Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2016

Recadrer pour résoudre les problèmes

« Recadrer c’est l’art de trouver un nouveau cadre, c’est à dire modifier le contexte conceptuel et /où émotionnel d’une situation, ou le point de vue selon lequel elle est vécue en la plaçant dans un autre cadre ».

Le paradoxe c’est que l’on nous dit à nous Européens : « Soyez humanistes », repentez vous de vos erreurs et de vos fautes ; modifiez votre contexte conceptuel et émotionnel …vous êtes comme vos ancêtres des esclavagistes et des racistes.

Et le plus terrible c’est que cette « injonction paradoxale » vient également de nos rangs à l’exemple d’Alain Persat et de milliers d’autres qui pensent encore que nos valeurs sont universellement admises et applicables.
Ils se trompent bien entendu car les « dictatures y compris religieuses imposent presque toujours des paradoxes semblables : modifier les pensées du peuple et ses façons de voir pour les tenir à leur merci !
C’est terrible cette inaptitude de gens intelligents comme Alain Persat  à accéder au niveau de complexité suffisante pour appréhender l’idée que notre humanisme EST notre faiblesse et que ceux que nous ne voulons pas considérer comme des ennemis, s’en servent pour nous détruire !
Certains des nôtres  ne voient pas, ou ne veulent pas voir, que cet « humanisme » dont la France s’est faite le réceptacle doit être défendu.
Ces concepts humanistes, ces valeurs gréco-latine, judéo-chrétiennes et issues des lumières, une force composite s’en ai emparée et les utilise pour mieux les détruire et nous avec.  

Cette force, aux entrées multiples, est composée d’un libéralisme économique, financier, militaro-industriel dévoyé, d’un préjugé multi-culturaliste et universaliste essentiellement de gauche et d’une idéologie mortifère l’islam qui veut conquérir le monde.

L’alliance objective de ces trois forces est redoutable et lorsqu’elle agit en cohérence absolument invincible ; nous ne pouvons les vaincre une fois liguées contre nous.

Notre seule chance est de les diviser, de les affronter séparément, régionalement et localement.
Nous ne pouvons utiliser la force brute des armes, car la leur est mille fois supérieure à la notre, mais celle de nos cultures qui ont fait ce que nous sommes et qui fait encore notre fierté d’Européen et de Français…ensuite notre intelligence et notre savoir scientifique et technologique.

En affrontant prioritairement l’islam sur notre territoire, nous affaiblissons considérablement l’outil guerrier et idéologique de la « triplice »
En chassant l’islam de France, nous libérons un territoire humaniste et recréons une base pour son développement.

Si Alain Persat et ses amis « bien pensants » comprennent cela, ils comprendront pour quelles raisons il faut voter Marine Le PEN. En France c’est la seule qui affronte la « triplice de l’horreur ».

Francis-claude NERI

30 09 16     

16/09/2016

Hollande au pouvoir ?

Hollande cristallise trop de désillusions. Il ne remontera pas.

Martine Lecointre-Guillon

Finalement, et pour ce qui me concerne, ce n'est pas l'individu Hollande qui me semble en mesure de "contrarier" la nécessaire "reconstruction sociale" que Marine est la seule à porter ...ou du moins la seule en mesure de NOUS faire accéder au POUVOIR.
Ce qui menace c'est la collusion de la gauche avec le centre et une certaine droite qui depuis 50 ans fait le jeu de la gauche, de la globalisation et de l’islamisation de la France.

Nous verrons bien si à FREJUS Marine à prit acte que sa stratégie de "dédiabolisation" et d'apaisement pour "séduire" cette "clientèle" des classes moyennes et des retraités, qui lui font systématiquement défaut au second, tour n'est pas payante.

Nous verrons si elle s'engage résolument dans une reconstruction de la société qui ne peut se faire qu'à partir d'un projet de société interactive faisant une large place aux rétroactions sociales qui seules font "bouger" un système sclérosé et qui tourne en rond.
Sans boucle de régulation et de contrôle, un système social à « commande directe » n’est rien d’autre qu’une dictature.

Les réseaux sociaux lui donnent un énorme avantage si elle sait utiliser les possibilités de retour de l'information vers les centres de décision car sans boucle de rétroaction, il ne peut y avoir de PARTICIPATION et de corrections des inévitables erreurs stratégique, tactiques et surtout dans la construction du projet de gouvernance.

J'espère que le message est passé ...FREJUS nous le dira

Francis-claude Neri

16 09 16

16/07/2016

Héros kémalistes

Nous avons tous en nous le mythe salvateur du putsch pour évacuer nos frustrations et notre rage de voir un pays se déliter dans les miasmes des manipulations financières, des prébendes, et des collusions souvent incestueuses de l’entre-soi, qui en fait, aboutissent le plus souvent à une sodomie politique dont le peuple reste la victime expiatoire, hébété et sidéré comme la pauvre chèvre recevant l’onction infertile d’un fermier de Racca en Syrie.

D’abord déçu que cela ne se soit pas déroulé en France, et que les culs érigés en pyramide sous vision nocturne pour attirer l’offrande populaire, des émissions de télé-réalité, n’eussent pas été interrompus par le carré des galons d’un Général ami, enserrant avec poigne le micro des années cinquante de Bourdin, pour annoncer la loi martial, je compris enfin que des héros kémalistes étaient à l’œuvre en Turquie. Le Dictateur ami de l’EIL, ayant gavé sa famille avec le pétrole de contrebande d’Al Nosra, et de Daesh, allait enfin rendre gorge, lui, l’ordure mafieuse à la tête de la deuxième armée de l’OTAN, qui n’hésita pas à descendre un Sukhoi russe et livrer ses pilotes aux égorgeurs.

Erdogan a reçu le soutien de l’oligarchie mondiale, tout va bien, et les islamistes ont gagné finalement.

Personne dans les médias, n’a relevé l’aspect symbolique du putsch… Les kémalistes l’ont lancé sur le Bosphore, ce lien éminemment symbolique qui lie le Moyen-Orient à l’occident, une passerelle entre la Russie en Crimée, et l’Europe. Contrairement à l’Ukraine, il n’y avait pas de membres de la CIA pour encadrer ce coup !!! Le Kémalisme est mort sur l’autel du machiavélisme américain, mieux vaut contrôler l’islamisme en soutenant un dictateur, que de le voir entrer en résistance. Malheureusement, cette erreur tactique américaine, laisse prospérer un dictateur dont l’armée est équipée de missiles capables de rivaliser avec les nôtres, en lui laissant l’occasion de prospérer et de continuer à entretenir ses liens commerciaux avec Daesh, au dépend de l’intérêt des syriens. Ennemi de la Russie, Erdogan, le mafieux terroriste, l’est aussi pour moi.

J’espère que nos amis kémalistes ne seront pas passés par les armes de ce bourreau et que l’appartenance de la Turquie au Conseil de l’Europe leur épargnera finalement la vie.

Patrick Escudié

16 07 16