Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2018

Irrespirable

L’ambiance actuelle devient irrespirable !

Francis-claude Neri Oui Daniel ...irrespirable effectivement ...mais j’y trouve un intérêt, c'est que nous voyons bien apparaitre chez certain(s) un degré d'empathie ou d'einfüllung (clin d’œil à Manfred) voisin de zéro.
De quoi donner cinq années d'études à tout psychologue versé dans les modes de communications empathiques et l’interférence des schémas psychiques complémentaires.

Plus sérieusement et moins doctement, NOTRE problématique EST d'établir une communication qui permette le rassemblement des patriotes au sein d'une communauté qui tienne debout et qui survive.
Est ce un projet délirant, irréalisable condamné dés le départ ?
L’alternative, c'est de passer sa vie dans la résignation et probablement la Dhimmitude, ou de tomber dans le chaos.

Il faudrait apprendre que ce sont les émotions, les attitudes, qui produisent les comportements ...dangereux ou pas. Et il faudrait aussi savoir que c'est leur manipulation qui oriente ces comportements et le pouvoir ne s'en prive pas...
Il faudrait appréhender que l'Histoire de l'Humanité EST une abstraction dont on peut aisément se servir pour justifier tout et n’importe quoi
Toujours, nous avons su utiliser les émotions pour justifier de grands crimes et toujours, ON a donné pour excuses que les crimes étaient justifiés par les exigences de la tribu, du clan, de l’État ou même de l'Humanité...c’est facile puisque l'Humanité c'est abstrait !

Il y a par exemple une question de "manipulation" des attitudes que je me pose : Devons nous accroitre le sentiment de sécurité ou d'insécurité du peuple de France face à : l'islam, les migrants, l'UE, l'oligarchie mondialiste ?

Pour qu'elle finalité, quels objectifs ?

De même, faut il mettre en exergue les sentiments, les émotions, les valeurs, les pratiques qui nous divisent ou celles qui nous rassemblent ?
Si j'en crois le politico-médiatique, il semble que ce soit avant tout pour NOUS diviser !

Nous avons à apprendre de l'observation du COMPORTEMENT et des pratiques de ces personnes car de cette observation nous déduirons leurs OBJECTFS.

Posons nous la question : quels sont les observables ? Que faut il observer et qui ?

Un des résultats premiers devrait être d'appréhender la nature de la prochaine crise, de réfléchir aux moyens sinon de l’éviter, mais au moins de s'y préparer afin de la rendre le moins destructrice possible, aussi bien pour les individus que pour les groupes.
Les signes précurseurs ne manquent pas. Elle peut se déclencher à tout moment ...une simple remontée des taux d’intérêt par exemple.

Alors perdre son temps à commenter les crises d'ego de quelques uns ?
Non merci !

Francis-claude Neri

12 01 18

28/07/2017

Géopolitique du chaos

En quelques décennies, la mondialisation a fabriquée une société de rentiers, assistée de quelques chercheurs, communicants, artistes et administrateurs de haut niveau au service de cette oligarchie.
Le tout doublé d’une société de travailleurs et de petits fonctionnaires souvent pauvres et d’assistés. Les assistés, comme les pauvres, bien entendu n’en ont plus pour très longtemps si le sursaut attendu ne vient pas.
En France, comme en Europe, la cohésion sociale se lézarde dangereusement. Au sommet se renforce une classe de plus en plus aisée pour, laquelle, la mondialisation est un avantage et un bénéfice.
Vers le bas, les poches de pauvreté se creusent. Les citoyens, démunis, marginalisés, méprisés des élites politiques, économiques, intellectuelles, médiatiques, sont incapables de profiter des « libertés » formelles, de se rassembler, de s’organiser  et de faire valoir leurs droits.  

A cela il faut ajouter l’islamisation de la société, l’immigration massive et les dangers qu’elles représentent pour les plus exposés des citoyens

Et le tout sous la pression de l’insécurité culturelle qui remet en cause les valeurs dominantes.

La concordance des causes est source d’un énorme chaos qui dépasse largement le territoire national.

Tout étant dit et appréhendé depuis un bon moment, il est temps de faire émerger une contre société qui puisse assurer la réintégration économique, politique, culturelle et sécuritaire des classes moyennes et populaires laminées par la mondialisation, remplacée par l’immigration et assassinée par les islamistes.

Le chaos mondial est devant nous,  sachons nous mobiliser pour éviter d’y sombrer corps et âme.   

Francis-claude Neri

http://fr.blogspirit.com/

28 07 17

01/07/2017

La systémique des sources

La libanisation guette la France ou plus certainement sa balkanisation dans tous les sens du terme, englobant tout à la fois la défaite identitaire qui annihila l’âme serbe et érigea le Kosovo en porte drapeau international de la doxa victimaire, alors que cette province était serbe depuis le moyen âge, et cette incurie économique qui aujourd’hui encore contraint des grecques à la famine.

C’est tout cela l’Union-européenne, un acte de décès des peuples par son remplacement, les remplaceurs esclavagistes et un DOGME ; celui qui consiste à toujours davantage soumettre à la repentance comme pour mieux s’assurer la soumission de ceux qui n’oseront plus jamais relever la tête devant tant de « crimes » commis au nom d’un colonialisme supposé barbare.

Il en va de la survie des totalitarismes que de parer leur propagande de mots simples et de slogans « unificateurs » !
Le « Vivrensemblisme » pour mieux entériner la soumission à un nouvel ordre sociétal, le « réformisme » bruxellois pour mieux sceller l’asservissement économique, et la « Nationale éducation » pour entretenir une débilité hiérarchisée de génération en génération.

Alors, la résistance peine, et peine encore à exprimer l’inexprimable, la systémique des sources et des implications économiques comme ce fameux débat sur le Frexit, ou ces débats abscons sur les « évolutions » des mœurs (PMA, GPA, droits des LGBTI) qui cachent mal cette volonté farouche de vouloir imposer la marchandisation de l’humain au même titre que la plus simple des marchandises, de Paris à Tokyo.

Il n’y a plus de politique, ni de théorie économique à l’œuvre, en ce bas monde, tout juste une course effrénée vers le nihilisme absolu !

 

Patrick Escudie
01 07 17