Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2021

Le système et nous

approche  systémique,décroissance,club de rome,démondialisationL’analyse systémique traite des problèmes dont nous faisons l’expérience quotidienne et qui concernent notre vécu concret.

Il s’agit des déficiences et des carences de notre civilisation et par là même de nos besoins et de nos aspirations qui ne sont pas seulement monétaires, économiques, culturelles, cultuelles ou sanitaires.
Sous cet angle de vue, la crise du Covid 19 est un événement parmi d’autres.

Il s’agit, considérant que nos systèmes sont des éléments en interactions dynamiques orientées vers un but, d’établir des corrélations correctes entre ces interactions et la production d’évènements.

Un bon ordinateur peut faire çà. Il ferait et rejetterait autant de corrélations en une journée qu’un homme puisse faire en une vie. Le Club de Rome dans les années 60 avait un bon ordinateur. Ceux qui l’avaient programmé prévoyaient l’effondrement pour les années 2050. Nous n’en serions pas loin semble t’il ?
De plus, il travaillerait au hasard alors qu’un homme aurait au départ des préjugés, des idées préconçues fondées- basées - sur ses croyances.
C’est la méthode - artisanale - que nous avons développée sur Cygne Noir c’est à dire projeter - prospective- un événement improbable mais qui arrive tout de même.
L’approche est incertaine, aléatoire, on ne sait pas ce qu’on cherche et ce que nous allons trouver…Nous avons cherché et nous avons trouvé Eric Zemmour pour répondre à notre attente sur UN événement : l’élection présidentielle de 2022.

Dans cette démarche, discriminer- c’est à dire distinguer un événement - un résultat- important d’un inutile est pour le moins crucial.
Par exemple : l’événement qui consiste à manifester chaque samedi contre le  passe-sanitaire  est il signifiant et utile ?
Peut-on le « corréler » avec un autre événement et lequel ?
Peut-on en tirer des conclusions appropriées ?
Peut-on tomber sur la bonne réponse par intuition ?
Peut-on en tirer une « prospective » pour l’élection présidentielle de 2022 ?  

Nous avons besoin de procéder à des corrélations de hasard à grande  vitesse ainsi que d’un quotient élevé de discriminations des choses d’importance majeure- signaux faibles compris- et approche  systémique,décroissance,club de rome,démondialisationrapprocher des événements insolites qui semblent n’avoir aucun rapport entre eux !

La France et l’Europe sont à une heure de vérité. L’enjeu est colossal et la dégradation de l’environnement économique, financier, social, sécuritaire, sanitaire, écologique au sens littéral de l’écosystémique, la pression mise par le pouvoir sur la liberté d’expression, ne nous permettent pas de renoncer au débat médiatique sur les réseaux sociaux comme dans la rue.
Surtout dans la rue …dans laquelle il faut peut être renoncer à descendre sous l’injonction  des éternels protagonistes de la CGT, de Monsieur Mélenchon ou des agents du pouvoir actuel qui mènent la danse.

L’exemple des Gilets Jaunes devrait nous éclairer sur le sens et l’utilité de l’action et sur ceux qui veulent nous manipuler afin de servir leurs intérêts.

approche  systémique,décroissance,club de rome,démondialisationDescendre dans la rue d’accord, mais alors dire pour quoi faire, comment et surtout y rester !

Enfin, il m’apparaît que si chacun des « leaders d’opinions » peut se spécialiser sur une entrée - le passe sanitaire par exemple- ou encore -l’immigration- il faut approcher une vision globale tout en localisant l’action et, il me semble que cela nous ne pouvons le réaliser qu’à partir de nos réseaux sociaux ou à l’air libre, dans la rue, mais certainement pas au sein de l’UE comme certains peuvent encore l'espérer.

Si nous ne résistons pas, nous allons être submergés par la vague bien pensante et à mon sens c’est en cours ! Alors occupons autant que nous le pouvons le terrain médiatique et le moment venu, la rue. C’est le moins que nous puissions faire !

Notre prise de position au Cygne Noir a le mérite de satisfaire toutes les exigences :

 - le bon sens 
 - la physique : la Terre n’est pas infinie 
 - les mathématiques : une croissance exponentielle est dangereuse 
 - la cybernétique : tout - ou presque- est régulé sur la planète sauf la fonction démographie humaine, ce qui est une grave erreur car tout système à croissance exponentielle est condamné à mort.

Nous partageons l’analyse écosystémique de la surexploitation de la Terre qui est l'expression de la liberté de l'homme mais aussi de son incapacité à gérer l'avenir de la planète.
Les crises actuelles qui se succèdent seraient dues au manque de régulation et de contrôle et donc au développement excessif du libéralisme financier, économique ET social qui favorise par tous les moyens le développement démographique pour avoir des bras pour faire tourner ses usines et des consommateurs pour écouler ses produits.
Le résultat serait l'accumulation de capital qui doit se faire sur le dos des travailleurs, des consommateurs et de l'environnement. Le visage actuel du « libéralisme »  et de la « mondialisation » c’est la génération de profits fussent au détriment de tous les moyens et des ressources.

Ainsi va la vie, avec son cortège de souffrances des salariés pressés comme des citrons, des consommateurs volés par des produits souvent inutiles (création du besoin),  trop chers, non adaptés, dangereux, (produits chinois, par exemple) et un environnement méprisé par une dégradation continue.
Le moment est venu de calmer le jeu, de réfléchir à une autre croissance en harmonie avec les réelles possibilités de la planète. Il s'agit de se comporter en vrais gestionnaires du vivant c'est-à-dire de toutes les espèces animales y compris l'homme qui devra cesser de s'arroger le droit de se comporter en saccageur irresponsable.

Pour contrer un problème, il faut s'attaquer à la cause racine, la cause des causes.
La cause racine c'est la surpopulation. La Terre est un système fermé. La croissance démographique obéit à une règle de boucle ouverte. Il n'y a aucune régulation. Un système qui fonctionne en boucle ouverte est condamné à une auto destruction à plus ou moins court terme. Imaginons le corps humain qui arrête de réguler sa température. Le résultat serait une montée de fièvre progressive avec la mort du sujet.

La solution à CE problème :

-réduire drastiquement la population mondiale
-réduire la population s’il le faut par la contrainte dans les pays ne disposant pas de ressources pour nourrir leurs enfants
-mettre les adultes de ces pays en face de leurs responsabilités et leur « expliquer » que faire des enfants condamnés à mourir de faim est une attitude criminelle.
-sanctionner durement  ces attitudes criminelles selon les us et coutumes de ces pays.

En appliquant cette solution décrite plus haut, la faim dans le monde devrait être éradiquée en moins de 10 ans.
J’ajouterai que la seconde cause « racine » est la surconsommation des pays riches. Il n’y aura pas de régulation systémique et globale et par conséquence de paix sociale sans égalité de contrainte ou si vous préférez sans justice sociale, c'est-à-dire sans que les Occidentaux ne réduisent pas leur consommation, en particulier alimentaire.

En plus, cela leur ferait énormément de bien, ils sont trop bien nourris et par conséquence ils en deviennent malades. Un peu de sobriété ne peut leur faire de mal et réduira nos dépenses de santé.

La réponse à la crise écosystémique globale se résume donc à deux formules :
Moins de monde pour l’orient, le monde arabo-musulman et Africain et plus de frugalité pour l’occident !
Il n’y a plus qu’à !
Ah si nous avions un super ordinateur à notre disposition !

Francis-Claude Neri
Cygne Noir
www.facebook.com/groups/horizon2022/

07 08 21

 

04/02/2021

Il y a MOI et le système

(Voir : L’affaire Thomas Crown)

Tout le monde veut sortir du système mais sortir du système c’est passer d’un état à un autre, d’un niveau de conscience à un autre, par un changement de comportement (et donc d’attitudes) qui peut se produire au gré du sujet concerné ou de facteurs externes...

Nous ne pouvons faire l'impasse sur la prise de conscience du "sujet concerné" même si nous pensons qu’il ne veut pas faire cet effort, qu’il se complet dans son "attitude" de soumission au pouvoir, car il reste le ou les "facteurs externes" ...le chaos probablement…donc un Cygne NOIR.

Nous pouvons tout essayer en fait !

A quand, par exemple, une table ronde avec Arthur Keller, Jean-Marc Jancovici, Gaël Giraud, Philippe Bihouix, Vincent Mignerot, Pablo Servigne, Laurent Testot et NOUS ?
Faire le constat et l’état actuel du système, explorer des pistes pour anticiper et faire face à un effondrement et un « emballement »  mondialiste  prévisibles ?!
Travaillons sur une vision, une utopie qui dit que la solution est de rendre son quartier résistant, quartier par quartier, et mettre en avant l’altruisme de masse, la bienveillance, le partage, l’entre aide !
La prise de conscience individuelle nous intéresse, mais ce qui fera le changement c’est la naissance et le développement d’une intelligence et d’une prise de conscience qui soient collectives, qui agissent  « maintenant » dans leur contexte et leur environnement LOCAL Bref agissons « local » avant de penser Europe ou mondial c’est de toute façon, pour le moment, hors de notre portée !
C’est sur place, dans NOS systèmes de proximité que nous pourrons recréer des systèmes résistants à la mondialisation, à l’invasion migratoire et à la Oumma  ce que nous ne faisons plus depuis au moins 50 ans

Mais pour cela, il faudra en France, prendre le pouvoir en 2022  et sortir de l’UE …il n’y a rien à tirer pour nous de cette institution.

Nous avons à nous mettre d’accord sur une procédure efficace, durable et conviviale, afin de contrôler les outils sociaux.
Sachons que l’inversion de la structure institutionnelle, par une constituante, ne pourra être ni amorcée ni soutenue si nous laissons en place et reconduisons les mêmes cadres politiques, institutionnels et médiatiques qui ne sont capables que de faire un peu plus de la même chose et promettre la lune aux peuples crédules.  

https://www.youtube.com/watch?v=kLzNPEjHHb8&fbclid=Iw...

04 02 21
François Hoffmann

Cygne Noir

 

16/12/2020

Surpopulation Malthus avait raison

La question se pose de savoir si la bombe démographique qui continue ses ravages dans le Tiers Monde, en particulier africain, n’entraînera pas les riches dans la catastrophe d’un scénario finalement semblable au niveau mondial à celui que Malthus envisageait pour l’Angleterre des années 1820.

Nous ne sommes plus très loin des limites techniques envisagées par Malthus et du club de Rome et nous entrons probablement dans la zone des « rendements décroissants. »
L’eau, le pétrole, les phosphates, toutes ces ressources naturelles sont rares, et de nature à constituer des obstacles ultimes à la croissance des revenus réels et de la population y compris dans nos « pays riches ».
Si, par exemple, dans l’espoir de réduire le taux de croissance démographique mondial au niveau de celui des pays aujourd’hui développés, on veut donner aux pauvres d’Afrique et du Tiers Monde un niveau de vie analogue à celui de ces derniers, avec les populations actuelles, il faut multiplier la production d’énergie par un facteur 3,3 – ce qui n’est pas peu – et par un facteur 6 avec les effectifs de population prévus pour 2050. Tout est à l’avenant, qu’il s’agisse des équipements touristiques ou des systèmes scolaires…

Il n’est pas sûr que l’humanité sache gérer un tel problème ! Or il faudrait le faire rapidement pour éviter de voir exploser la bombe démographique.

Réduire la croissance démographique par l’accroissement du niveau de vie est une gageure.
La question pourrait devenir : Les riches ont ils encore besoins des pauvres ?
Les pauvres par leur nombre et les riches par leur niveau de consommation concourent à l’épuisement des ressources naturelles : il n’y presque plus de pétrole pour alimenter en énergie le climatiseur du riche, et plus de bois de feu pour cuire le maigre repas du pauvre…

Il faudra faire quelque chose, mais quoi ?
Les méthodes restent à trouver. Il est peu probable que la loi naturelle de la mondialisation y contribue beaucoup.

 

La seule solution au problème, l'agir local. Il n'y a pas de réponse mondialiste !

 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

16 12 20