Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2018

Facebook et les militants

Le 4eme pouvoir c’est nous, alors apprenons à penser avec d’autres.

Facebook est un média, donc un canal par où passe nos informations, nos messages qui permettent l’action.

Ne laissons pas des parasites perturber notre communication, détourner le sens de nos idées. Ne laissons pas le média prendre le pas sur le message. Ne prenons pas le risque de réduire nos analyses, en particulier du social, à l’analyse du (des) média.

Il est parfaitement arbitraire de condamner d’avance un (des) instrument, un outil, qu’il faut d’abord apprendre à maitriser avant de le rejeter et de renoncer à s’en servir.

Ou bien les média ne sont considérés que comme un instrument d’aliénation, permettant un contrôle accru des populations, ou bien ils permettent naturellement une bonne communication.

La « pensée » qui « prend bien » sur nos média sociaux, qui passe bien la rampe des média est la pensée du « parler vrai ».
Si Eric Zemmour « passe bien », c’est qu’il parle vrai, qu’il est un vrai « accoucheur » de la société.
Au contraire de nos « politiciens » dont la communication « classique » et « manipulatrice » ne marche plus.

Ils ne communiquent plus avec les couches sociales de la France en souffrance et ces dernières ne communiquent plus avec eux.
La France dite « périphérique » ne voit plus dans le pouvoir politique en action que folklore et dérision, épuisement et impuissance.

Nos politiciens, nos intellectuels de la « bien pensance » ont créé un conflit entre le message et le médium qui le diffuse.
Ne tombons pas dans le piège qu’ils nous tendent, n’ayons pas peur de NOS média alternatifs, apprenons à les utiliser à notre profit.
Structurons-nous et organisons nous à partir d’eux (infogroupes).

La peur de s’exprimer, de communiquer doit changer de camp. Sachons utiliser la forme et le fond, faire « passer » nos messages et …en suivre l’application.
C’est exactement ce que NOUS avons fait avec « Medine au Bataclan ».

N’en restons pas là …c’est une question de survie !

ET n’oublions pas que le militant et résistant actuel n’est plus nécessairement celui qui s’intègre dans une organisation considérée comme militante (un parti politique par exemple) mais celui qui essaie d’améliorer, de démocratiser le rapport entre la compétence que nous détenons et la réalité du terrain…bref qui transforme nos concepts en action.
 
Et nos réseaux sociaux sont taillés sur mesure pour nous le permettre.     

Francis-claude Neri
http://semanticien.blogspirit.com/

17 10 18

31/07/2018

Un non-juif

"Léon Tolstoï se demandait : « Quelle sorte de créature unique est-elle, celle que les dirigeants de toutes les nations ont disgraciée et broyée et expulsée et détruite, persécutée, brûlée et noyée, et qui en dépit de leur colère et de leur furie, continue de vivre et de prospérer?…
Le Juif est le symbole de l’éternité… Il est celui qui détient depuis si longtemps le message prophétique et l’a transmis à l’humanité. » (Léon Tolstoï, Qu’est-ce qu’un juif?).
----
Leur histoire est unique. Un exemple qui me traverse l’esprit : l’été 2008, une inscription sémitique ancienne, datée du début du Xème siècle, peinte sur un tesson de poterie fut trouvée à Khirbet Qeiyafa, une ancienne forteresse implantée à vingt kilomètres à l’ouest de Jérusalem, en bordure de la vallée d’Elah où David aurait affronté le géant Goliath. Le fragment de poterie découvert porte cinq lignes de texte, partellement effacé, sous forme d’une instruction sociale relative aux esclaves, aux veuves et aux orphelins. L’appartenance à la culture hébraïque proprement dite est soutenue par des mots spécifiques de l’hébreu comme « faire », « travailler » et « veuve ». La traduction proposée est pétrie de culture juive et l’on croirait avoir affaire à un verset biblique :
_ … « Vous ne devriez pas faire cela, mais adorer l’ Éternel.
_ Jugez l’esclave et la veuve.
_ Jugez l’orphelin et l’étranger. Plaidez pour l’enfant.
_ Plaidez pour le pauvre et la veuve.
_ Protégez le pauvre et l’esclave. Soutenez l’étranger. »
Oui, je sais, cela ressemble à l’éthique valorisé dans nos sociétés démocratiques. C’est que nos sociétés sont les héritières, non seulement des grecs, pour la pensée, mais d’Israël pour notre éthique et la morale que nous espérons, encore aujourd’hui, faire accepter de par le monde…
Je ne suis pas juif, je n’ai aucune attache avec Israël.
Je bénis Israël, parce que face à la barbarie qui les cerne, il persévère à croire en leurs fondamentaux et au droit. Si ce n’était pas le cas, Israël n‘existerait plus. C’est bien ce que cherchent leurs ennemis en tentant de discréditer ce peuple.

Ichoua MiTsion Un non-juif ...fan de notre Peuple

29/05/2018

Renan nous avait prévenus

"L'islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'État, comme l'a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l'est encore en Espagne, c'est la religion excluant l'État...

Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d'Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L'Islam est la plus complète négation de l'Europe; l'Islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu; L'Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile; c'est l'épouvantable simplicité de l'esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à tout recherche rationnelle, pour le mettre en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu..."


Ernest Renan
1862, Collège de France

Fritz Helmut Dabber

29 05 18

Renan nous dit aussi: "La critique ne connait pas le respect. Elle juge les dieux et les hommes"
Cette irrévérence puissance portant sur toute chose un œil ferme et scrutateur est par son essence même coupable chez nos "bien pensants" de lèse majesté divine et humaine.

Francis-claude Neri

29 05 18