Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2018

Palestiniens

"Je ne pleure plus aucun palestinien depuis l'âge de 15 ans.
Autrement dit depuis que j'ai bien compris leur mode de fonctionnement. Des pleureuses doublées de fainéants, de comédiens et de mendiants professionnels. Voilà ce que sont ceux qui revendiquent avec verve et fracas cette appartenance ethnique et identitaire.

Des peuples entiers se sont relevés de conflits fratricides, de guerres sanglantes voire de génocides sans pareil pour construire ou reconstruire leur pays, bâtir des nations solides, fières et soudées. Parfois, souvent même, sans la moindre aide extérieure, à la seule force de leurs bras et de leurs cerveaux.
Sans jamais se plaindre, ces peuples que nous connaissons tous ont réussi à faire des blessures et des traumatismes de l'Histoire un élan prodigieux pour édifier un avenir meilleur. Certains sont même devenus des puissances économiques mondiales, des exemples universels d'évolution sociale et culturelle.

Qu'ont fait, en 70 ans, les Palestiniens et leurs dirigeants, avec le soutien moral, politique et diplomatique international et les millions de dollars reçus tous les ans des 4 coins de la planète ?
Locaux ou diaspora, qu'ont-ils accompli pour ce pays dont ils défendent avec autant d'ardeur la légitimité et le droit à l'existence ?

Que vont-ils léguer à leurs enfants ? La haine primaire et assassine du Juif qui les éduque, les emploie et les soigne. Une cause nationaliste complètement vendue à l'islamo-terrorisme. Et, de père en fils, de mère en fille, les outils de propagande et de mises en scène misérabilistes pour faire pleurer dans les chaumières et maintenir ouverts ad vitam eternam les robinets de la charité planétaire.

Je ne pleure plus les Palestiniens depuis qu'ils ont perdu mon respect. Et pour toutes ces raisons-là, je suis et resterai sioniste. Jusqu'à mon dernier souffle."

Belzebuth Kahena
09 10 18

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

03/10/2018

Le peuple palestinien n'existe pas.

« La création d'un État palestinien n'est qu'un moyen de poursuivre notre lutte contre l'Etat d'Israël pour notre unité arabe.


En réalité, il n'y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais.


Nous ne parlons aujourd'hui de l'existence d'un peuple palestinien que pour des raisons politiques et tactiques, parce que les intérêts nationaux arabes exigent que nous affirmions l'existence d'un peuple palestinien distinct pour combattre le sionisme ».

- Zuheir Mohsen, dirigeant de l'OLP, interview à Trouw, mars 1977.

 

31/07/2018

Un non-juif

"Léon Tolstoï se demandait : « Quelle sorte de créature unique est-elle, celle que les dirigeants de toutes les nations ont disgraciée et broyée et expulsée et détruite, persécutée, brûlée et noyée, et qui en dépit de leur colère et de leur furie, continue de vivre et de prospérer?…
Le Juif est le symbole de l’éternité… Il est celui qui détient depuis si longtemps le message prophétique et l’a transmis à l’humanité. » (Léon Tolstoï, Qu’est-ce qu’un juif?).
----
Leur histoire est unique. Un exemple qui me traverse l’esprit : l’été 2008, une inscription sémitique ancienne, datée du début du Xème siècle, peinte sur un tesson de poterie fut trouvée à Khirbet Qeiyafa, une ancienne forteresse implantée à vingt kilomètres à l’ouest de Jérusalem, en bordure de la vallée d’Elah où David aurait affronté le géant Goliath. Le fragment de poterie découvert porte cinq lignes de texte, partellement effacé, sous forme d’une instruction sociale relative aux esclaves, aux veuves et aux orphelins. L’appartenance à la culture hébraïque proprement dite est soutenue par des mots spécifiques de l’hébreu comme « faire », « travailler » et « veuve ». La traduction proposée est pétrie de culture juive et l’on croirait avoir affaire à un verset biblique :
_ … « Vous ne devriez pas faire cela, mais adorer l’ Éternel.
_ Jugez l’esclave et la veuve.
_ Jugez l’orphelin et l’étranger. Plaidez pour l’enfant.
_ Plaidez pour le pauvre et la veuve.
_ Protégez le pauvre et l’esclave. Soutenez l’étranger. »
Oui, je sais, cela ressemble à l’éthique valorisé dans nos sociétés démocratiques. C’est que nos sociétés sont les héritières, non seulement des grecs, pour la pensée, mais d’Israël pour notre éthique et la morale que nous espérons, encore aujourd’hui, faire accepter de par le monde…
Je ne suis pas juif, je n’ai aucune attache avec Israël.
Je bénis Israël, parce que face à la barbarie qui les cerne, il persévère à croire en leurs fondamentaux et au droit. Si ce n’était pas le cas, Israël n‘existerait plus. C’est bien ce que cherchent leurs ennemis en tentant de discréditer ce peuple.

Ichoua MiTsion Un non-juif ...fan de notre Peuple