Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Régulation, contrôle, sanction

  • Folie LGBT éducation, socialisation etc

    Les Européens, avec leur folie LGBT ; leur concept contre-nature de frontières ouvertes ; leur affirmation que l’immigration depuis les pays du tiers monde est une bénédiction ; leur théorie du genre qui nie les deux seuls sexes : homme et femme ; la banalisation de l’homosexualité dans les médias, la pub et le cinéma ; la promotion du changement de sexe comme une chose simple, normale, acceptable, voire bénéfique à certains enfants ; la discrimination positive ; la mansuétude de la justice envers les délinquants, considérés comme victimes de la société ; leur diabolisation de la religion chrétienne et leur déférence respectueuse envers la religion mahométane ; la fumeuse théorie que l’homme est responsable du réchauffement climatique, et celle encore plus fumeuse qu’il peut faire baisser la température (et pourquoi pas changer le plomb en or tant qu’ils y sont ?) ; leur insistance à tenir l’homme blanc pour le grand coupable des maux de l’humanité, oui, les Européens tentent agressivement d’imposer leur mode de vie aux autres pays et de les « soumettre à leur volonté ».

     

    D’autre part, nos concitoyens à l’image de nos voisins européens, délaissent les grands mythes de la fin du XXe siècle : ils ne croient plus à une France délayées dans l’Europe, au multiculturalisme, à la mondialisation heureuse.

    Le problème est d’autant plus aigu que l’institution censée transmettre la connaissance de son passé aux futurs citoyens français d’où qu’ils viennent, ne le fait plus : l’école a renoncé au récit national, qui fut enseigné par des générations d’instituteurs  à des générations d’élèves jusqu'au début des années 60.

    Depuis 30 ans l’IESE  (Institut Européen d’Education et de Socialisation) association « d’éducation populaire » tente de combattre cette dérive en faisant interagir l’Ecole, la Famille, La Cité …autour des concepts suivants : Promouvoir l’Education, la socialisation, l’assimilation aux valeurs, pratiques sociales et culturelles Occidentales. La régulation et le contrôle des pratiques non Occidentale. La cohérence du lien social dans l ‘espace de la ville.
    Mais l’agrément lui fut très rapidement retiré, à la demande d’autres associations (de gauche) comme les Francas : association Complémentaire de l'Enseignement Public et agréée par le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative.

    On peut facilement en comprendre la raison !

    Mais depuis la venue du nouveau ministre de l’Education Nationale le danger qui menace nos enfants nous incite à agir en urgence.
    Il semble qu’en cohérence avec nos incessantes sollicitations, Reconquête à l’initiative d’Eric Zemmour a mis l’Éducation et la Socialisation au premier rang de ses préoccupations.

    Nous en sommes heureux et décidés à lui offrir nos services !

    Dans cette attente !

    Francis Claude NERI
    Président de l’IESE

    24 09 22       

  • Le « Zemmour allemand ». Le connaissez-vous ?

    Éric Zemmour et moi nous ressemblons sur un point : nous avons tous deux la capacité d’appliquer les lois des mathématiques (par le biais des statistiques par exemple) à des questions de vie pratique : si les Français, comme les Allemands, voient leur population diminuer en raison de leur faible taux de natalité, et que les immigrés, essentiellement issus de la sphère culturelle islamique, continuent d’affluer et ont des taux de natalité nettement plus élevés, c’est parce que le « grand remplacement » a bel et bien commencé.

    En France, comme en Allemagne, il progresse à grands pas chaque année : objectivement, on ne peut que le constater à travers les statistiques des décès, des naissances et des nouvelles arrivées de migrants. Ceux qui ne peuvent pas nier ces faits évidents, mais ne veulent pas non plus les admettre ont souvent recours à l’insulte et à la diffamation à l’encontre de ceux qui mettent en garde contre les conséquences qui résultent de ces faits.

    C’est pourquoi on critique Zemmour en France, et moi-même en Allemagne."

     Thilo Sarrazin

    Thilo Sarrazin est un homme politique, économiste et banquier allemand. Il était membre du directoire de la Deutsche Bundesbank depuis le 1ᵉʳ mai 2009, poste qu'il a quitté le 1ᵉʳ octobre 2010 à la suite de la polémique déclenchée par la parution d'un ouvrage critique sur l'immigration musulmane.

    Un homme d'avenir. Il diverge de Z sur des questions économiques ; mais ils vont se rapprocher du fait que l'Allemagne rentre dans une crise économique et existentielle très forte.

    Je recommande son livre : l'Allemagne disparaît !
    Un des plus gros succès récents de librairie en Allemagne. La traduction française est excellente !
    Un exemple :
    "Des millions de personnes aptes à travailler, âgées de trente, quarante ou cinquante ans vivent et continueront à vivre aux crochets de l’État pour trente à cinquante années supplémentaires tandis que leurs capacités s'étioleront peu à peu et que leur socialisation ira dans la mauvaise direction.
    Ils auront des enfants- et nettement plus que la moyenne de la population-, ils leur transmettront leur attitude à l'égard de l'existence, et les éduqueront pour en faire les bénéficiaires des minima sociaux de l'avenir".

    FCN

    15/08/22

  • Une approche systémique

    La systémique consiste en un système  d’éléments interactifs formant un tout intégré. Il s’agit de l’identification de structures, de principes fonctionnels et d’approches à travers le système.  A partir de la, il devient donc possible d’organiser les connaissances et savoir faire en modèles afin de les utiliser pratiquement.

    Ainsi, l’approche systémique organise les connaissances et expériences et rend l’action plus efficiente.  A ce niveau, elle est donc différente de l’approche analytique puisqu’elle va au delà de la  configuration d’un problème a partir d’actions séquentielles. 

    L’approche systémique commande des interactions complexes, une interdépendance indispensable entre entités, secteurs et environnements. L’interaction entre les parties est aussi importante que les éléments. Elle est axée sur l’organisation pratique structurée, l’interdépendance et la régulation.

    En tant que méthodologie, l’approche systémique rend possible le recueil, l’organisation rationnelle de connaissances cumulées en vue d’améliorer l’efficacité des initiatives constructives.

    (S’élever pour mieux voir, relier pour mieux comprendre, situer pour mieux agir)

    Il est important de souligner que l’approche systémique est à la fois différente et complémentaire de l’approche analytique. Alors que la première unifie et se concentre sur les parties, l’approche analytique réduit le système dans ses éléments distinctifs afin de les étudier en détail, dans le but de comprendre les interactions entre eux.
    D’autre part, l’approche systémique étudie les effets des interactions tandis que l’approche analytique se concentre sur la nature des interactions.
    Du même coup, l’approche systémique met l’accent sur la perception générale, l’ensemble, alors que l’approche analytique précise les détails. De plus, l’approche systémique est pluridisciplinaire et l’approche analytique juxtaposable. 

    D’autre part, l’approche systémique conduit vers l’action via des objectifs. Tandis que l’approche analytique amène vers l’action programmée en détail.

    Finalement, l’apport du systémique et de l’analytique peut se caractériser comme étant la connaissance d’un tout et celle des détails qui se rejoignent pour l’approfondissement, le progrès et la réussite d’une action.

    Ainsi donc, la complexité de l’approche systématique nécessite une application générale. Elle ne peut-être utilisée de façon sélective pour la résolution d’une problématique « isolée ». Elle doit tout aussi englober les « constructions » sociale, politique, économique et culturelle etc.

    L’approche systémique transcende le temps, les groupes, les secteurs, les partis, les sexes, les âges, les nationalismes, les religions etc.. Elle classe, par genres, par catégories bien définies des éléments différenciés, un phénomène  d’intégration, de rassemblement, d’assimilation, au sein duquel tout le monde se retrouve, au bénéfice de l’ensemble, de la communauté en général.

    Elle possède toutefois ses prés requis, ses mécanismes d’adaptation et de renouvellement.
    Que ce soit sur le plan social, politique et économique, il est impératif de tenir compte des indicateurs, des tendances, des facteurs clés ainsi que des différents contextes.

    Pourquoi, par exemple, semblons-nous systématiquement en retard d'une crise ? 

    C'est le défi de chaque époque de mutation. : Nous n'avons plus l'intelligence de nos risques et de nos crises, nos savoir-faire sont dépassés. Il est vital de réagir.

    L’approche systémique généralisée peut commencer à mettre fin à la fausse assomption que la mondialisation peut, a elle seule, conduire a la transformation, au développement, a la modernité, à la régulation et au contrôle local/global.

    La première exigence est de bien comprendre le changement de décor. Nous étions habitués à considérer des risques isolés, indépendants, limités, connus, contrôlés, assurés. Nous voici confrontés à des risques de systèmes, à des dynamiques de dislocation de fond.

    Tous les fronts sont concernés :

    Le climatique : désertification, cyclones, incendies, famines, immigration de masse
    La santé : pandémie

    La finance : contagion à l'économique, au social, au géostratégique, au sécuritaire

    La technologie : Tchernobyl
    La guerre : Ukraine, Kosovo, Taïwan
    Etc.

    La deuxième exigence est de cerner les pièges à éviter.

    Cet événement est exceptionnel : « Ce n’est pas çà l’Islam ». « Le changement climatique a toujours existé »
    Ukraine : « La France est à l'abri»
    Immigration : « La France en a besoin »

    Attentats : « d'ici à quelques jours on n'en parlera plus »,

    L'erreur de diagnostic : on applique les réponses prévues, mais en se trompant de sujet.

     

    La troisième exigence porte sur la carte des acteurs à mobiliser. Dans toutes les crises en émergence, il y aura le plus souvent obligation d'intégrer tout à la fois le global et le local ; des acteurs publics et des acteurs privés - notamment les grands opérateurs de réseaux. Mais aussi : les équipes de terrain, les ONG, les populations. La clé n'est pas dans la centralisation simplificatrice. Ceux qui ont su mobiliser, en confiance, leurs équipes, les familles, ont su agir local tout en pensant global échappent aux crises.
    On ne sort pas des crises actuelles, qui viennent fréquemment «par le bas» avec un plan bureaucratique imposé du haut.

    La quatrième exigence est de déterminer au plus vite, moins un plan d'action général que quelques initiatives fortes permettant de remettre des dynamiques qui fassent sens dans un tableau chaotique de plus en plus vibrionnant. Par exemple, au lieu de chercher à «rassurer» les électeurs par des mots leur assurant que «cette fois-ci on peut être cru», on devra tenter de trouver des initiatives partagées permettant de refonder la confiance. C'est le plus complexe dans les nébuleuses actuelles. Eric Zemmour en sait quelque chose

    De quoi s'agit-il ? Quels pièges ? Quels acteurs ? Quelles initiatives ? Ce sont là les quatre points d'entrée de la démarche que nous préconisons pour détecter au plus tôt les signaux (faibles) aberrants (souvent annonciateurs de décrochages majeurs) et venir aider au pilotage lors des grands chocs. Concrètement, l'idée  conduit à la constitution de «forces de réflexion rapide» -Cygne Noir -, des groupes de personnes très diversifiées, placées aux instances de décision, et aptes à se saisir de toute question «impossible». Sur le fond, il s'agit de passer d'une logique de réponses préprogrammées à une logique de questionnements audacieux et de propositions inventives. En France, certaines grandes  organisations et institutions ont systématisé l'usage de cette démarche. Il faut maintenant passer à l'échelon régional, local  et surtout du politique. C'est le défi de chaque époque de mutation. L'urgence aujourd'hui est bien de se mettre en posture de ne pas subir de  nouvelles défaites … et pas seulement électorale.

    FCN
    11 08 22