixante dix mille pour une population d’un million, autant que les Arabes pour une population d’environ... 25 millions, soit 25 fois plus nombreux que ces derniers en pourcentage.

Le fait est que dans les combats décisifs qui ont opposé l’armée française à l’allemande en Italie, ce sont surtout les Pieds noirs qui ont payé de leur personne sans se rembourser en viols de femmes, d’hommes et d’enfants sur la population italienne comme l’ont fait les Marocains ainsi que le montre le film italien tiré du roman de Moravia : la Ciocciara avec Sophia Loren. - Un roman, un film, ça peut raconter et montrer n'importe quoi. Tu l'as dit toi-même.

- Oui, sauf que les journalistes et d’autres témoins en avaient parlé bien avant, peu de temps après les faits, qu'un monument à la mémoire des victimes a été dressé dans la région où ont eu lieu ces viols et que les victimes elles-mêmes ou leur famille ont demandé à l’Etat qu’il exige des réparation des sévices subis. D’ailleurs les Marocains ont laissé un souvenir épouvantable dans la région. Est-ce que le film montre tout ça ?

- Non !

- C’est ce que je te disais : pur film de propagande.

- N’empêche qu’on y montre au moins que les Maghrébins ont combattu à nos côtés, ce que la plupart des gens ignorent.

- Mais on ne l’a jamais caché ! Au contraire !
De mon temps, à chaque 14 juillet, on faisait défiler un détachement composé de soldats issus des colonies, et figure-toi que c’était les plus applaudis !

Tu vois comme la France était raciste !

Et puis l’indépendance venue, ces hommes ont cessé de défiler dans un pays qui n’était plus le leur. Rien de plus logique. Quoi qu'il en soit, en pourcentage de tués, les troupes arabes en ont eu 5%, les troupes françaises de métropole 5,3%, et les troupes Pieds-noirs, 5,8%. C'était extrait d'un PDF nommé "L'Assassinat de la France raconté à ma petite-fille", d'un auteur dont le pseudo était "Antigone". Le PDF a été retiré, peut-être parce que l'auteur veut publier.

Il semble que la France commence à s'exprimer.

Mieux vaut tard que jamais, mais ça fait tout de même une génération perdue pour nous, et une gagnée en face avec les 100 000 arrivées par an et les naissances sur notre sol de "Français" qui n'ont pas forcément envie de le rester quinze ans plus tard, mais n'en ont pas moins la capacité de nuisance comme s'ils appartenaient à la nation alors qu'ils n'en ont que la nationalité.

 

François Paganel

08 11 16