Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2021

Les enjeux de la crise américaine

Les enjeux de la crise américaine

Publié par Sidney Touati le 16 janvier 2021

Le monde a les yeux braqués sur les événements qui secouent l’Amérique. La situation est très grave et très préoccupante. Elle est l’expression d’une crise générale dont la caractéristique majeure est de rendre antagoniques les deux camps en présence.

Cependant, il importe de préciser qu’il n’y a ni victimes, ni bourreaux. Il y a deux parties ayant des conceptions opposées et irréconciliables, qui s’affrontent dans un combat où tous les coups sont permis.

Trump pendant son mandat a pu gouverner tout en ayant à affronter non l’opposition du camp adverse, mais sa haine. Il a pu réaliser son programme car il représente l’Amérique traditionnelle. Son électorat est relativement homogène.

La situation Joe Biden est différente. Même s’il accède au pouvoir en ayant fait usage de la fraude, il ne pourra pas gouverner, tout simplement parce qu’il représente un ensemble hétérogène de groupuscules agressifs et d’une masse de rêveurs persuadés que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. »

S’il applique vraiment son programme, il ne fera qu’accroître les antagonismes qui menacent de faire éclater la société américaine. S’il ne l’applique que partiellement, il provoquera comme son homologue Obama, la désillusion d’une grande partie de son camp.

La crise générale est due à la révolution du numérique et de l’Intelligence Artificielle qui est en train de modifier de fond en comble, non seulement les secteurs de la production et des échanges, mais également celui des relations interindividuelles.

La caractéristique majeure de ce processus de changement de paradigme sociétal est l’extreme concentration de la propriété de ces nouveaux outils dans quelques mains. Les géants du Web, au nombre de cinq, possèdent les secteurs clés de la révolution numérique et de l’intelligence artificielle.

C’est un peu comme si, lors de la première révolution industrielle, cinq personnes étaient propriétaires de toutes les machines à vapeur du monde.

Trump a pour lui le peuple mais contre lui ces cinq mastodontes, ces cinq monstres, ces faiseurs de roi, qui dominent toute la communication planétaire. Il a pu une fois, par surprise, les utiliser pour prendre le pouvoir. Mais la deuxième fois, les géants ont mobilisé leurs immenses moyens pour l’abattre.

Que faire ? Comment poursuivre le combat ?

Comment se sont battus nos aînés pour éviter que la première révolution industrielle ne détruise toute la civilisation, comme elle a pu le faire, çà et là ?

Nos aînés ne se sont pas battus contre l’extension du machinisme, ni contre l’inexorable avancée du rail.

Ils se sont battus pour la culture, pour la sauvegarde du patrimoine culturel, pour la diffusion des Lumières…pour l’Instruction en général, pour rendre accessible au plus grands nombres les géants de la littérature et des Arts.

En sauvant l’héritage culturel, ils ont sauvegardé l’humanité de l’homme. Ils ont ainsi évité que la brutale course au profit ne dégénère en violence. Ils ont su, comme leurs lointains ancêtres de la Renaissance, intégrer l’avancée de la technologie et les bouleversements qu’elle génère, dans l’espace culturel né de la révélation biblique.

Ce combat contre les « élites incultes et barbares » est difficile. La situation se dégrade rapidement.

Voir « Autant on emporte le vent » est aujourd’hui impossible en France. Demain, lire Victor Hugo ou Maupassant…deviendra-t-il un délit ?

Sauver la Culture.

Ce défit est aujourd’hui le nôtre.

Notre soubassement culturel, appelé humanisme, pourra-t-il intégrer sans se détruire, la nouvelle révolution numérique ?

Les nouveaux maîtres du monde aspirent à cette grande et immense destruction culturelle, ( ce que d’aucun appelle le « grand reset ») à réaliser le rêve (ou cauchemar ?) claironné par l’Internationale: « du passé faisons table rase)! Ils peuvent effectivement, en prenant appui sur les revendications des minorités agressives, censurer l’essentiel du patrimoine culturel, rende difficile voire impossible sa transmission.

Il ne faut pas les laisser étendre à toute la planète, cette « révolution culturelle »de type maoïste, dont les nouveaux Garde-Rouges ont pour nom, E. Macron, Joe Biden, Xi-Jinping, Zuckerberg…

Défendons notre magnifique héritage culturel.

Il ne nous est pas permis d’échouer, car notre échec signifiera le triomphe de la barbarie liée au règne brutale de la domination technologique et donc à la fin de l’humanité de l’homme.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Francis-claude Neri 
http://semanticien.blogspirit.com/ 
17 01 21

07/01/2021

Le langage

« Ce n'est pas un hasard. Démolir le langage fait partie des moyens de rendre plus ardue la pensée claire. »

Le mot "républicain" existe déjà dans le dictionnaire pour désigner celui qui lutte pour :

- la liberté, que refuse l'islam,

- l'égalité, que refuse l'islam

- la fraternité, que refuse l'islam

- les droits de l'homme, incompatibles avec le coran

- et accessoirement la simple morale, contredite par les prescriptions du coran

Le mot "islamophobe", créé par un certain Khomeyni https://fr.wikipedia.org/wiki/Rouhollah_Khomeini du temps qu’il était encore simple ayatollah, n'a pas la moindre raison d'être. "Républicain" suffit.

"Islamophobe" est un mot bâtard à base d'arabe et de grec"

Certes, mais "sociologie" a été le premier mot bâtard, fait pour sa part d'un préfixe latin et d'un suffixe grec, "automobile" ayant fait le contraire. Est-ce que ça choque ?

"On dit anglophobe, francophobe - qui sont le pendant négatif d'anglophile, francophile, etc. "

Parce que ce sont des mots utilisés afin de combler un besoin de communication, pas de propagande comme "islamophobie".

Nous avons un autre mot en "phobe" qui a été forgé de la même façon et qui n'est pas le contraire du mot en "phile" : "homophobe" n'est pas le contraire d'"homophile".

Frédéric D'Aubert
07 01 21

 

01/01/2021

La régulation sociale.  

La régulation sociale.  Pour atténuer les inégalités dans la société civile.

La fin du XXème siècle a été marquée par la convergence des forces de droite et de gauche dans la mise en œuvre de politiques destinées à adapter la France à des nouveaux enjeux économiques, orientés vers la «mondialisation» fondée sur le néo-libéralisme.

La triangulation politique, où gauche et droite puisent réciproquement leurs idées, pourrait davantage s'installer dans la durée

Ce phénomène est propre à de nombreuses démocraties modernes et confirme que les enjeux actuels et à venir se sont déplacés...Ces enjeux exigent un positionnement politique qui puise simultanément dans les qualités propres à la droite et à la gauche...

L'univers est régi par l'harmonie et la justice: Les traditions du monde le confirment en la symbolisant pour trois d'entre elles: la déesse Maât en Egypte, l'archange Saint Michel des chrétiens, la déesse Thémis chez les grecs...

Épilogue: Il est temps de dépasser le clivage de la droite et de la gauche !

L'idéal politique n'existe pas (ni à gauche ni à droite), et accorder une confiance aveugle à un candidat qui le promettrait, serait suspect...

Aucun homme politique n'est infaillible et le revendiquer est plutôt une démarche humble et sage.

L'homme politique pourrait s'inspirer principalement d'un archétype, présent dans toutes les traditions d'orient et d'occident : La JUSTICE !

Il est vrai que l'appliquer est exigeant. Il est bon de l'entourer de concorde sociale. Pour éviter une «boulimie» de mesures, mieux vaut cibler quelques actions les plus cruciales, plutôt qu'une multitude qui resteraient dans les parapheurs...

Il semble qu'aujourd'hui, les réformes à mener devraient se concentrer sur des enjeux locaux mais en même temps «planétaires».
Cela concernerait le respect écologique, la «maîtrise» plus importante des lobbys, une meilleure répartition des richesses, levier d'une diminution du chômage et de la précarité; une réforme éducative tournée vers l'humanisme...

La qualité de l'homme politique est avant tout d'être efficace: c'est à dire engager les mesures les plus importantes et les plus pertinentes en début de mandat, en maintenant le «cap» sans être découragé par une partie de l'opinion.

Si les décisions sont pertinentes et bien pensées, celles-ci se concrétiseront car elles sont justes...Les sirènes mielleuses de la popularité doivent être subordonnées à la cohérence qui harmonise l'idée et l'action.

Il est bon de confirmer une nouvelle fois que le contexte actuel ne justifie plus le clivage entre la droite et la gauche car la nature de leur «combat» passé n'est plus d'actualité...

Le temps est venu de travailler ensemble pour que du nombre 2 enfin réconcilié émerge un esprit non plus dualiste ou manichéen, mais inclusif et solidaire...

29 12 20

Merci Pierre pour cette chronique dont l’objet sera, probablement, un élément moteur du Cygne noir.
L’union du peuple de droite et de gauche …du peuple bien entendu et sans exclusive ; car il est illusoire de vouloir rapprocher leurs dirigeants respectifs. La question EST celle du comment travailler ensemble en dehors des appareils politiques qui en sont incapables ? 
C’est dans cet esprit non plus dualiste ou manichéen, mais inclusif et solidaire...qu’en France et au delà, le peuple pensera et réalisera cette union. Le « Cygne Noir » pourra y contribuer. 

La pandémie de Covid 19, un « Cygne Noir », a donné une vigueur nouvelle à de nombreux enjeux stratégique et, il faut bien reconnaitre qu'elle était pour le moins imprévue et aléatoire.

Comme le regrette Pascal Boniface https://www.youtube.com/watch?v=_R-VCeJqREI , pour la première fois, l'humanité a craint la même chose Mais elle n'a pas réagi en commun et on peut faire un parallèle avec le péril climatique, gauchiste, islamiste, mondialiste un danger global face auquel elle réagi en rangs séparés.

A nous localement et globalement à les inciter (par l'intermédiaire de « Cygne Noir ») à résoudre ces problématiques en commun
C’est ce que nous pouvons nous souhaiter de mieux politiquement pour l’année qui vient et les suivantes.

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

01 01 21