Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2015

Effondrement ?

Ce qui devrait s’effondrer est absolument gigantesque.
Alors « on » fait quoi ?

En gros depuis De Gaulle, les politiques expliquent à ceux qui les ont élus qu’ils ne peuvent pas faire grand chose contre les marchés financiers, la délocalisation, l’explosion du chômage et les inégalités, les guerres de religions, la dégradation de l’écologie planétaire etc.
Ils nous ont pourtant assurés que l ‘Europe était faite pour çà, que sans elle point de salut et qu’il fallait nous abandonner à cet empire sans empereur identifié.
Ce renoncement conduit, nous le voyons bien à la disparition de la démocratie, son implosion, sa désactivation.
Résultat, nous ne pouvons plus élire des représentants capables de mettre en œuvre des choix collectivement décidés, de construire un projet de société.
Nous ne sommes donc plus en démocratie et c’est finalement volontaire car nous préférons jouir du présent, nous protéger individuellement plutôt que de penser et de faire naitre un autre monde possible.
La tentation hédoniste est trop forte, après tout, « après moi le déluge ».
Nous sommes donc en route vers un futur dont nous n’espérons plus qu’il soit meilleur.

C’est par la pensée systémique, par la complexité et la transdisciplinarité, en pensant autrement, en reliant les savoirs et les compétences que nous pourrons dépasser la résignation et le fatalisme actuel.

A nous de jouer ?!

Francis NERI
13 06 15

04/06/2015

Surpopulation

C'est effectivement le problème n° 1 La cause initiale. Le reste n'est que conséquences. NOUS le savons depuis bien longtemps (Malthus par exemple nous en a dit deux mots) Mais allez dire çà au Pape, aux Imams, aux fellahs et aux multinationales.

L’attention que nous consacrons à ce problème est dérisoire, comparée à la gravité de la situation.
L’accroissement démographique doit s’arrêter. Il devrait être ramené à zéro avant les années 20 sinon nous serons obligés de choisir entre abaisser autoritairement le taux de natalité des pays du sud ou relever leur taux de mortalité.

Et ne nous faisons aucune illusion, les pays surdéveloppés sont incapables de nourrir les pays sous développés, surtout si ces deniers leurs envoient leur surplus démographique.

Et que ceux qui en occident pensent au métissage, surtout culturel qu’ils cessent de rêver.

Ils auront d’ailleurs eux mêmes à cesser tout gaspillage et à réguler, contrôler leur consommation de ressources essentielles.

Et à penser qu’ils vivront mieux en étant moins nombreux ; qu’un nombre réduit d’enfants nécessite un nombre réduit d’écoles, nous donne des enfants mieux nourris, mieux éduqués, mieux formés et produit de meilleurs citoyens.

Francis NERI

04 06 15

16/05/2015

Nature et culture

"Alors, pourquoi les Juifs sont si puissants ? Nous dit Cora Sultana
Réponse : l’éducation."

C'est en partie vrai, mais ce n'est pas suffisant ...ce qui est AUSSI important c'est le Time Binding (transmettre l'acquis d'une génération à la suivante) et pas seulement l'acquis culturel mais aussi l'acquis BIOLOGIQUE, bref c'est AUSSI dans les gènes !

Ce qui veut dire également qu'il n'y a pas d’ASSIMILATION massive possible entre les Arabo- Musulmans et les Juifs, mais aussi plus généralement entre le monde Arabo-Musulman et le Monde Occidental.

Enfin, il est clair que la plus grande menace pour l'humanité n'est pas finalement la "bombe atomique, mais la bombe "P" ...pour POPULATION.

A mon sens il va falloir passer de l’éthique malthusienne de la régulation des naissances, jamais acceptée, au totalitarisme antinataliste imposé.

N’en déplaise aux adeptes de la fuite en avant consumériste, il faut stopper la croissance et en particulier la croissance démographique.

Le monde est plein, Malthus et le Club de Rome avaient raison : Halte à la croissance !  

Francis Neri

16 05 15