Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2020

Surpopulation Malthus avait raison

La question se pose de savoir si la bombe démographique qui continue ses ravages dans le Tiers Monde, en particulier africain, n’entraînera pas les riches dans la catastrophe d’un scénario finalement semblable au niveau mondial à celui que Malthus envisageait pour l’Angleterre des années 1820.

Nous ne sommes plus très loin des limites techniques envisagées par Malthus et du club de Rome et nous entrons probablement dans la zone des « rendements décroissants. »
L’eau, le pétrole, les phosphates, toutes ces ressources naturelles sont rares, et de nature à constituer des obstacles ultimes à la croissance des revenus réels et de la population y compris dans nos « pays riches ».
Si, par exemple, dans l’espoir de réduire le taux de croissance démographique mondial au niveau de celui des pays aujourd’hui développés, on veut donner aux pauvres d’Afrique et du Tiers Monde un niveau de vie analogue à celui de ces derniers, avec les populations actuelles, il faut multiplier la production d’énergie par un facteur 3,3 – ce qui n’est pas peu – et par un facteur 6 avec les effectifs de population prévus pour 2050. Tout est à l’avenant, qu’il s’agisse des équipements touristiques ou des systèmes scolaires…

Il n’est pas sûr que l’humanité sache gérer un tel problème ! Or il faudrait le faire rapidement pour éviter de voir exploser la bombe démographique.

Réduire la croissance démographique par l’accroissement du niveau de vie est une gageure.
La question pourrait devenir : Les riches ont ils encore besoins des pauvres ?
Les pauvres par leur nombre et les riches par leur niveau de consommation concourent à l’épuisement des ressources naturelles : il n’y presque plus de pétrole pour alimenter en énergie le climatiseur du riche, et plus de bois de feu pour cuire le maigre repas du pauvre…

Il faudra faire quelque chose, mais quoi ?
Les méthodes restent à trouver. Il est peu probable que la loi naturelle de la mondialisation y contribue beaucoup.

 

La seule solution au problème, l'agir local. Il n'y a pas de réponse mondialiste !

 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

16 12 20

 

13/09/2020

Les maires écolos

La duplicité des écolos, ces gauchistes nihilistes déguisés en vert!

Les maires écolos s’en donnent à cœur joie à éradiquer notre civilisation des villes qu’ils ont conquises !

Après les grenoblois, voilà les lyonnais, bordelais, strasbourgeois...qui goûtent aux plaisirs sadiques des nouveaux ayatollahs déclinistes et dogmatiques!

Panneaux de signalisation en écriture inclusive, suppression des arbres de Noël, haro sur les manifestations sauf si elles sont pour les femmes, cours d’école et toilettes "dégenrées", refus de participer à une commémoration catholique, mais présence revendiquée à la pose de la première pierre d’une nouvelle mosquée...tout contre notre culture judéo-chrétienne, tout pour les minorités agissantes et pour l’islam!

Et "en même temps" comme dirait l’autre, explosion de l’insécurité, de plus en plus de quartiers, et même de centres de villes, devenus interdits ou dangereux pour le commun des mortels, trafic de drogues omniprésent...

Et avec la prétention ridicule que ces mesures vont "sauver la planète" !

Comme quoi l’urgence climatique est un prétexte instrumentalisé par les écolos, verts dehors mais rouges ou noirs dedans, pour déployer une politique gauchiste et décliniste, anti occidentale, diversitaire et agressive contre la majorité des citoyens!

Bon courage, citadins naïfs qui ont voté pour ces idéologues, maintenant vous pourrez payer votre inconséquence!

Maurice Benusilho
13 09 20

http://semanticien.blogspirit.com/

Francis-claude Neri

08/06/2020

Construire un château

Les régulateurs vivent peut être dans un plan différent, astral ou temporel, et je me demande souvent si ceux que j’ai repérés ne viendraient pas de ce plan.

Voilà une chose qui ne m’était jamais venu à l’esprit, que la bonne nourriture qu’ils servent nous remplit lorsqu’on a faim, très faim, même lorsqu’on ne sait pas vraiment pour quelles raisons on a si faim et de quoi !

Ils semblent dire qu’il faut être plus fort que sa colère, remplacer la tristesse par de la joie et que sa joie demeure.

Après, qu’il faut aussi donner de la bonne nourriture à l’autre, celui qui vous ressemble et vous est proche afin qu’il reste, lui aussi, serein et optimiste.

Les choses alors ne peuvent que bien se passer.

L’essentiel est de repérer le plus rapidement possible les dragons, les trolls et autres bestioles qui nous rendent la vie impossible.
Et dont il faut se débarrasser au plus vite en les renvoyant « au pays du mal ».

Mais les renvoyer au pays du mal n’est pas suffisant ; ils seront vite remplacés par d’autres « créatures » et comme elles vivent masquées près de nous avant d’être découvertes, il nous faut les empêcher d’arriver chez nous en rase campagne.

Alors construisons un château, filtrons en les entrées et apprenons à les repérer car hélas étant impuissants à affronter la totalité des pays du mal, il ne nous reste qu’à défendre notre territoire, que je résumerai par un non axiome :

Agir local tout en pensant global …surtout si l’on est impuissant à agir sur le global.

Il nous faut construire ou reconstruire notre « château » et empêcher les « créatures » d’y entrer …d’où qu’elles viennent et quelles qu’elles soient !

Si vous êtes un régulateur (mon cher François Ansalem …et quelques autres) donnez de la bonne nourriture à vos proches, partagez leur combat contre les démons et aidez-les à reconstruire un château.
Apprenez leur à penser système, à ne pas isoler les problématiques, à s’élever pour mieux voir, relier pour mieux comprendre, situer pour mieux agir.

À appréhender l’idée que la renaissance, la redécouverte  de notre culture, de notre mémoire, de nos identités, de nos « réseaux locaux » seront les bases solides de la  Société réticulaire : celle de l’organisation sociale en réseaux et du recommencement !

Allez au travail !

(Ceci N’EST pas une « injonction paradoxale »)  

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
08 06 20