Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2019

Savoir politique et technocratique

C'est l'appareil d'État qui gouverne en France comme dans tous les pays démocratiques développés du monde, l'exécutif ne sert qu'à communiquer, donner des impulsions, accompagner le mouvement, négocier les détails, incarner la magie du pouvoir, servir de fusible et assumer in fine la responsabilité de décisions prises en amont.

François Amsallem

C'est l'éternelle question entre savoir "idéologique" et "scientifique" ou dans le cas considéré entre politique et technocratique...il existe un engagement étroit entre un engagement politique et dans la croyance dans la "scientificité" des analyses "scientifiques", proposées par la technocratie dominante.
Il est évident que si l'on affirme que son propre savoir est scientifique et celui d'autrui (du politique) est idéologique, on va considérer que les solutions que l'on préconise personnellement sont d'ordre purement techniques et que seul un ignare voudrait les contester tandis que celles, différentes, que les autres défendent (les politiques) sont nécessairement sujettes à controverses.

Prenons un exemple. La science économique suppose que les salaires versés aux salariés sont des coûts qu'il faut minimiser autant que possible, et que les dividendes versés aux actionnaires et les bonus qu'obtiennent les dirigeants des entreprises sont des parts de bénéfice qu'il est important de maximiser.
S'il s'agit là d'un fait scientifique, il est normal que le traitement de la question soit considéré comme "purement technique" et qu'un technocrate compétent ait le dernier mot.
Mais s'il s’agit d'un sujet sur lequel les citoyens (représentés par des élus) appartenant à des classes différentes ont des opinions variées, il serait anormal et même injuste que des mesures de ce genre soit considérées comme ne relevant pas du politique et mises en œuvre en contournant par des "experts" le processus démocratique de consultation des électeurs.

C'est la raison pour laquelle je considère que les lobbies doivent être mis à la porte de toutes les institutions et particulièrement de l'UE.

25 03 19

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

02/03/2019

La mondialisation

Ce n'est pas la mondialisation qui fracasse le modèle sociétal français, mais l'immigration de masse extra-occidentale, produit de l'hyper-libéralisme né dans les années 70.
Si nous n'avions pas reçu d'immigration en provenance de pays musulmans, aurions-nous tous ces questionnements ? Tous ces attentats ? Tous ces sempiternels débats autour de l'islam-isme ?
Qu'ont-ils donc apporté en compensation des problèmes qu'ils posent ?
Il faut cesser de se cacher derrière son petit doigt, et regarder le réel en face, et - soyons schmittien - désigner l'ennemi.

Sébastien de Crèvecœur

Une immigration réislamisée sous l'effet de processus liés à la mondialisation.

Jean-Claude R. Poizat

En effet, mais je pense que la réislamisation était inévitable, tout simplement parce que chaque année nous accueillons de nouveaux immigrés arrivant avec leur vision obscurantiste et rétrograde provenant de pays musulmans, et le nivellement se faisant toujours par le bas pour les masses, ceux déjà présents en France issus de la même immigration retournent à la médiocrité et au fanatisme.
Les musulmans n'ont pas encore fait le travail critique que les Occidentaux ont fait avec le christianisme, ou plutôt avec la religion en soi, à partir de la Renaissance, culminant dans les Lumières.
Ils essaient, lorsqu'ils se piquent de "rationalisme", de trouver dans le Coran ce qui leur permettrait de concilier les deux. Ce n'est pas l'Aufklärung...

L'émancipation au XXe siècle s'est faite pour eux sous la contrainte coloniale, donc exogène, ou autoritaire de régimes laïcs. Cela aurait pu fonctionner au bout d'un siècle entier peut-être, c'est-à-dire sans générations ayant connu le système obscurantiste, mais tel n'a pas été le cas, lesdits régimes sont tombés trop vite.

Sébastien de Crèvecœur

Exemplification de mon propos : les musulmans dits "modérés" refusent l'émancipation, de penser par eux-mêmes, et de sortir de l'état de minorité dans laquelle ils se sont eux-mêmes mis, comme l'écrivait Kant ; ils veulent que ce soit le Coran qui les mène au Bien, ils refusent la possibilité de tout rationalisme.
Reza Shah-Kazemi est en plein délire. Comme si le mysticisme, qui est donc encore plus éloigné de la Raison que l'orthopraxie la plus radicale, pouvait être une solution sous prétexte de "spiritualité"...
https://www.bfmtv.com/.../le-coran-le-meilleur-opposant-a...

Ils sont en pleine scolastique médiévale...

bfmtv.com

Le Coran, le meilleur opposant à la montée de l'antisémitisme dans…

Le Coran, le meilleur opposant à la montée de l'antisémitisme dans le monde musulman

Sébastien de Crèvecœur
02 03 19

19/02/2019

Comment tuer le peuple Français ?

En 2014, je propose qu'on arrête de mentir aux jeunes, de leur dire qu'un master de sociologie est une bonne affaire et que les cours de théâtre mènent à tout : la sociologie, ça ne sert à rien pour gagner sa croute, et le théâtre, quand c'est bien, ce qui est rare, c'est magnifique, mais dans les deux cas il ne faudra pas venir se plaindre si aucun salaire ne tombe en fin de mois et accuser l'État ou les riches de ses propres turpitudes.

Le peuple a encore le sentiment d'appartenir à une même collectivité il faut donc, dans l’esprit des élites politico-médiatiques et économico-financières, très vite dissoudre ce désir d’unité, prendre le risque  d'un creusement entre les classes sociales, d'un accroissement des écarts de revenus, d'une dissolution de l'unité du peuple, du sentiment, qu'il a encore, d'appartenir à une même collectivité.

Le capitalisme débridé a apporté dans le monde son lot de malheurs, d'injustices, et surtout de brutalités. Les pays qui s'y livrent délaissent leurs pauvres et leurs faibles, laissant les forts tout écraser au nom de l'autorégulation du marché et des vertus de ce système, mais cela n’a rien à voir avec les Juifs, les Chrétiens, les Musulmans ou les Sionistes 

Je réfute l'idée que notre pays soit mort. J'espère, je n'en suis pas certain, que la France n'est pas morte. Psychologiquement, il parait que rien n'aide plus que d’être au pied du mur, de se dire que c'est maintenant ou jamais.

Aux armes donc citoyens !

Francis NERI

01 01 14

Y a t'il quelque-chose à changer en mai 19 ?