Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2020

Le Covid le monde le politique le sociologue et l économiste

Patron d’émission  Christian Vanneste qui reçoit :

  • Markus Kerber, économiste et professeur de droit à l’université de Berlin
    Drieu Godefridi, philosophe, essayiste et fondateur de l’Institut Hayek de Bruxelles
  • Evelyne Joslain, essayiste
  • Michel Maffesioli, professeur émérite à l’université Paris-Descartes
  • Robert Ménard, maire de Béziers
  • Marc Rameaux, directeur de projets dans une grande entreprise industrielle française

J’ai trouvé cette émission passionnante à divers titres : C’est tout d’abord la nouvelle forme d’intervention « politique » à laquelle il va falloir s’habituer …ensuite c’est la « mise en scène » d’une « communication » systémique du local et du global en interaction à la fois linéaire, horizontale et verticale.
C’est encore hésitant, çà tâtonne, mais c’est le bon chemin à mon sens.
Repérons les « acteurs » de cette « scène » ils se préparent à aller plus loin. Si l’on relie un peu les évènements nous pourrions noter et « relier » avec la longue chronique de Marc Rameaux sur les « 75 % » !

Par contre pour ma part je n’ai rien compris de ce que raconte Michel Maffesioli ; il eut mieux valut inviter Maitre Combaz à la place !

J’espère que vous irez au bout afin que nous en débâtions ensemble
Merci d’avance !     

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

04 05 20

https://www.radiocourtoisie.fr/2020/04/29/libre-journal-d...

26/02/2020

La France de demain !

Il est fini le temps ou les problématiques économiques et sociales tenaient le haut du pavé, ou une large classe moyenne assurait une stabilité sociale rassurante.
La mondialisation met notre pays à mal, la classe moyenne a perdu ses repères et se joint aux turbulents gilets jaunes manipulés par la gauche elle même en déshérence et qui est comme la droite corseté par et dans son idéologie libertaire.
L’immigration et l’islamisation ont pris des dimensions catastrophiques, la question sociale est devenue celle des valeurs, de leur préservation, de leur redécouverte et plus vraiment celle de la lutte des classes.
Un nouveau clivage est né, un nouveau défi à relever qui va s’organiser, dixit Zemmour,  entre les populistes nationalistes et les écologistes ; « entre ceux qui ont peur du grand remplacement et ceux qui ont peur du grand réchauffement ».

Pour ma part je dirai qu’il s’agit de conséquences, que  les vrais défis sont ailleurs et qu’il faut suivre le processus de « causalité » ;  rechercher en amont la ou les « causes des causes ».
Nous avons le résultat de 50 ans de lâcheté de la prétendue droite, de calculs politiciens, de naïveté, d’idéologie de gauche.

Alors qu’elle sera la France de demain ? Certainement plus celle de la « lutte des classes » ; la France de demain est déjà là et bien installée :

1) C’est la France des métropoles contre la France périphérique et ….
2) La société des individus contre l’intelligence collective.

Elle risque de perdurer AVEC ou SANS Mr Macron.

Ces deux éléments compris pas tous – et il faut qu’ils le soient si ceux qui veulent entrer dans   l’action veulent aussi être crédibles – il faut voir la réalité en face si nous voulons la changer.

La réalité c’est la raison en politique et l’union sur le terrain du « local » ! Les municipales sont le laboratoire de ces « listes d’union »  qui veulent partir du local pour transformer la France.
Comme le dit Robert Menard, c’est cette méthode qui nous fera gagner des villes aujourd’hui et demain gagner pour la France.
Et pour gagner, il faut agir en dehors des appareils, l’union se fera contre ces appareils ! Il faut démarrer par le local !

A partir de la base il faut  prouver que nous pouvons rassembler sur quelques idées forces ; avec les partis nous n’y arriverons pas !

La France que NOUS voulons demain commence aux municipales !

Francis-claude Neri
http://fr.blogspirit.com/

26 02 20  

 

 

 

 

 

 

 

31/01/2020

LES QUESTIONS GENANTES...

Lorsque Marion Maréchal-Le Pen avait posé ces questions à l'assemblée la seule réponse de la ministre avait été : "Vous êtes là pour inciter à la haine et à la discrimination"...

1) Où est la justice sociale quand on repousse l'âge légal de la retraite alors que tout étranger de 65 ans n'ayant jamais travaillé ni cotisé en France, a droit à une retraite de 780 euros par mois dès son arrivée ?

2) Où est la justice sociale quand une femme de paysan ayant travaillé 50 ans à la ferme, n'a pas droit à ces 780 euros au prétexte que son mari et elle dépassent le plafond de 1200 euros de minimum vieillesse pour un couple ?

3) Où est la justice sociale quand la sécurité sociale en faillite continue de payer à l'étranger, sans le moindre contrôle, des retraites à d'innombrables centenaires disparus depuis des
lustres ?

4) Où est la justice sociale quand l'Aide Médicale d'Etat soigne 220.000 sans papiers chaque année, à raison de 3.500 euros par malade, alors que la sécurité sociale ne dépense « que » 1.600 euros par affilié qui travaille et cotise ?

5) Où est la justice sociale quand des étrangers bénéficient de la CMU et d'une mutuelle gratuite, alors que 5 millions de Français n'ont pas de mutuelle, trop riches pour bénéficier de
la mutuelle CMU mais trop pauvres pour s'en payer une ? 30% des Français ont différé leurs soins en 2011 !

6) Où est la justice sociale quand on sait que 10 millions de fausses cartes Vitale sont en circulation et permettent de soigner des milliers d'étrangers sous une fausse identité, au
détriment des ayants droit ?

7) Où est la justice sociale quand la France entretient des milliers de polygames, certains d'entre eux percevant plus de 10 000 euros par mois sans travailler, alors que la polygamie est interdite et que nos comptes sociaux sont dans le rouge ?

8) Où est la justice sociale quand une famille nombreuse étrangère est prioritaire pour un logement social, alors qu'un jeune couple français doit attendre sept ou huit ans son premier logement pour avoir un enfant ?

9) Où est la justice sociale quand on sait qu'un million de faux passeports, donnant droit à la manne sociale, sont en circulation sur les sept millions de passeports biométriques soi-disant « infalsifiables » ?

10) Où est la justice sociale quand un Français né à l'étranger doit prouver sa nationalité à l'administration, ce qui se traduit souvent par un véritable parcours du combattant, alors qu'on
brade chaque année la nationalité française avec des milliers de mariages blancs ?

11) Où est la justice sociale quand on veut donner le droit de vote aux étrangers, alors que nos élus ont confisqué aux citoyens leur « non » au référendum sur la Constitution européenne et que des millions d'électeurs, de droite ou de gauche, ne sont pas représentés au Parlement ?

12) Où est la justice sociale quand on accueille chaque année plus de 200.000 étrangers non qualifiés, dont notre économie n'a nul besoin, alors que la pauvreté augmente, que nous avons près de 5 millions de sans-emplois et que le chômage atteint déjà 40% chez la population
immigrée ?

13) Où est la justice sociale quand le contribuable finance des associations qui ne combattent que le racisme à sens unique alors que le racisme anti-français est systématiquement ignoré et les plaintes classées sans suite ?

14) Où est la justice sociale quand on condamne un journaliste pour avoir énoncé une vérité sur la
délinquance étrangère, alors que des rappeurs incitant à la haine ne sont jamais inquiétés au nom de la liberté d'expression ?

15) Où est la justice sociale quand la délinquance explose et que les droits des voyous passent avant ceux des victimes ?

Car si l'intégration a totalement échoué, c'est tout simplement
parce que nos dirigeants ont confondu antiracisme et acceptation de l'autre, avec le renoncement à nos valeurs. Il ne fallait rien changer au moule républicain qui a permis depuis des siècles à des millions d'immigrés de devenir des citoyens français. Les règles d'intégration qui ont fait leur preuve avec des générations d'immigrés étaient la force de la République. La faute majeure de nos élus est de les avoir ignorées.

Jean Louis Trainar

31 01 20

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/