Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2019

La quadrature du cercle


Les sociétés développées ont atteints les limites de leur capacité d’adaptation au changement ; d’où le vote populiste et les colères justifiées de Salvini.

Il y a encore plus inquiétant, c’est la course en avant de l’expansion démographique qui s’oppose aux colères de la nature.

Ajuster, réguler, contrôler, remédier en permanence aux dysfonctionnements économiques, financiers et d’autre part réguler l’exploitation de la nature est la quadrature du cercle ; mais l’humanité doit y parvenir sous peine de disparaître.

20 08 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

16/03/2018

La communication

Il n’y a aucun moyen de « sortir de la dette par la croissance » lorsque vos revenus chutent et que vos dettes augmentent.

Plus d'infos sur : http://la-chronique-agora.com/dette-krachs-boursiers/
Copyright © Publications Agora

Voici une importante information qui doit nous faire réfléchir.

Il semble que nous ayons créé un monde entièrement fait de communication et qu’il devient réel…Quelle aventure !

Allons nous enfin mettre « nos cerveaux en réseau » et discipliner nos « avatars » afin qu’ils régulent et contrôlent leurs attitudes et leurs comportements pour rendre « efficace » notre communication ?
L’expression et la mobilisation des peuples démocratiques pourraient ainsi s’exprimer autrement que par une large abstention et un mépris total des élites politico-médiatiques.

Certains de mes amis, par exemple, confondent information et communication…J’aimerai leur rappeler qu’il n’y pas de communication sans info-retour (rétroaction).
Et cette rétroaction est totalement absente y compris dans les médias dit de réinformation.


Oui la communication est le « nerf de la guerre et ceux qui perdent la guerre  de la communication perdent souvent la guerre tout court. Surtout lorsque l’information devient de la propagande.
Les israéliens par exemple se sont rendus compte avec l’affaire Al Dura que les palestiniens leur étaient supérieurs en matière de communication et que si ils avaient perdu la sympathie de l’Occident c’était en grande partie pour cette raison.

Avec les réseaux sociaux, la structuration de NOTRE communication est à notre portée. Et si nous pensons en réseau l’action elle même n’est plus qu’une résultante de la pensée. Si nous pensons en réseau que telle action DOIT se produire, elle se produira …

Pensez y !

Francis-claude Neri

16 03 18

18/11/2017

Régulation, contrôle, remédiation

Alain Persat Les migrants ne sont que la conséquence de la remise en cause de la démocratie par les multinationales. Ah c'est plus facile de s'attaquer à eux qu'à ceux qui provoquent ces migrations.


Mon cher Alain Persat Si vous voulez appréhender correctement la notion de « conséquences » et avoir une vision « prospective » de l’avenir, il vous faut aller un peu au delà des apparences et adopter une approche, une lecture systémique des événements et ne pas vous contenter d’observer et de ne voir qu’une simple relation de cause à effet.
Un système (humain) est, comme vous le savez, un ensemble d’éléments en interaction dynamique orienté vers un but, un objectif, une finalité.
Dans un tel « système ouvert », l’effet rétroagit TOUJOURS sur la cause et, la rétroaction se fait en boucle, ce qui ne permet pas à l’état actuel de nos connaissances de remonter à la cause des causes et ne le permettra probablement jamais. Il nous manquera toujours des informations fiables pour appréhender correctement la réalité.
Nous continuerons donc encore longtemps à prendre l’effet pour la cause, à n’exprimer que des opinions, et à accuser indifféremment l’œuf ou la poule.
Par exemple : Que l’on accuse les migrants de nos difficultés ou ceux qui ont provoqué ces migrations ne fait aucune différence quand aux effets que nous subissons et, ce sont bien des migrants (en particulier des musulmans) qui nous les font subir, même si leurs alliés objectifs –la gauche multiculturaliste et les prédateurs de l’oligarchie mondiale - y contribuent.
Bien entendu, comme nous avons encore un peu de mémoire, nous savons, par exemple, que le regroupement familial est une des causes majeures de l’invasion islamiste et africaine. Nous connaissons fort bien les responsables et leurs motivations. Nous savons qu’ils sont coupables et nous ne pouvons, ni apparemment ne voulons, les faire passer en jugement, les punir et remédier à la faute lourde qu’ils ont commise.
Devons nous pour autant continuer à admettre sur notre territoire des migrants potentiellement islamo-incompatibles avec NOTRE système de civilisation ?
Bien sur que non !
Devons nous laisser leurs successeurs alimenter encore et toujours les mêmes « boucles de rétroactions » faire encore et toujours un peu plus de la même chose ?
Bien sur que non !
Ces boucles nous devons les « ouvrir » et la boucle migratoire en urgence. Ensuite, après avoir « remédié » à ces inconvénients, nous avons à poser des thermostats et des régulateurs pour les maintenir ouvertes …lorsque la pression monte. Car voyez vous nos « zélites » politico-médiatiques auraient vite tendance à les refermer …c’est dans les gènes !
Et oui, chaque fois que nous faisons état d’une problématique, que ce soit sur l’économie, la finance, l’immigration, la religion etc. « ON » nous dit : l’économiste, le trader, le migrant, ou le musulman n’est en rien responsable c’est le « système » et il faut chercher la cause des causes !
Certains d’entre nous sont des spécialistes de cette exploration de l’irresponsabilité individuelle ET collective… c’est LE « système » …tout est dit !
ET ceux qui le sont mourront tranquillement dans leur lit, entourés de leur famille et honorés par leurs pairs.
Il faut que cela cesse, car le temps passe, le contexte devient chaque jour plus « critique ».
Les bulles temporelles les plus avancées doivent se garder de penser qu’elles auront le dernier mot …Toutes les civilisations sont mortelles. Que la bulle temporelle occidentale se le redise encore et encore.

Francis-claude Neri
18 11 17