Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2020

Reconstruction

Voilà un article qui met en perspective une crédibilité nouvelle et une reconstruction d’image pour MLP et le RN.
Venant de Boulevard Voltaire, proche ne l’oublions pas de Robert Menard, nous ne pouvons ne pas nous demander si cet article, venant s’inscrire dans un ensemble d’autres probablement concertés n’est pas le prémices de ce rassemblement que nous attendons tous :  « Mon projet est d’aller vers un projet d’unité nationale, autour d’un grand dessein français, d’un grand projet fédérateur qui puisse réunir les Français d’où qu’ils viennent, d’un projet de grande alternance pour remettre le pays sur pied. »
Nous ne demandons qu’à y croire mais la question se pose du : « autour de quoi se rassembler »

- Si c’est pour une sortie de l’UE je suis d’accord

- Si c’est pour stopper l’immigration et fermer nos frontières je le suis aussi

- Si c’est pour mener une véritable guerre en France contre l’islam politique je le suis toujours
- Si c’est pour réguler, contrôler l’économie, la finance et la démographie, je suis d’enthousiasme
Pour « le reste » je sais qu’elle ne pourra pas faire mieux que ses prédécesseurs sauf à instaurer un régime plutôt « autoritaire ».  Connaissant son gout pour un centralisme très… très jacobin, je sais que les notions de décentralisation, de subsidiarité et d’organisation fractale seront vite oubliés, n’en déplaise à Paul Jorion son conseiller économique actuel.

Alors je ne dis pas non …nous verrons bien …et très vite ! Les municipales seront le "laboratoire idéal" !

https://www.bvoltaire.fr/marine-le-pen-candidate-en-2022-...

26 01 20

http://semanticien.blogspirit.com/

Francis-claude Neri

 

31/12/2019

Essentialisme et angélisme

Deux écueils sont à éviter dans la position que l'on peut tenir vis-à-vis de l'Islam :

- L'essentialisme, qui conduit à condamner sans retour tous les musulmans et à les exclure en quelque sorte de l'humanité. Egalement, l'essentialisme n'explique pas la possibilité de musulmans éclairés, pourtant existants.

- L'angélisme ou la minimisation, affirmant que l'Islamisme n'a rien à voir avec l'Islam. Cette position a quelque chose de foncièrement faux et hypocrite, car nous savons que l'islamisme ne se limite pas à la minorité des terroristes actifs. Il existe toute une zone grise de musulmans ne passant pas nécessairement à l'acte mais approuvant de façon plus ou moins sourde le terrorisme, se réjouissant bruyamment d'un attentat, cultivant un antisémitisme au quotidien, imposant une loi féodale et territoriale dans leur quartier, selon une logique de caïds. Ceux-là constituent la force de réserve du terrorisme et de l'Islam politique agressif, immensément plus importante numériquement que le noyau des activistes. Ce sont les "28%" de l'étude de l'institut Montaigne, montant à plus de 50% dans les jeunes générations.

Pour une critique sincère et évitant ces deux écueils, il existe un entre-deux, bien plus amer que la minimisation mais évitant l'essentialisme : l'engrenage des mauvaise habitudes, les défauts culturels qui se sont auto-renforcés jusqu'à s'enkister.

Cela fait plusieurs siècles que le monde arabo-musulman entretient une culture toxique de la non-responsabilité individuelle, de la victimisation, de l'absence de critique interne. Le déclin de l'Islam en matière scientifique et politique est dû en grande partie à ce facteur, d'autant plus qu'il agit comme un cercle vicieux s'auto-renforçant.

Il n'y a - rappelons le - aucun fatalisme ou déterminisme génétique à cela. Simplement une dynamique négative qui atteint des seuils intolérables lorsqu'elle s'est enkistée.

De la même façon, il est erroné de dire que tous les allemands étaient nazis ou que le nazisme était inscrit dans les gènes de la culture allemande. En revanche, la dynamique toxique du nazisme est parvenue à un point où, au cours de l'histoire, entre 1936 et 1942, il y eut une majorité d'allemands qui approuvait le IIIème reich.

Nous en sommes arrivés à ce point avec l'Islam. Ce n'est plus seulement une minorité active qui adhère à l'Islamisme, c'est maintenant la majorité des musulmans qui, sans approuver nécessairement les attentats, s'en réjouit silencieusement ou pense dans son for intérieur que si un juif est tué, il le mérite plus ou moins parce que des médias déformés ne cessent de matraquer des contre-vérités sur Israël.

Il faut avoir le courage de dire que nous en sommes-là, que le virus s'est propagé au point de contaminer maintenant la majorité des musulmans, tout comme une majorité d'allemands étaient fiers du troisième reich conquérant au début de la guerre.

Ce n'est que par cette sincérité sans compromis que nous arriverons peut-être à dénouer la situation. En gardant à l'esprit que c'est un cercle vicieux profond mais non une essence, nous conservons l'espoir qu'un cercle vertueux pourrait renverser la dynamique létale.

Faire preuve d'une grande dureté vis-à-vis de quelqu'un n'est en rien le mépriser, c'est au contraire lui offrir un gage de sincérité.

 

Marc Rameaux
http://semanticien.blogspirit.com/
31 12 19

 

Analyse accessible à la bonne et transparente compréhension de tous, ...c'est ainsi que la raison prend le pas sur l’affect qui déchaine souvent les pulsions négatives ...mais la raison va t'elle l'emporter ? Là est la question ; alors prudence nous savons comment certains extrêmes peuvent récupérer à leur avantage le bénéfice de notre "raison" !

Francis-claude Neri

05/12/2019

Organisation d’une société fractale et subsidiaire

« L’administration centrale de l’État ne tire pas sa légitimité de l’autorité hiérarchique, exercée par l’édiction de normes générales, mais de son aptitude à animer un travail en réseau où sont impliquées différentes catégories d’acteurs. »

Didier Fiot Michel Menneson le système qui existait il y a 30 ans ne demandait que des ajustements en évolution avec la société. Mais comme la voie choisie est devenue la marchandisation des biens et des corps en opposition au bien être humain dans une civilisation donnée, c'est le profit pour quelques uns au détriment de la masse. Il nous faut revenir au fondamentaux qui ont fait la France.

Michel Menneson Didier Fiot Tout à fait d'accord

Daniel Schall Michel Menneson évidemment , et ça tombe sous le bon sens , il faut stopper cette ridicule course à l'échalote....du "toujours plus" de F.DE CLOSET.......

C’est très juste et la référence à De Closet nous rappelle que çà, ne date pas d’hier ! C’est la raison pour laquelle il nous faut prendre au sérieux la notion de l’agir local (localisme) et que les concepts d’organisation sous forme fractale (qui réplique sa structure de base à TOUS les niveaux de la « nation » et au delà)  et de « subsidiarité active » sont indissociable du « localisme » 

Subsidiarité active     
La « subsidiarité active » est une pratique de la gouvernance qui part d’une nécessité essentielle du monde moderne : concilier l’unité et la diversité.

À l’heure où l’interdépendance nous unit, la gestion de la complexité du monde moderne, notamment du point de vue de l’action publique, est le fait d’une combinaison de « milieux » et de « réseaux » dont aucun n’est clos. Si aucun problème important ne trouve de solution satisfaisante à une seule échelle, à l’avenir, le partage des compétences sera l’exception et l’articulation des compétences, la règle. Cette double exigence d’unité et de diversité constitue un défi théorique et pratique auquel prétend répondre la notion de subsidiarité active.

D’après la définition de Pierre Calame

 

Définition développée

Subsidiarité parce que l’on affirme fermement que la pertinence de l’action publique ne se trouve qu’à la base, dans une appréhension globale et partenariale d’une réalité elle-même globale et systémique et que c’est à travers la pratique de projets partagés que peuvent se constituer des « milieux » dynamiques et se tisser la trame d’une société où les individus ne soient pas atomisés.
Active parce que l’on reconnaît que dans un monde interdépendant l’articulation des échelles est la règle et que, au rebours des blocs de compétence, les niveaux de formulation des stratégies sont variés et dissociés des niveaux de la gestion quotidienne.
Active aussi parce que l’on ne croit pas que les logiques des niveaux supérieurs peuvent se résumer par des obligations de moyens ou des règles juridiques mais se traduisent à la base par une négociation permanente et des partenariats. Active parce que l’expression des intérêts dont sont garants les « niveaux supérieurs » ne se fait pas par la mise en œuvre de règles uniformes s’appliquant à des individus isolés, mais par la formulation d’obligations de résultats.

Ces obligations de résultat s’adressent à la communauté des partenaires (fonctionnaires d’État et territoriaux, acteurs privés économiques et associatifs), contraignent à une pratique partenariale et créent un apprentissage permanent de la pertinence et de la recherche de sens : l’action n’est plus jaugée en référence à ses formes extérieures mais à la manière dont elle a été définie et mise en oeuvre localement, en double référence aux finalités poursuivies et aux réalités spécifiques de chaque contexte. Ces obligations de résultat se construisent à la lumière de la mise en commun des expériences locales.
La subsidiarité active implique par conséquent une élaboration collective et continue des obligations de résultat. Élaboration collective parce que c’est la confrontation d’acteurs engagés dans l’action concrète qui permet de dégager une philosophie générale de l’action. Élaboration Continue parce que cette philosophie est en perpétuelle révision à la lumière de l’expérience. Dans une telle dynamique, l’administration centrale de l’État ne tire pas sa légitimité de l’autorité hiérarchique, exercée par l’édiction de normes générales, mais de son aptitude à animer un travail en réseau où sont impliquées différentes catégories d’acteurs.

Une société fractale

«  Mais non, la nature n’est pas analytique, lisse dérivable, elle est fractale » 
Mandelbrot

Quel est le lien entre un flocon de neige, une société d’abeille et  une entreprise ou une société humaine qui serait fractale ?  C’est à dire qu’on y retrouverait des éléments, une structure semblables quelle que soit l’échelle ?
Elle répond à ces caractéristiques :
1- Irrégularité : Sa forme est fragmentée et le reste à toutes les échelles
2- Cohérence : Ses parties ont la même structure que le tout, à ceci prés qu’elles le sont à une échelle différente.
3- Réplicabilité :  Elle contient des éléments discernables dans une large gamme d’échelles

Ses spécificités :
- Une structure simple qui sont ses fondamentaux identitaires

- Qui se retrouve à chaque niveau d’organisation du local au global

Une organisation fractale est extrêmement complexe, et pourtant son organisation simple est reproduite partout. Les seuls paramètres qui changent sont l’échelle et les orientations internes spécifiques à l’environnement et aux problématiques locales.
Dans une « société » fractale, le cadre des fondamentaux locaux est prioritaire. Tout le « reste » est mis en cohérence avec les autres niveaux d’organisation.
C’est ce qu’il faut rechercher pour mettre en phase le local, le régional, le national, le global qui sont imbriqués l’un dans l’autre comme les poupées gigognes. Ils peuvent croitre et se développer indépendamment à partir du principe de subsidiarité.   

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

05 12 19