Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2016

Logique écologique

"La logique écologique efface les espèces qui détruisent la diversité des autres espèces, et l’homme est cette verrue qui devra disparaitre ou grandir enfin en apprenant à se soumettre aux lois naturelles".

Alain Persat 

Qu'il DOIVE grandir je suis d'accord et, que l'on soit croyant ou athée nous serons TOUS d'accord sur cette FINALITE Mais pour quelles raisons se SOUMETTRE aux lois qui seraient "naturelles" ?

Francis Neri

Quand l’homme comprend une loi naturelle telle que la gravité, il sait alors s’en servir, il ne la subit plus il l’accepte et peut jouer avec pour réussir à s’envoler.
Les lois de l’écologie sont connues depuis peu, elle nous montre comment des animaux pourtant extrêmement différents ont réussi à cohabiter sans trop de dégâts malgré des inégalités flagrantes.
Si l’homme accepte enfin de les écouter au lieu de vouloir soumettre la nature et briser des règles qui ont pourtant fait leur preuve, il pourra alors profiter pleinement de son rôle sur cette terre qui est de fait son vaisseau son spatial dans un univers fort hostile.
Il ne faut plus soumettre la nature à notre égoïsme mais comprendre ses lois naturelles pour profiter de notre part mais que de notre part dans cette aventure biologique car ces lois contiennent beaucoup de solutions à nos problèmes et ‘accepter nous ferait le plus grand bien.

Quelques exemples avec des interprétations possibles:
• Nul animal ne mange plus qu’à sa faim : Limitons la propriété privée et l’accumulation de l’argent ou du pouvoir.
• Les échanges biologiques sont toujours à la recherche de l’équilibre : Arrêtons l’économie fondée sur la recherche de maximalisation des profits pour une économie fondée sur la recherche de l‘équilibre des échanges.
• Il existe des écosystèmes locaux ayant leurs propres logiques : Créons des lois adaptées à chaque situation.
• Le mélange des gènes apporte la réussite biologique : Favorisons donc la variété des idées et les rencontres entre cultures et évitons l’isolement, la censure et le secret doivent être totalement bannie.
• La diversité est un élément essentiel de l’équilibre : Favorisons donc les multiples idées et les variétés de production arrêtons la normalisation et la monoculture !
• Tout animal a un prédateur : Favorisons toujours l’émergence de contre pouvoirs efficace.
• Les espèces sont solidaires entre elles, aucune ne dirige l’autre. Chacune se crée ses propres règles internes.

Alain Persat

 "Mais pour quelles raisons se SOUMETTRE aux lois qui seraient "naturelles" ?"

Se soumettre à une loi, c'est accepter le réel. De cette acceptation dépend notre attitude à le domestiquer pour faire autre chose. Les lois de Newton font tomber les pommes et la Lune, mais quand on les a comprises et sans les changer d'un iota, on les utilise pour envoyer dans la Lune des hommes qui hélas n'y font pas le ménage derrière eux. On aurait dû envoyer des femmes !

Le déni des musulmans depuis 800 ans, tu peux constater qu'il ne les a pas conduits à inventer grand chose.

François Paganel

François et Alain vous jouez sur les mots ! Je suis d'accord sur ce que vous énoncez, mais la CONNAISSANCE d'une loi, sa compréhension, son utilisation ce n'est plus de la soumission ...faut trouver un autre mot mes amis !
Moi je dirais : prise en charge et maîtrise de la complexité, régulation et contrôle etc..

Francis Neri

 

Et pan dans la clé !

A suivre …..

04 05 16

29/03/2016

Waterloo

Que peut on faire à Waterloo sinon regarder le spectacle des armées qui s’affrontent ...c'est beau !
La réponse ici et maintenant se trouve dans les besoins sans cesse croissant de l’espèce humaine se heurtant aux limites des ressources de la planète, phénomène sans exemple dans le cours de l'évolution naturelle depuis les origines.
Nous en sommes à la rupture inévitable et la réponse c'est une profonde transformation des conduites et des pratiques collectives …changer de système est un non sens total.
Même Zemmour nous dit que nous sommes victimes de nos trois insuffisances de régulation et de contrôle : au niveau individuel, au niveau des groupes sociaux au niveau de l'espèce.
C'est la dessus qu'il nous faut travailler.
La crise des subprimes en est un exemple éclatant démontrant à l'évidence que l'auto contrôle çà ne marche pas...alors pour quelles raisons insister ?

Francis NERI
29 03 16

29/10/2015

Cataclysme naturels

La Nature, qui n'est pas notre amie ni notre ennemie, cause des inconvénients, parfois des bouleversements et plus rarement des morts. Certains événements comme l'infâme tsunami de 2004 qui a fait de 220,000 morts se produisent une fois par période de plusieurs siècles mais de telles catastrophes sont rarissimes.

Plus une catastrophe naturelle cause des morts, moins elle est fréquente. Les probabilités de mourir dans un tel événement sont donc rarissimes. Il est donc irrationnel de baser son plan survivaliste sur une Grande Catastrophe Naturelle Soudaine appréhendée car à l'échelle humaine, les probabilités d'en connaître une de notre vivant et d'y mourir sont infinitésimales.

Bien entendu, les gens qui vivent en zone inondable doivent se préparer à une inondation et ils ont des raisons pour cela. Par contre les autres qui ne vivent pas dans un secteur particulièrement sujet à de graves dérèglements de la Nature devraient consacrer leurs premiers efforts à autre chose que le cataclysme appréhendé.

Facteurs humains

S'il faut prendre les dangers de la Nature avec un grain de sel, en revanche les événements de nature humaine sont beaucoup plus sérieux.

Deux guerres mondiales au XXè siècle ont fait 120 millions de morts. Le total de la mortalité due à des guerres pour le XXème siècle se chiffre, toutes guerres confondues, à 231 millions de morts. Presqu'un quart de milliard de personnes tués par des guerres. 

On doit compter au moins autant de mutilés et deux à trois fois plus de gens blessés.

Le patrimoine bâti a aussi été affecté, ce qui a des répercussions immédiates et majeures sur la qualité de vie des survivants des zones touchées par des combats.

Il y a eu depuis un an environ 266,500 homicides sur la planète. Échelonnés à l'échelle d'un siècle, ces chiffres nous donnent 26,650,000 homicides.


Plus banal? D'accord. On meurt plus lorsqu'on est au chômage que lorsqu'on a un emploi.

Est-ce que les sursauts de la Nature ont causés autant de morts durant la même période?

Et les famines: nature ou culture?

Des millions de personnes meurent de la faim ou de la malnutrition. Est-ce la faute aux mauvaises récoltes (la Nature) ou la faute aux êtres humains (Culture)?

Depuis qu'il existe des programmes d'assistance internationale et que les États se viennent en aide les uns les autres, en combinaison avec les moyens de transport contemporain et les réserves alimentaires réalisées par les immenses surplus de production, on doit conclure que ces morts sont de cause humaine: soit par intervention directe sur les cultures et les élevages, soit par blocus ou ruptures d'approvisionnements, soit par non-assistance ou assistance insuffisante.

En résumé, dans le passé les famines étaient dues à des causes naturelles mais depuis l'industrialisation, elles sont dues à des causes humaines.

Là où il y a de l'homme...

Là où il y a de l'homme, il y a de l'hommerie dit-on souvent chez nous.

La plus probable menace à notre vie, à notre sécurité, à notre mode de vie et à notre autonomie ne vient pas de l'ours dans la forêt derrière chez nous, du séisme de 7,0, de l'inondation du millénaire ou d'une tempête de grêlons de la taille d'un ballon de foot.

La plus probable menace, est d'origine humaine: du petit criminel de bas étage qui nous braque au coin de la rue jusqu'aux banquiers qui fomentent les guerres, les crises et les révolutions, colorées ou non.

Les plans survivalistes les plus avisés prendront compte davantage de la menace humaine que de la menace naturelle car selon toutes probabilités, c'est l'humain qui a le plus de chances de nous affecter.

Approche avisée

Il y a toutes sortes de raisons pour devenir survivaliste comme il existe toutes sortes de déclencheurs qui font la transition entre "normal" et "survivaliste". La crainte de phénomènes naturels de nature cataclysmique est de manière surprenante très répandue. Comme si c'était une sorte de crainte de la fin du monde qui n'ose pas dire son nom.

Les probabilités de subir un événement naturel de nature cataclysmique et d'y périr sont tout de même infinitésimales, spécialement dans les pays développés. 

En revanche, ces probabilités sont plus élevées quand on considère un événement d'origine humaine.

Événements non-létaux

Il n'y a pas que vivre ou mourir dans la vie. Il y a les bons coups, les mauvais coups, les événements heureux et les événements malheureux. 

La Nature peut nous infliger des tempêtes de neige majeures ou des froids intenses de -30 et moins. C'est désagréable, ça complique les choses ou ça nous empêche carrément de réaliser nos projets du jour. En revanche les événements d'origine humaine peuvent aller de la simple engueulade jusqu'au braquage non-létal et à l'agression.

En comparaison, non seulement les événements de nature humaine sont plus fréquents mais ils sont aussi imprévus et de gravité variable.

Alors, Nature ou Culture?

Je crains que ce billet n'alimente la paranoïa qui affecte beaucoup de survivalistes. Néanmoins, entre l'hypothétique météorite qui aurait l'impudence de détruire notre ville ou l'émeute populaire, c'est l'émeute populaire qui a le plus de probabilités de survenir et de nous affecter directement.

Aussi, les survivalistes qui investissent la plus grande part de leur préparation dans l'affrontement d'un événement majeur d'origine naturelle tirent leur poudre aux moineaux: ces efforts sont démesurés comparativement à leur possibilité d'être déployés à cette fin un jour.

C'est le facteur Culture, c'est à dire humain, qui l'emporte largement dans les probabilités de perturbation de notre vie, à tous les niveaux.

Vic Survivaliste

29 10 15