Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2018

L'EUROPE EST FINIE ! ?

Le mini sommet européen de dimanche était si mini qu’il ne pouvait rassembler tous les membres de l’Union Européenne, certains, le boycottant, estimant avoir des divergences fondamentales avec ce qui serait dit.
Mais même les pays y participant ont été incapables de sortir à l’issue de la réunion un communiqué commun tant leurs idées divergent. Alors notre presse et nos chaines d’info se font discrètes tant l’échec est patent, tant l’UE se délite!

Les 5 heures de réunion pour préparer le grand sommet de cette fin semaine ont donc abouti à mettre en évidence l’absence de consensus. Comment pourrait-il en être autrement avec la France et l’Allemagne préconisant le retour des migrants errant à l’intérieur de l’espace Schengen dans le pays européen qui les a accueillis en premier !
On comprend l’Italie qui ne veut plus voir accoster de bateaux d’ONG dans ses ports ! Le seul accord possible est dorénavant sur l’idée de regrouper les migrants au sud de la méditerranée, en Afrique et, de là, étudier cas par cas les dossiers.
Le Danemark ne demande pas autre chose en voulant le renforcement des frontières extérieures à l’UE.

Pendant ce temps, les immigrationnistes prédisent une crise humanitaire sans précédent si on ne laisse pas entrer toute les africains qui le veulent, en Europe ! Mais qu’en sera-t-il alors des européens ?
Il est clair comme le dit Nicolas Dupont Aignan “que notre pays est colonisé (…) économiquement, religieusement et « migratoirement » par les migrants qui arrivent sur notre sol”.
La question de l’identité est celle sur laquelle les propagandistes mondialistes ont le moins de prise. Elle n’est pas une affaire de pognon. C’est la perception que chacun a du monde qui l’entoure.
Même si nos médias cherchent à faire prendre aux européens des vessies pour des lanternes, les faits sont têtus. L’islam envahit progressivement le champ culturel. Le ramadan est en train de prendre une place économique importante. De plus en plus d’entreprises se voient déjà exiger un jour férié au moment de la fête de l’Aïd !

L’alternative est claire: Soit nous acceptons que l’Europe devienne une terre d’islam en acceptant l’invasion actuelle et l’archaïsme qui en découlera inéluctablement comme dans les autres pays musulmans, soit nous stoppons fermement une immigration qui ne fait qu’appauvrir les européens, et nous arc-boutons sur nos valeurs.

L'ISLAM nous conduira à l’Holocauste, celui des Chrétiens d’Europe, long et effrayant comme il le fut ailleurs.
Souvenons nous que l'Islam a régné 800 ANS en Andalousie, dans une partie de l’Espagne, La partie occidentale de l'actuelle Turquie ne s'en est jamais remise !!!
La réponse à ce choix doit venir des citoyens et non d’en haut. Qu'ils nous traitent de TERRORISTES et nous le deviendront, par la force des choses !!


Marianne Cheremetieff.
26 06 2018

05/05/2018

Clichés politiquement corrects

Nous ressentons en France et en Europe ce que nos parents devaient ressentir sous l’occupation.
Il y a depuis les années 70 certains sujets que nous évitons soigneusement d’aborder à moins de se trouver en milieu sûr.
De véritables cris d’alarme sur des sujets comme la démographie excessive des peuples africains, arabo-musulmans et quelques autres, l’immigration remplaciste, l’islamisme conquérant, un libéralisme économico-financier prédateur et destructeur, les dangers d’une absence de régulation écologique …sont passés sous silence.
Chacune de  ces problématiques minimisée, est traitée séparément et « à minima » afin que les peuples ne prennent conscience de leurs effets convergents, cumulatifs et systémiques.

Dans l’indifférence générale du politico-médiatique, les lanceurs d’alertes sont systématiquement discrédités par des critiques venimeuses, partiales et le plus souvent infondées, s’ils ne sont pas poursuivi et dans l’obligation de s’exiler.

Le peuple se plie aux tyrannies d’une minorité agissante, en particulier Bruxelloise suffisamment intimidante pour réduire au silence tous ceux qui font preuve d’anticonformisme dans le domaine des idées.      

Ceux qui sont conscients des dangers, et veulent y sensibiliser leurs compatriotes, affichent et donnent, trop souvent sous la pression des minorités agissantes et la peur de la chambre 17, des gages au « politiquement correct ».
Ils veulent, eux aussi, avoir une vie tranquille et expriment, eux aussi, des sentiments conformistes surtout si ils ont dans l ‘idée qu’ils tirent bien seuls la charrette des « mal pensants ».
Ils auront tendance, puis l’habitude, de dire le contraire de ce qu’ils pensent vraiment enfin d’éviter les ennuis.
Il y a encore les réseaux sociaux mais nous n’avons toujours pas compris pour QUOI et comment s’en servir (échec des réseaux inter et infogroupes)

Nous ne sommes pas sur le bon chemin les ami.e.s nous sommes sur celui de la déresponsabilisation individuelle et la négation des problèmes en question.

 Les partisans du multiculturalisme, du globalisme et du transformisme ont devant eux une voie royale avec le Président Macron et ses amis !

Francis-claude Neri

05 05 18

06/02/2018

Démocratie : la fin ?

Je considère le nationalisme comme le véhicule de la lutte pour la reconnaissance et la source des plus violents conflits de notre temps.

La démocratie avait l’objectif de remplacer le désir irrationnel d’une nation d’être reconnue comme plus grande que les autres, plus forte, plus structurée, plus organisée, plus travailleuse etc… par le désir rationnel d’être une nation égale dans un monde égalitaire. 

Un monde aux nations égalitaires dotées de démocraties libérales devait connaître moins d’occasions de guerres, puisque toutes ces nations reconnaitraient leur légitimité mutuelle.
Ces nations se réservaient le droit et le devoir de faire la guerre à des Etats qui ne partageaient pas leurs valeurs fondamentales.

Ce fut le cas en Europe de l’Ouest et plus « globalement » en Occident. Le « calme libéral y est revenu » et le libéralisme consumériste prit son essor.

Mais le nationalisme y fut de nouveau en plein essor, en particulier au moment ou des pays de l’Europe de l’EST rejoignirent l’Ouest au sein de l’UE.

Il semble que ce soit en raison des promesses non tenues de la « démocratie libérale » Européenne.
DES questions se posent : le communisme est il vraiment mort ? La religion « structurante » peut-elle revenir en force … et LAQUELLE ? L’ultra libéralisme autoritaire, oligarchique également ?

Bref il semble que les démocraties « libérales » réussies, et rassemblées par cette réussite, ne peuvent le rester très longtemps.
Les contradictions internes, les pressions démographiques et immigrationistes, finiront par ruiner le système politique qu’elles constituent.
L’effondrement est en cours et semble à terme inévitable.

La question se pose du comment redonner sens à la « reconnaissance universelle et égale » et effacer les effets « niveleurs » de l’idéologie « égalitariste » de la révolution française.

C'est-à-dire à une société globalement régulée ET contrôlée au moins dans ses axes essentiels comme la démographie, l’immigration, la finance, l’économie …pour commencer. 

Francis-claude Neri
06 02 18