Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2020

Têtes de nœuds

 https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=9787925...

"Small is beautiful", on le sait depuis le début des années 1970, non ?

Frédéric D'Aubert

Nous savons pas mal de choses depuis les années 70 et même avant.

Nous savons que les grands ensembles ne créent pas la paix sociale et qu'y être confiné favorise le clanisme et l'affrontement racial.

Nous savons que les actions individuelles sont noyées dans la masse et ajoutent au chaos, et que plus nous serons nombreux, plus nous aurons besoin de nous entretuer.

Nous savons aussi par Ilya Prigogine, prix Nobel de chimie en 1977 que dans le cas d'un système ouvert, c'est à dire recevant ou fournissant de l'énergie à son environnement, qu'une petite perturbation suffit pour que le système s'auto-organise différemment, les actions individuelles se propager de proche en proche…et qu’un « catalyseur" peut modifier la probabilité pour qu’une action (de résistance ) se fasse enfin.

Il nous apprend que le "système" rétroagit sur lui même, qu'il faut le considérer comme un réseau et que les réseaux humains sont constitués de nœuds, que c'est sur ces "nœuds" que le système s'appuie pour contrôler, réguler et corriger son évolution.
Mais ces « régulateurs » le font ils dans l’intérêt global d’un système donné, le « système France » par exemple ?

Nous nous faisons avoir par des "têtes de nœuds" qui eux savent très bien utiliser le système au détriment de ceux qui en constituent la toile, et à leur bénéfice exclusif, quitte à le détruire pour l’exploiter jusqu’au bout.

Mais comment  le faire comprendre à des individus (éléments du système) pour qu'ils réagissent et perturbent LE système que  ces « prédateurs » ont élaboré patiemment depuis au moins 40 ans !

C'est Sisyphe poussant son rocher !

Il y a une chose au moins que nous pouvons faire sur Facebook : choisir judicieusement les nœuds "amis" parmi les plus connectés et constituer NOS graphes à NOUS ...!

Un graphe est un ensemble de liens qui relient des éléments entre eux ...consolidons et gérons NOS liens !

David Duquesne, Marc Rameau, Christian Vaneste sont, par exemple, des « nœuds » de réseau qu’il me semble nécessaire d’aider à cette construction de « l’agir local ».

Nous pouvons pour le moins favoriser leur « interaction » 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

11 07 20

 

01/07/2020

Le racisme systémique

Si le racisme est une idéologie postulant une hiérarchie des races.il peut s'agir d'un phénomène systémique faisant partie d'une culture très lointaine dont certains n'arrivent pas à se débarrasser comme le mythe de la supériorité masculine

Yvi Marlin

Rien à voir avec la systémique !

Le racisme systémique c'est encore une invention des racistes anti blancs ?

La supériorité masculine n'est pas un mythe ...je considère que les hommes sont supérieurs aux femmes dans certains domaines ...les femmes dans d'autres ...parlons de complémentarité ...c'est mieux !

Parlons plutôt de « dominance ». Il y a des hommes dominants et des femmes dominantes et les luttes de pouvoir sont impitoyables aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Quand aux races bien sur qu'il y a une hiérarchie ...nous sommes déterminés par nos gènes, notre culture ET notre environnement ...ce n'est pas niable !

Et il n'y a pas d'égalité dans cette affaire ! 


Francis-claude Neri

01 07 20

 

25/06/2020

Trump vainqueur à nouveau

"Le discours de Trump a duré deux heures et a été une fois de plus une performance extraordinaire. Il n’existe pas aujourd’hui dans le monde occidental un orateur de la trempe de Trump.

Il a une puissance sans égale. Il sait alterner le comique féroce avec les propos sérieux et émouvants. Il ne pratique pas la langue de bois et parle de manière directe et tranchée, ce qui déplait aux adeptes de la langue de bois.

Il est redoutable d’être son adversaire. On comprend en le regardant et en l’écoutant parler pourquoi il a gagné en 2016 (il était le seul à pouvoir battre Hillary Clinton, je le redis), et pourquoi, sauf cataclysme majeur ou tricherie, il gagnera encore cette année.

Il a énoncé le bilan de ses trois années et demi à la Maison Blanche et c’est un bilan remarquable sur tous les plans, y compris pendant la période du coronavirus (ceux qui ne comprennent rien aux Etats-Unis oublient volontiers que le Président peut superviser, mais pas agir au sein des 50 Etats où l’action relève des décisions du gouverneur).

J’ai traité de nombreuses fois de ce bilan, et je n’y reviendrai pas ici. Il a souligné ce qui lui restait à faire. Il a parlé de la situation actuelle aux Etats-Unis et a dénoncé le comportement des maires gauchistes des plus grandes villes américaines, qui ont laissé saccager leurs propres villes et détruire des statues sur un mode totalitaire. Il a dénoncé le Parti Démocrate, qui se fait complice de saccages et de destructions. Il a rappelé que les vingt villes américaines où les chiffres du crime et de la pauvreté sont les plus élevés sont toutes des villes démocrates. Il a souligné qu’il ne pouvait intervenir dans les villes touchées par les émeutes, car le Président n’a pas le pouvoir de le faire, sauf s’il décide d’envoyer l’armée. Il a attaqué le programme démocrate et dit, a juste titre qu’il serait ruineux pour les Etats-Unis.

Il a souligné le rôle que des gauchistes tels Alexandria Ocasio Cortez et des islamistes comme Ilhan Omar jouent dans la campagne de Joe Biden, et il a dit non seulement que Joe Biden était très diminué mentalement (ce que les journalistes de gauche ne pourront cacher indéfiniment), mais qu’il était très corrompu, et qu’il avait un passé raciste très lourd, affirmations qu’il a détaillées et qui sont tout à fait exactes. Il a expliqué ses positions vis -à-vis de la Chine, de l’Iran, de l’Union Européenne, de l’Allemagne, de manière précise et magistrale. Son discours était imprégné de force, de fraternité, et d’un amour visible de l’Amérique et du peuple américain. Il y avait beaucoup de noirs dans la salle, tous très enthousiastes, et j’ai voulu y voir un signe. Si les Démocrates perdent l’électorat noir, ils courent au désastre. Je pense que c’est pour cela qu’ils ont actionné Black lives Matter et suscité les émeutes."

https://www.dreuz.info/2020/06/22/trump-repart-en-campagn...

Claude Rostagnat
25 06 20
http://semanticien.blogspirit.com/
Francis-claude Neri