Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2019

Marine Le PEN

Certains me reprochent de ne plus faire confiance en MLP en tant que leader au sein du projet présidentiel du R.N. et de ne pas soutenir sa candidature en 2022.
Vous constaterez en lisant le texte ci joint que j’ai mes raisons et que çà ne date pas d’hier !

Collectif 2012 Alsace

Les grands médias osent enfin l’avouer : les sondages ne veulent rien dire car 47 % des citoyens n’ont pas encore fait définitivement leur choix …disent-ils, et je suis de ceux là ! Alors !!!!
Eh bien, le meeting de MLP à Strasbourg m'a favorablement impressionné. Il remet les pendules à l’heure car elle a laissé de coté les problèmes économiques qui se résument finalement a une stratégie toute simple : il s’agit de se désendetter et de redevenir compétitifs en faisant des économies et en allégeant les charges, tout en préservant la paix sociale.
Et bien entendu l’objectif est de sortir au plus vite de la prison européenne qu’est l’UE ; revenir au principe de l’agir local tout en pensant global.

Pas une mince affaire pour ce qui concerne les deux autres candidats qui s’opposent à elle et qui sont conjointement responsables du drame.
Nicolas et François n’ont que des différences de méthode pour la mise en œuvre et ne sont crédibles ni l’un ni l’autre, enfin nous pouvons nous demander pour quelles raisons ils n’ont pas fait plus tôt ce qu’ils proposent aujourd’hui sans trop y croire eux mêmes.

Marine Le Pen, quoi qu’en disent ses adversaires, est bien la seule à proposer une démarche économique antisystème innovante et de rupture avec 40 ans de laxisme, de pillage et de malversations.
J’ai été frappé par l’énergie dégagée, son empathie avec le public, l’enthousiasme de ses jeunes supporters. Je sens qu’elle a déjà la force morale et la compétence, je pense qu’elle trouvera très vite le chemin de la légitimité, surtout si elle s’engage résolument sur le terrain des valeurs sur lequel elle peut rassembler toutes les droites.

J’ai été très sensible aux thèmes développés ayant trait à l’identité, mais il faut aller plus loin : le rappel à NOTRE mémoire, à une forme « naturelle » d’organisation sociale plus « locale » plus « subsidiaire », moins globalisante. Une certaine mentalité jacobine et centralisatrice me fait craindre que ce ne soit pas dans les « fondamentaux » de Marine.

Enfin il faut rappeler que c’est l’évolution culturelle qui nous façonne, qui produit des différences à la fois psychologiques et biologiques entre populations et que par conséquence l’immigration et l’islamisation sans contrôle et sans régulation est un non sens absolu qui nous conduit tout droit vers la guerre civile ethnique et religieuse.

Je ne comprendrais pas la moindre faiblesse de la part du FN sur ce thème.

Je suis à 60% en accord avec le projet et le programme du FN pour ces présidentielles ; c’est largement suffisant pour soutenir sa candidate et pour peu qu’elle tienne compte de nos remarques, NOUS devrions l’emporter sans difficultés !

Bonne chance à la France et à l’Alsace…

Francis NERI
http://semanticien.blogspirit.com
10/02/12

21/11/2019

Socialisme,  social démocratie, islamogauchisme.

Le socialisme c’est l’idée que l’individu n’est pas responsable de ses choix personnels et que c’est à la collectivité dans son ensemble de corriger les errements de certains de ses membres.

Dire le contraire est encore une cause de vindicte populaire. Ceux qui pensent que  le socialisme est mourant et qu’une social-démocratie acceptable s’est substitué à lui sont dans l’erreur. Une erreur stratégique grave, en particulier car l’islamisme pour certains d’entre eux, comme Mr Mélenchon, perpétue la « lutte des classes » et il doit être associé au socialisme.

Ce que nous risquons de payer très cher !

Ces deux croyances ne sont pas distinctes : la différence entre les deux est une affaire de degré et non de nature. Il y a le collectivisme (ou socialisme radical, tel qu’il a été appliqué à Cuba, en URSS, au Chili, etc.) et l’étatisme (croyance qui fonde le socle des social-démocraties).
Le second n’est qu’une dictature se disant bienveillante dans laquelle le libre-arbitre a été aboli pour le bien de l’individu.

Depuis François Mitterrand en particulier nous en payons le prix fort.

Il doit finir le temps où il était de bon gout de dire qu’il valait mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron.
Il est temps de mettre fin à cette erreur, et cette faute lourde, historique. Il est temps de mettre un point final à « l’islamogauchisme » qui doit avoir trouvé son sommet ce funeste 10 novembre 2019 avec la marche dites contre l’islamophobie.

« Plus jamais çà » doit être notre objectif sans concessions et notre slogan aux municipales qui viennent.

Ne votons que pour des maires qui reconnaissent, acceptent, la réalité du danger de « l’islamogauchisme », la jonction fatale entre la gauche et l’islamisme, et qui sont disposés à la combattre avec tous les moyens à leur disposition.

21 11 19
Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

15/11/2019

Partir !

Alain Persat : "Avant de leur demander de partir, il faudrait comprendre pourquoi ils ont tout abandonné chez eux pour venir chez nous au risque de leur vie !"
                                                                              ---------
On aurait tort de penser que c'est encore une question morale, qu'il s'agit uniquement d'un problème d'éthique ou qu'en faire une affaire de justice soit encore possible et puisse nous rapprocher d'une solution.
On a dépassé le seuil de réversibilité, désormais il est illusoire de chercher autre chose que le moindre mal. Il n'y aura pas d'atterrissage en douceur, il faut se contenter de limiter la casse, qu'il s'agisse des conflits ethniques, culturels et religieux en gestation au sein des pays occidentaux ou de la faillite de l'économie de la croissance au prix de la dégradation de l'écosystème terre.

Cela pour une raison relativement simple, le double ratage de l'intégration de populations et de la transition écologique est déjà acté. L'étape des solutions sparadrap est terminée, il faut malgré nous en prendre acte, le moment fatal pour nos illusions de ranger nos espoirs fous dans des tiroirs est arrivé mais surtout il est grand temps de se préparer à l'étape suivante, à partir de là je vous laisse imaginer pour et par vous-même...
... ce qui suit... avec plus ou moins de brutalité !

Humaniste moi-même, je suis assez sensible au sort des plus faibles et des minorités, pour constater avec tristesse et désarroi que les espoirs de jeunesse(s) n'étaient que de vaines illusions, un idéalisme d'adolescent attardé, une façade peinte sur du carton servant de décor à une utopie cachant une dystopie, un fatras sympathique d'auto congratulations, des bonnes intentions pavant le chemin vers l'enfer...
 
Qu'on le veuille ou non, nous nous trouvons après le double naufrage, d'une part de l'humanisme, cette illusion d'une universalité appelée humanité, basée sur la tolérance et perçue unilatéralement comme le progrès, d'autre part de l'industrie énergivore et de "la globalisation heureuse".
 
On nous avait prédit un triomphe de la technologie, un miracle du brassage, nous nous trouvons sur un pont sans issue au dessus d'un précipice, croyez-moi il m'en coûte mais il va falloir faire marche arrière pour ne pas tomber !
 
J'espère évidemment me tromper.