Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2018

Non axiomes

Le tour de LA question. La parole est au peuple !

1) Qu’avons-nous gagnés comme petit peuple avec l'UE ?
Passer les frontières sans contrôles ? Bien avant ça on passait déjà comme une lettre à la poste, c'est tout juste si on nous regardait au passage des frontières.
Avoir une monnaie unique, ouais pour cette une fois par an que les gens allaient en vacances ça ne faisait pas le poids de devoir changer son argent dans l'argent du pays visité.
Par contre le passage à la monnaie unique a provoqué une flambée des prix qui n'est pas encore terminée.
Cette monnaie unique était bonne à quoi? Pour les industries ? Ces gens là ne paient pas cash en plus c'était en dollars. Ça nous a surtout rapporté la bande de profiteurs qui siègent au parlement européens (enfin, qui pointent et repartent) et la dictature du conseil européen, les 24 FDP qui décident du sort de 500 millions de gens sans les consulter, c'est la démocratie que l'UE nous a apportée.

2) "Gouverner c'est prévoir" (Émile de Girardin) nous avons des gouts de première classe, ils n'ont pas prévus du tout les suites de cette immigration effrénée.
Donc en conclusion, ils ne sont pas capables de gouverner. Vivement d'autres et des meilleurs (s’il en existe)

3) Si c'est facho de vouloir préserver: notre civilisation, notre religion, notre mode de vie, l'avenir de nos petits enfants contre une invasion de sauvages illettrés, agressifs et criminels .......je suis 100% facho dans ce cas.

4) À MÉDITER
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
(Benjamin Franklin)

5) C'est comique au fond que tous ces dirigeants européens se croient maîtres dans leurs pays......quelle illusion (stupidité ou mensonge) ?
L'exemple le plus frappant est hélas la France quand on voit tout ce que leurs présidents successifs ont concédés aux muzz en peu d'années ; c'est effrayant : abattage halal, repas cantines scolaires halal, prières de rues, agressions des forces de l'ordre impunies, prêches radicaux dans les mosquées sans suites, mansuétude plus que scandaleuse envers les criminels coupables des méfaits les plus divers allant du vol au viol en passant par le meurtre, suppression des signes religieux, etc, etc, etc.
Donc, ce ridicule fantoche de Macron n'est absolument plus maître dans VOTRE pays malgré ses airs de fanfaron bravache, il courbe l'échine devant le N.O.M et ses sponsors c-à-d les banques et les multinationales qui l'ont élu (et non les français ) et qui nous imposent cette immigration débridée.

Et la Belgique est engagée dans la même voie.

Alex Alex Rozsa
09 03 18


 

08/03/2018

La vision systémique

La systémique est une façon de penser le monde et les relations entre les différents éléments qui le composent.

L'homme vit dans un système complexe, anthropologique. Ce système est composé de sous-systèmes : démographique, politique, économique, social, culturel, scientifique, technologique, « naturel » et environnemental...

C'est donc d'abord, cet ensemble complexe que l'on cherche à appréhender (comprendre), afin d'en anticiper les évolutions… (prospective).

Il n'y a pas un futur, mais des futurs possibles. La question alors est de savoir pourquoi et comment l'infléchir.
Surtout si des futurs possibles semblent nous conduire au désastre.

Le rapport Meadow : « Halte à la croissance » de 1970 fut le premier essai - en France -  sur  la nécessité de penser le monde futur et de l’emménager.

Le rapport conclut  à l'épuisement des ressources de la planète en l'espace d'un siècle.
Ce travail, au demeurant très controversé en raison du mécanicisme des projections, a eu cependant un impact fort et a contribué à mettre en débat les aspects environnementaux.
Furent exclues des conséquences pourtant explicites concernant l’économie, la finance, l’impact démographique etc.

À la description doit succéder le questionnement pour l'action pour faire face à une configuration qui apparaît de plus en plus comme une transition entre deux États du monde plutôt qu'à une situation de crise classique.
Se donner les outils pour passer d’un monde (d’un cycle évolutif) à un autre n’est pas une mince  affaire et suscite de formidables oppositions.

La disparition d'un monde bipolaire, loin de simplifier la situation, la complique.
La montée des incertitudes, la mondialisation, la démographie galopante, l’islamisation, l’immigration, la déculturation, la perte des identités, le fiasco Européen, rendent à la fois plus nécessaire et plus difficile l'anticipation et  l'évolution du rôle de l'État, sa légitimité, son autorité, sa souveraineté.

Tout est fondu dans une UE impuissante, incapable de faire respecter ses frontières, de protéger son industrie, de s’organiser sous spéciation fédérale avec une organisation « fractale » et « subsidiaire » démontrant ainsi l’impuissance stratégique de l’Europe et de l’Occident.

Un Occident vainqueur du nazisme puis du communisme qui fixait ses valeurs et ses lois au monde entier et qui ne cesse à présent de s’effriter et de s’effondrer.  

La nature a horreur du vide. Les problèmes auxquels nous devons faire face créent l'obligation de combler la vacance.
"L’espérance, comme le disait Georges Bernanos, est une détermination héroïque de l’âme et sa plus haute forme est le désespoir surmonté ».

C'est probablement la raison pour laquelle nous  assistons  à une relance d’une approche systémique globale comme celle de Marion Maréchal, et de quelques autres, à partir de nos intérêts particuliers mis en ligne avec les intérêts de la « globalité ».

Nous souhaitons à ces individus – jeunes pour la plupart – un plein succès et nous leur apportons, nous les anciens, notre total soutien.

Francis-claude Neri

08 03 18

 

07/03/2018

La colère gronde t’elle ?

Des mecs comme vous, on les égorge : un couple d'hommes insulté et menacé de mort dans un supermarché https://t.co/miqe1czEPP via @franceinfo

Fallait répondre : "En Europe la colère gronde contre des gens comme vous. Le prix du sang ne tournera pas nécessairement en votre faveur."

Bliah Philippe

La colère ne gronde pas encore assez fort ...
J'ai pu constater récemment qu'au sein des banlieues Françaises DAESCH est plus que jamais dans les têtes et, pour le contrer, nous n'aurions que l’Éducation à laquelle ils sont, à peu prés tous, réfractaires.
Autant dire que çà ne suffira pas et qu'il faudra employer la manière forte, car pour eux, la charia est la base de l'islam.
C'est ce que me disait calmement les yeux dans les yeux et très récemment un jeune franco-marocain d'un "quartier sensible" près de Strasbourg qui refuse de serrer la main des femmes et d'écouter de la musique ...il ajoutait que les femmes de toute façon sont impures car elles sont la tentation même.
Je constate également que dans nos cités, mais plus seulement, les jeunes sont à présent aguerris à la technique de la Taqiya; la dissimulation et le mensonge pour tromper l'ennemi.
Ennemis nous sommes, ennemis nous resterons !
Nous voila avertis !
La question est : qu'allons nous faire de ces réalités parfaitement observables par tous ?
Des réalités qui nous permettent de constater que la carte que nos élites politico-médiatiques dessinent de l'islam en France n'est pas celle du territoire réel.
Ces cartographes en dessinent les contours en évitant soigneusement de les visiter tout en dressant la carte à leur avantage, dissimulant les impasses, les chemins de traverse, les pièges mortels tendus par ces bandits de grands chemins.
Bref "la carte n'est pas le territoire qu'elle représente" et les mots prononcés par tous les imams de France ne sont pas l'objet qu'ils ont dans la tête et qu'ils veulent nous imposer.
Nous voilà avertis !
Alors soyons lucides ennemis nous sommes ennemis nous resterons ...tirons en les conséquences sans plus tarder !

Francis-claude Neri

07 03 18