Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2021

Une base de discussion(s)

La pandémie Covid a bouleversé l'échiquier politique mondial avec l'islam soudainement éparpillé là-dedans comme un cheveu sur la soupe...

Rien n'est plus pareil, tout est à reprendre, à refaire, à reconstituer...

Chaque État revendique sa souveraineté mais on ne peut se désolidariser entièrement du reste du monde, c'est sur ce point qu'il faudra agir, construire une nouvelle politique adaptée car désormais rien ne peut plus être comme avant...

Que chaque État reprenne le pouvoir chez lui, y nettoie la place et relance son économie...

L'Europe doit rester un bloc mondial puissant avec les États-Unis rétablis dans leur unité nationale, pas la gabegie actuelle semblable à la nôtre en Europe...

Faire bloc avec la Russie de Poutine, tenir la Chine menaçante en respect, en finir avec un islam anachronique qui parasite notre société et la ramène en arrière avec ses mœurs d'un autre temps...

- L'Europe doit rester un bloc mondial puissant 

- Que chaque État reprenne le pouvoir chez lui

- Y nettoie la place et relance son économie...

- Faire bloc avec la Russie de Poutine

- Tenir la Chine menaçante en respect

- En finir avec un islam anachronique

Daniele Hoô-Alluin
Pour Cygne Noir
19 01 21

 

17/01/2021

Les enjeux de la crise américaine

Les enjeux de la crise américaine

Publié par Sidney Touati le 16 janvier 2021

Le monde a les yeux braqués sur les événements qui secouent l’Amérique. La situation est très grave et très préoccupante. Elle est l’expression d’une crise générale dont la caractéristique majeure est de rendre antagoniques les deux camps en présence.

Cependant, il importe de préciser qu’il n’y a ni victimes, ni bourreaux. Il y a deux parties ayant des conceptions opposées et irréconciliables, qui s’affrontent dans un combat où tous les coups sont permis.

Trump pendant son mandat a pu gouverner tout en ayant à affronter non l’opposition du camp adverse, mais sa haine. Il a pu réaliser son programme car il représente l’Amérique traditionnelle. Son électorat est relativement homogène.

La situation Joe Biden est différente. Même s’il accède au pouvoir en ayant fait usage de la fraude, il ne pourra pas gouverner, tout simplement parce qu’il représente un ensemble hétérogène de groupuscules agressifs et d’une masse de rêveurs persuadés que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. »

S’il applique vraiment son programme, il ne fera qu’accroître les antagonismes qui menacent de faire éclater la société américaine. S’il ne l’applique que partiellement, il provoquera comme son homologue Obama, la désillusion d’une grande partie de son camp.

La crise générale est due à la révolution du numérique et de l’Intelligence Artificielle qui est en train de modifier de fond en comble, non seulement les secteurs de la production et des échanges, mais également celui des relations interindividuelles.

La caractéristique majeure de ce processus de changement de paradigme sociétal est l’extreme concentration de la propriété de ces nouveaux outils dans quelques mains. Les géants du Web, au nombre de cinq, possèdent les secteurs clés de la révolution numérique et de l’intelligence artificielle.

C’est un peu comme si, lors de la première révolution industrielle, cinq personnes étaient propriétaires de toutes les machines à vapeur du monde.

Trump a pour lui le peuple mais contre lui ces cinq mastodontes, ces cinq monstres, ces faiseurs de roi, qui dominent toute la communication planétaire. Il a pu une fois, par surprise, les utiliser pour prendre le pouvoir. Mais la deuxième fois, les géants ont mobilisé leurs immenses moyens pour l’abattre.

Que faire ? Comment poursuivre le combat ?

Comment se sont battus nos aînés pour éviter que la première révolution industrielle ne détruise toute la civilisation, comme elle a pu le faire, çà et là ?

Nos aînés ne se sont pas battus contre l’extension du machinisme, ni contre l’inexorable avancée du rail.

Ils se sont battus pour la culture, pour la sauvegarde du patrimoine culturel, pour la diffusion des Lumières…pour l’Instruction en général, pour rendre accessible au plus grands nombres les géants de la littérature et des Arts.

En sauvant l’héritage culturel, ils ont sauvegardé l’humanité de l’homme. Ils ont ainsi évité que la brutale course au profit ne dégénère en violence. Ils ont su, comme leurs lointains ancêtres de la Renaissance, intégrer l’avancée de la technologie et les bouleversements qu’elle génère, dans l’espace culturel né de la révélation biblique.

Ce combat contre les « élites incultes et barbares » est difficile. La situation se dégrade rapidement.

Voir « Autant on emporte le vent » est aujourd’hui impossible en France. Demain, lire Victor Hugo ou Maupassant…deviendra-t-il un délit ?

Sauver la Culture.

Ce défit est aujourd’hui le nôtre.

Notre soubassement culturel, appelé humanisme, pourra-t-il intégrer sans se détruire, la nouvelle révolution numérique ?

Les nouveaux maîtres du monde aspirent à cette grande et immense destruction culturelle, ( ce que d’aucun appelle le « grand reset ») à réaliser le rêve (ou cauchemar ?) claironné par l’Internationale: « du passé faisons table rase)! Ils peuvent effectivement, en prenant appui sur les revendications des minorités agressives, censurer l’essentiel du patrimoine culturel, rende difficile voire impossible sa transmission.

Il ne faut pas les laisser étendre à toute la planète, cette « révolution culturelle »de type maoïste, dont les nouveaux Garde-Rouges ont pour nom, E. Macron, Joe Biden, Xi-Jinping, Zuckerberg…

Défendons notre magnifique héritage culturel.

Il ne nous est pas permis d’échouer, car notre échec signifiera le triomphe de la barbarie liée au règne brutale de la domination technologique et donc à la fin de l’humanité de l’homme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Francis-claude Neri 
http://semanticien.blogspirit.com/ 
17 01 21

03/01/2021

Covid 19

L’étincelle avant le Grand Reset ?

Le Covid-19 est l'élément déclencheur et VOULU pour procéder à la bascule aboutissant à un nouveau monde d'essence totalitaire". Voilà comment le spécialiste de l'idéologie mondialiste, Pierre Hillard, voit les choses.
Pour appuyer sa théorie, l'invité de "Politique & Eco" s'appuie sur des faits : la leçon de numérologie de Christine Lagarde, l'étrange Une du magazine The Economist de janvier 2019, les nanoparticules dans le vaccin de la fondation Bill Gates ou encore la prochaine réunion du Forum de Davos intitulée :

Le temps de la grande remise à zéro est arrivé.

https://www.youtube.com/watch?v=a4qOjtd7WPM&t=383s

L’objectif final des mondialistes est l'avènement d'une gouvernance et d'une monnaie mondiale encadrant une humanité réduite, surveillée, tyrannisée et asservie au bon fonctionnement de la machine économique...

Pierre Hillard

Francis-claude Neri

Certains comme Jean François Revel hier  (1988) et aujourd’hui des individus comme Mr Mélenchon souhaitent encore l’avènement d’une société socialiste en France mais :
Le socialisme avec l'islamisme et le mondialisme sont responsables et coupables de nos problèmes actuels (la triplice de l’horreur).

Les expériences de sociétés socialistes ont échoué partout où elles ont eu lieu.

Il est à remarquer qu'il existe « du » socialisme uniquement dans les pays capitalistes. Et à propos des totalitaires qui brandissent très haut les imperfections des sociétés démocratiques (on pourrait penser aujourd’hui davantage à la Chine, notamment), J.F.R. écrit ceci : « La société démocratique est défectueuse, mais elle existe. La société socialiste possède au plus haut degré l’idée de la perfection, j’en conviens, mais pas l’existence. »

Un moyen de montrer que, malgré la plus que foisonnante littérature sur le sujet, le socialisme n’a pas de réalité et l’échec de François Mitterrand le démontre amplement.  
La liberté est une valeur par elle-même, dont l’exercice comporte nécessairement un bon et un mauvais pôle : la Chine est une société socialiste …du moins elle le dit ; ce n'est donc pas le "meilleur des pôles".

Et les USA vont probablement redevenir une société "socialiste"

Alors que vive la France avec ses imperfections que NOUS sommes à même de corriger ! Et que vienne le "Cygne Noir" pour la faire vivre !

Didier Fogel à  Francis-claude Neri

Qui est donc ce Jean François Revel dont vous parlez ?
Certainement pas cet excellent intellectuel auquel je pense, un pourfendeur du socialisme de Mélenchon.

Revel était anti communiste et la société française est faisandée par une imposition, taxation et dette publique entretenue par le systême bancaire

Ça fait plaisir de voir des gens qui connaissent ou n'ont pas oublié qui est Jean François Revel.

JFR "rêvait" d'une société socialiste mais il reconnaissait que c'était une utopie i-réaliste
Quand à Mr Melenchon ce n'est ni un communiste ni un socialiste je considère qu'il n'est RIEN

Je recommande un des livres de JFR sorti en 88 "la connaissance inutile" que je relis de temps en temps Il fait le point sur la connaissance qu’il considère comme "inutile".

Il écrit : La démocratie et la liberté d'expression çà va ensemble ou çà ne va pas.
Il y a ceux qui agissent, ou du moins qui devraient le faire et ceux qui subissent et ces derniers devraient cesser de subir.

Et encore : Au XXI eme siècle, viendra le moment ou l'information-communication constituera l'élément central de la civilisation Occidentale.

Donnons lui raison faisons de "Cygne Noir" un élément du "changement civilisationnel" avec comme objectif premier la dissémination de l'information et de la connaissance dans le plus large public possible.

Et espérons en finir avec ce Covid 19 qui n'est qu'un moyen comme un autre utilisé afin de détourner NOTRE attention et de nous priver de nos libertés.

03 01 21

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/