Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2019

Greta et les religions

Le retour du réel permet de comprendre comment se construit la réalité.
Percevoir permet l'action, et la conscience d'une in-convenance sur le réel entraine un ajustement chez le "sujet" qui en prend acte ...le plus souvent..

L'ajustement se produit par ce qu'on appelle "rétro-action" (une information retour) Cette rétro-action est le retour du réel.
L'effet peut rétroagir sur sa propre cause.
Ce phénomène rétroactif se retrouve aussi dans ces prédictions qui se vérifient d'elles mêmes.
Par exemple, une pénurie d'essence est annoncée. Affolés, les automobilistes se précipitent sur les pompes à essence et...provoquent ainsi la pénurie annoncée.
L'effet à rétroagit sur la cause. On a crée délibérément une réalité.

C'est en gros la même chose pour les religions, la consommation, la finance, le changement climatique, Greta etc. ...et c'est ainsi que NOUS sommes manipulés :-)
Grâce à ce « lavage de cerveau » on voit le monde « ainsi » et donc le monde EST « ainsi ».

A nous de prendre conscience aussi bien sur le plan individuel que sur celui des groupes concernés que se crée délibérément des réalités, pour les besoins du moment, qui sans cela, n’auraient jamais existé.

Une perversion utilisée par Goebbels (propagande) qui doit se faire par imprégnation, surinformation visant un « récepteur », un « client » inconsciemment saturé et conditionné par les « informations » transmises.

Je considère pour ma part que "Greta c'est çà " !

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

28 09 19

 

18/09/2019

Le néandertalien

Une « réflexion » d’un ami concernant les « changements » en particulier démographiques actuels me fit  penser que notre époque à des résonances avec ce qui se passait il y a environ 12 000 ans ...et que les mêmes causes produisent, encore, les mêmes effets.

Nous n’avons toujours pas assimilé l’idée que l’effet rétroagit toujours sur la cause.

Je pense comme lui qu’il nous faut revenir à l'idée fondamentale qui dit que l'homme ne saurait penser sa liberté à la manière d'une déconstruction rageuse de la civilisation dans l'oubli de ses racines et de ses mémoires.

Il doit consentir à un monde dont il lui appartient de poursuivre l'aménagement en sachant qu'il ne sera que de passage ...et tout ce que nous pouvons proposer ne sont que des solutions de continuité.

Ce que ne sut faire le néandertalien ...
Pourtant son cerveau dépassait celui du sapien-sapien (1500 CC contre 1200) Faut dire que les femelles néandertaliennes avaient un bassin plus large; la tête passait mieux !

Bref il n’a pas su "changer"...il n'a pas supporté la fin de l'âge glaciaire et le réchauffement climatique ...durerons nous autant que lui malgré tout ? 

Francis-claude Neri

Durant l’ère glaciaire il n'y avait pas beaucoup de grottes accessibles. La plupart étaient sous le permafrost...Il faisait froid, mais il pleuvait peu et le soleil était éclatant, cela devait être suffisant.
Le Néandertal avait la belle vie. Il tuait son mammouth qu'il planquait sous la neige et la glace ...sous le permafrost  il suffisait de creuser un mètre de profondeur pour s'aménager un réfrigérateur naturel.
ll savait chasser et se couvrait de peaux de bêtes, il faisait du feu.
Avec sapien-sapien, il su cohabiter environ un millier d'années et ce n'est pas la faute de sapien s'il disparut : un météore venu de l'espace, des éruptions volcaniques, le dérèglement du gulf-stream [1]qui provoqua le réchauffement climatique et c'était bon pour lui.
Une thèse supposait un croisement avec sapien, mais l'analyse des mitochondries à partir des restes découverts ces dernières années démontre le contraire.
L'existence de Néandertal est liée aux conditions de l’ère glaciaire. Lorsque cette ère toucha à sa fin, la disparition des gros mammifères scella aussi le destin de l'homme de Neandertal !

Francis-claude Neri

17 09 19

L'unité de base de la société humaine est indubitablement la famille fondée sur le couple et non pas le groupe de femelles (voire de mâles) comme chez les singes anthropoïdes ou chez les lions qui seraient les "modèles" de l'organisation collective de l'homme.
Le principe de base de la "horde" humaine c'est la coopération, pas la réponse individuelle. Cette coopération s’établit à partir du couple mâle et femelle.
C'est cette "organisation" de base, cette "cellule" , ce binôme qui depuis l'homme primitif constitue l'organisation collective.
La base de ce fonctionnement est le "contrat" entre les sexes; la loi non écrite selon laquelle l'homme apporte une grande part de la nourriture dont la femme a besoin et vice versa.
Cette division du travail instaure un "altruisme réciproque" dont chacun des intéressés tire un profit supérieur à ce qu'il (et elle) pourrait se procurer égoïstement et ce que ne peut procurer un couple de femelles (et encore moins de mâles).

Quand aux enfants ....!!

Qu'on se le dise !

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

17 09 19

 

 

[1] https://www.youtube.com/watch?v=CIJJ4X0cv94

20/08/2019

La quadrature du cercle


Les sociétés développées ont atteints les limites de leur capacité d’adaptation au changement ; d’où le vote populiste et les colères justifiées de Salvini.

Il y a encore plus inquiétant, c’est la course en avant de l’expansion démographique qui s’oppose aux colères de la nature.

Ajuster, réguler, contrôler, remédier en permanence aux dysfonctionnements économiques, financiers et d’autre part réguler l’exploitation de la nature est la quadrature du cercle ; mais l’humanité doit y parvenir sous peine de disparaître.

20 08 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/