Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2017

Voyage au bout de la nuit

Oui nous connaissons et nous allons connaître la NUIT, l'infamie, l'abomination avec des gens abominables, et nous verrons, comme l'avait dit Monseigneur le Comte de Paris combien nous coûtera cher en honneur et en vie de n'avoir pas défendu Israël, disait-il, le dernier bastion de la race blanche en Orient.

Car si nous avions défendu, nos frères ou nos cousins, si nous avions fait corps dans la défense contre l'abomination, elle n'aurait jamais osée relever la tête.

Maintenant, la Hyène folle, a senti le sang frais, et rien ne l'arrêtera que sa propre mort quand elle aura dévorée jusqu'à ses enfants. Et que les traîtres européens qui défendent les Palestiniens, entre autres, pour ne pas oser défendre l'Islam arabique fassent leurs testaments, car ils seront les premiers mécréants à tomber.

Qu'ils ne pensent pas un instant que l'Islam a une quelconque peur des chrétiens, il ne craint que le Lion de David, il ne tremble que devant Lui.

Nous mangerons dans la bouillie salée du sang notre hypocrisie relapse, notre fausse philosophie et nos mensonges, parce que nous avons trahi notre honneur, notre foi, notre drapeau et notre pays.

Nous avons jeté aux ordures toutes nos valeurs les plus sacrées devant le monstre aux mille têtes de l'Islam ainsi que le disaient les légendes: devant le Mensonge, nous plierons, comme nous avons mis genou en terre devant le Nazi.

Nos politiques, nos gouvernants, nos responsables sont corrompus, corrompus par l'or, par le pouvoir, corrompus et gangrénés par le faux humanisme d'un socialisme pourrissant et dégénéré, suant le pus abject devant l'Islam faux et pervers.

Et si je dois y laisser ma vie d'Homme, j'irais comme mes ancêtres croisés du Temple la donner en Terre Sainte et certes pas dans le déshonneur de cette France qui a finalement eu raison de mettre le rouge de la honte à son drapeau.

Jean-Luc de Cabrières  

03 04 17

02/04/2017

Nous étions six

J'ai surement loupé un chapitre, parce que cette union européenne ne m'intéressait pas. Mais la réalité c'est que nous sommes plus que douze. Avec des économies, des salaires, des avantages sociaux etc… Différents.
Pour moi une union, c'est l'égalité, si possible vers le haut et pas vers le bas. Résultat, les pays qui étaient en bas sont encore plus bas et ceux qui étaient en haut sont de plus en plus bas. Je parle du peuple bien sûr. Car l'union européenne est celle de la finance, pas des peuples
Jacqueline Kerdelant

Oui cette Europe est bien celle de la finance et une Europe ultralibérale dictatoriale et cela nous le savions depuis le début ... c'est aussi pour cette raison que les Français avaient voté contre à 54% .
Francis Gelin

On sait ce qu'il est advenu de ce vote....Cause toujours mon lapin...Il faut SORTIR de l'Europe.!
Christian Labrousse

Dès lors que la parité s'instaure dans un contexte culturel, fiscal et monétaire semblable, sans dumping social, il n'y avait pas de raison de ne pas s'entendre et de prospérer ! L'U.E a été conçu par la volonté économique et financière exclusivement.
On est actuellement aux antipodes d'une Europe des peuples !

Paul Abysses Compe

 

27/03/2017

La sharia

Savoir ou se faire avoir, Sami Aldeeb

"Cour européenne des droits de l’homme: “La loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme”

 Droits de l'homme, Sharia  Add comments

Jan 182011

Nous produisons ci-après des extraits d’un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 31 juillet 2001 (texte intégral) dans lequel elle affirme que la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme. Cet arrêt a été confirmé par la grande chambre de cette cours le 13 février 2003 (texte intégral) (nouveau lien).

Extraits de l’arrêt du 31 juillet 2001

la Cour européenne des droits de l’homme a estimé que la Charia est incompatible avec la Convention européenne des droits de l’homme de 1950. Il s’agissait à cette occasion pour la Cour de juger si le gouvernement turc avait le droit de dissoudre un parti islamique turc, le Refah, en raison des valeurs prônées par ce parti (la Charia notamment). La Cour a validé la dissolution du Refah. Du jugement final, on citera essentiellement les extraits suivants :

  • La Cour constitutionnelle a rappelé qu’un tel système (la charia), qui avait ses origines dans l’histoire de l’Islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire.
  • Pour la Cour constitutionnelle, la Charia serait l’antithèse de la démocratie, dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance, ou de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science.
  • La Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.
  • La Cour relève que (…) les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout.
  • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.
  • La Cour constitutionnelle (fait également référence) à la notion de djihad, qui se définit, dans son sens premier, comme la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société.
  • La Cour constate également que les propos tenus par Xxxxx, le député d’Ankara, (…) traduisaient une haine profonde envers ceux qu’il considérait comme des opposants au régime islamiste. La Cour estime à cet égard que lorsque le comportement incriminé atteint un niveau élevé d’insulte et se rapproche d’une négation de la liberté de religion d’autrui, il perd pour lui-même le droit d’être toléré par la société.”

Extraits de l’arrêt du 13 février 2003

  • La Cour rappelle que la liberté de pensée, de conscience et de religion représente l’une des assises d’une « société démocratique » au sens de la Convention. Cette liberté figure, dans sa dimension religieuse, parmi les éléments les plus essentiels de l’identité des croyants et de leur conception de la vie, mais elle est aussi un bien précieux pour les athées, les agnostiques, les sceptiques ou les indifférents.
  • Il y va du pluralisme – chèrement conquis au cours des siècles – qui ne saurait être dissocié de pareille société. Cette liberté implique, notamment, celle d’adhérer ou non à une religion et celle de la pratiquer ou de ne pas la pratiquer.
  • Par ailleurs, dans une société démocratique, où plusieurs religions coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir la liberté en question de limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des convictions de chacun
  • Selon la Cour, dans une société démocratique, l’Etat peut limiter la liberté de manifester une religion, par exemple le port du foulard islamique, si l’usage de cette liberté nuit à l’objectif visé de protection des droits et libertés d’autrui, de l’ordre et de la sécurité publique
  • la Cour estime (…) qu’un parti politique dont les responsables incitent à recourir à la violence ou proposent un projet politique qui ne respecte pas la démocratie ou qui vise la destruction de celle-ci ainsi que la méconnaissance des droits et libertés qu’elle reconnaît, ne peut se prévaloir de la protection de la Convention contre les sanctions infligées pour ces motifs.
  • Nul ne doit être autorisé à se prévaloir des dispositions de la Convention pour affaiblir ou détruire les idéaux et valeurs d’une société démocratique.
  • Dans ce contexte, la Cour considère qu’il n’est pas du tout improbable que des mouvements totalitaires, organisés sous la forme de partis politiques, mettent fin à la démocratie, après avoir prospéré sous le régime démocratique. L’histoire européenne contemporaine en connaît des exemples.
  • la Cour partage l’analyse effectuée par la chambre quant à l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie,
  • A l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictés par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.
  • La Cour relève que (…) l’instauration de la charia est difficilement compatible avec les principes fondamentaux de la démocratie
  • Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses.
  • La Cour considère que, quelle que soit l’acception que l’on donne à la notion de djihad (dont le premier sens est la guerre sainte et la lutte à mener jusqu’à la domination totale de la religion musulmane dans la société), invoquée dans la plupart des discours mentionnés ci-dessus, une ambiguïté régnait dans la terminologie utilisée quant à la méthode à employer pour accéder au pouvoir politique.

Philippe Boehler
27 03 17