Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2019

Lanceurs d’alertes

Lanceurs d’alertes
Non axiome 4

Un lanceur d’alertes est un engagé, pas un enragé…il est en effet essentiel en démocratie de pouvoirs compter sur des faiseurs d’opinion qui soient en mesure d’alerter celle-ci sur les dysfonctionnement du système et sur les pratiques estimées néfastes de  ceux qui sont normalement chargés de le réguler, de le contrôler et de le mettre au service du plus grand nombre.

Ce rôle majeur impose un contrôle minimal de ses émotions, un sens aigu de la nuance, un sur- moi face à la tentation du « buzz ».

Avant de mobiliser l’opinion, la parole doit être donnée aux différentes parties, l’équilibre des points de vue recherché. Une telle quête, comme par exemple les droits de la défense face à un « juge », est inséparable de la vérité-réalité.

Ce n’est pas le cas actuellement, aussi bien sur les médias « classiques » que sur les réseaux sociaux qui ne sont plus que des « outils » de propagande au service du pouvoir et seule une parole « conforme » y est autorisée.

C’est la raison pour laquelle « nous » lanceurs d’alertes, chercheurs de réalités et résistants sommes pourchassés.    

C’est également pour cette raison que je reviendrai sur les réseaux sociaux car c’est sur eux que « tout » va se jouer.

23 07 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

06/07/2019

Se sauver du désastre

Avons-nous la recette pour nous humbles mortels de se sauver si tant est qu'on le puisse du désastre, pour le temps qui nous reste ici bas ?

La qualité de vie sans concession ni compromis pourrait bien constituer la bonne réponse.
Solution certes individualiste, mais si l'addition des bonheurs individuels des personnes lucides faisait le bonheur collectif, histoire d'éviter du moins pour un temps la guerre civile ?

Il est piquant de constater qu'après le géographe de gauche Christophe Guilluy, le sociologue libéral Jérôme Fourquet n'est pas loin de le penser dans son livre choc " L'archipel français " . Le sous-titre de ce gros bouquin instructif, preuves formelles à l'appui constitue tout un programme : " Naissance d'une nation complexe et divisée ", c'est exactement cela. Quand on le sait, la marche à suivre semble plus évidente.

Il faudrait, ne pas être esclave des divisions mais passer au-dessus. Pour ma part, je considère depuis bien longtemps que quand on a la santé, qu'on dispose d'une voiture, que le travail ne nous occupe plus, on peut encore trouver le bonheur en France.

Le passé ne reviendra pas, il appartiendra peut-être aux futures générations de résistants de restaurer les valeurs d'antan.

Ce combat aussi noble soit-il ne sera pas notre œuvre pratique à nous qui avons la soixantaine, la terre promise sera pour d'autres. Il nous reste, ce qui n'est pas rien selon moi, à bien finir notre vie ici-bas, quitte à changer de lieu de vie, à remettre des certitudes trop ancrées en cause.

Dans la vie, bien souvent ne se laissent briser que ceux qui veulent bien l'être, ou qui bien que lucides n'ont pas le courage de changer de cap. Concernant ces perdants volontaires qui - comme c'est facile ! - crient à l'injustice ou au destin contraire, je serai économe de mes larmes...

Francis Ponsonnaille

06 07 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

01/03/2019

Brexit

Voici ce qu’écrit dans les « dernières nouvelles d’Alsace » un « journaliste bien-pensant » Pascal COQIS dans son « éditorial » concernant le brexit :

« Comme le dit Michel Barnier, l’un des négociateurs de l’Europe, « on n’a pas besoin de plus de temps, on a besoin d’une décision. »

« Chacun sachant que la seule qui réglerait tout une bonne fois pour toutes serait un nouveau référendum avec, cette fois, des électeurs votant en toute conscience et toute connaissance de cause. On n’y est pas encore, mais on s’en approche un peu plus chaque jour. L’Angleterre de 2019 n’est plus celle qui, en 2016, votait pour la sortie de l’union. Le pays a changé, son avenir aussi. ».

Et voilà ! Les Anglais ont mal voté …il faut recommencer …çà ne vous rappelle rien ? Voyez Sarkozy …c’est y pas de la démocratie çà ? Du peuple souverain qui vote mal ?

Changeons donc de peuple !

Francis-claude Neri
01 03 19