Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2018

Bendala et Medine

Comme je l’avais mis en prospective, l’affaire Bendala se retourne à l’avantage du Président Macron …sur le fond il a raison de dire que c’est un non–événement.

Il signifie par là qu’il règle le compte à une opposition interne et externe qui se discrédite en fonçant dans le piège comme un ours qui veut écraser la figure du jardinier pour chasser la mouche dont celui ci est importuné pendant son sommeil.

Certains dans l’opposition, mais surtout certaine, se sont montrés particulièrement stupides, se voyant déjà aux portes du pouvoir.
Pendant ce temps le peuple oublie l’essentiel c’est à dire Medine et le sauvetage de notre identité culturelle.

Je remarque à ce sujet que contrairement à sa tante, Marion Maréchal n’est pas tombée dans le piège tendu par le pouvoir, car elle sait que le sauvetage de notre culture et de notre identité est le défi immédiat que nous avons à relever.

Elle sait comme Trump ou Poutine que nous n’avons rien à faire de l’identité culturelle des pays sous développés. La faiblesse classique de l’Occident, à laquelle il faut remédier, c’est de vouloir propager SA culture et en particulier l’expérience démocratique européenne mise à mal par les « bien pensants ».

Ils disent tous trois que « l’homme blanc » ne sanglote plus [1]    

La déficience quasi congénitale de la conscience, de l’identité des pays sous développés, n’est pas la conséquence de la « colonisation » Elle est le résultat de la paresse, de l’indigence, de la corruption des élites nationales, de la formation clanique, cosmopolite de leur esprit et leur recul vers une culture tribale.

Rien n’était donc joué avec l’indépendance et le retour de « l’étranger ». L’aspect économique et financier déplorable, conjugué avec leur hostilité envers nos principes démocratiques et nos valeurs culturelles font qu’ils ne pensent plus qu’à une chose nous envahir par le nombre, se venger et nous imposer leurs « valeurs » tribales, claniques et surtout religieuses.

C’est pour cela que nous devons vaincre au Bataclan le 19 octobre.      

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
29 07 18                                                                                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Le sanglot de l’homme blanc de Pascal Brukner Seuil 1983

15/07/2018

Des étranges alliés

Des étranges alliés déterminés par la politique énergétique et financière en particulier US, nous combattent aussi profondément que les terroristes, ils poursuivent les mêmes objectifs que les djihadistes les plus violents, à savoir la conquête pour l’islamisation du monde, en particulier du ventre mou européen.
Quand à L’UE, gagnée par l’utopie multiculturaliste des démocrates chrétiens comme Schumann, Monet et autres acolytes pro américains et mondialistes, elle est la meilleure arme des islamistes… comme la plus sure voie de pénétration.

Comme le disait Karl Popper, un Autrichien,  le pire risque de dissolution des sociétés pluralistes, consiste à tolérer sur leur sol l’intolérance au nom de la tolérance.

Vous comprendrez alors que NOUS Français devons soutenir sans réserve la résistance italienne, polonaise, autrichienne, hongroise, allemande et plus généralement la FIN de cette UE qui n’est pas NOTRE.

J’incite mes ami(e)s à le faire en se regroupant localement pour le moment venu …car il viendra …être prêt pour la « Reconquête » de nos valeurs, de nos territoires, de nos identités ETC…pensez y !

Pour commencer TOUS au Bataclan pour gagner le 19 octobre notre première bataille contre le totalitarisme islamique que nos élites politico-médiatiques et nos institutions sont bien incapables de combattre.

Pas de liberté, pas de tolérance pour les ennemis de la liberté et les intolérants ! C'est ce que nous allons commencer à dire au Bataclan !

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

15 juillet 2018

07/05/2018

Lettre à Monsieur le maire de Béziers.

Monsieur Ménard,

L’ignoble agression que vous avez subie ne devra pas rester impunie, c’en est trop, la coupe est pleine, la horde est lâchée et je soupçonne qu’il n’y a eu personne pour la retenir. Je m’étais déjà insurgé contre celles qui avaient touché M. Douste-Blazy à Lourdes et M. Delanoë et même en tant qu’opposant à ces deux hommes, j’ai toujours refusé obstinément que des élus puissent tomber à terre. Mais ceux-là étaient des fous, ceux qui vous ont agressé sont d’une certaine France « normale », avec les courses le samedi, le foot le dimanche mais la haine recuite contre ceux qui voudraient les défendre ! C’est bien pire encore que les actes des fous.

Vos agresseurs vous ont sciemment ciblé, il faut qu’ils paient, et les vidéos seront là pour étayer votre défense contre ces personnages au bien vil instinct, celui de la traitrise et de la collaboration aux forces plutôt obscures qui se sont mises à dessiner le destin de notre pays.

Je pensais que même un rappeur de banlieue avait droit à une protection policière lors d’un déplacement à risque ? Vous vous êtes retrouvé seul face à la horde, avec quelques amis qui tentèrent de vous aider, sans que le préfet ait prévu le moindre dispositif pour vous protéger, c’est une honte et vous le savez bien.

Cher Monsieur Ménard, je sais que vous ne laisserez pas cet affront impuni, vous aviez déjà mon soutien, vous l’avez plus encore.

Bien cordialement,

Francis-claude Neri

07 05 18