Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2018

La guerre civile

Le journaliste Yves Mamou accuse les élites françaises de s'être coupablement désintéressées de l'immigration, et d'avoir fermé les yeux sur l'islamisation du pays

La guerre civile se définit comme le déchirement d'une nation. Je ne sais pas si cette guerre aura lieu, mais il m'a semblé utile de m'interroger sur la présence de deux nations sur le même territoire national. Parfois, ce sont des frontières mal tracées qui créent les conditions d'un affrontement entre deux nations. Mais en France, la nation islamique a été fabriquée de toutes pièces. Elle est le résultat d'une politique.

Les élites françaises, c'est-à-dire les grands corps de l'État, les partis politiques, les experts, les magistrats, les médias, les élites culturelles… ont, pour de multiples raisons, plusieurs décennies durant - et encore aujourd'hui - encouragé et légitimé l'immigration musulmane.

Cette préférence des élites pour l'islam a produit un fossé abyssal entre la France d'en haut et la France d'en bas.

La majorité de la population française témoigne à l'égard de sa classe politique d'une gamme de sentiments qui va de l'écœurement au dégoût.

Et sur quoi se cristallise cette rupture entre le haut et le bas de la société? Sur l'islam jugé trop invasif et l'immigration jugée excessive.

L’islamisme et l'immigrationnisme ont été voulus, théorisés, écrits et préparés à l'avance !

La constance avec laquelle le Conseil d'État a aidé à la constitution d'une nation islamique en France est sidérante.

Tous les arrêts du Conseil d'État sont favorables à l'immigration musulmane, favorables au voile, favorables au burkini, favorables à la burqa, favorables aux familles polygames et j'en passe.

Idem pour le Conseil constitutionnel qui trouve conforme à l'intérêt général de laisser les écoles salafistes proliférer ou de supprimer, au nom de la «solidarité», les peines qui frappaient autrefois les délinquants qui facilitaient l'immigration clandestine.

L’antiracisme politique et le discours diversitaire n'ont pas pour but de combattre le racisme. Ce sont des outils au service d'une réinitialisation des consciences. Ils servent à marteler que les immigrés de couleur sont par essence des victimes.

En trente ans, la société française a quitté un modèle laïque républicain pour être projetée dans un modèle multiculturaliste, communautariste et anti-laïque. Il s'agit d'une authentique révolution qui se poursuit encore aujourd'hui sous nos yeux.

Les élites politiques, économiques et institutionnelles ont balayé le vieux modèle laïque et républicain sans demander l'avis du reste de la population. Les élites françaises ont été à l'origine du plus grand casse du siècle, lequel s'avère être aussi un casse de la démocratie et de la laïcité.

 
Pour quel profit ? Je crains que seul l'islamisme soit à même de tirer les marrons du feu.

Les musulmans deviennent une composante à part entière de la population et celle ci est majoritairement hostile à la composante autochtone : faut il que des politiques, à gauche en particulier, leur parlent et les accompagnent dans leurs revendications ?

La gauche clientéliste flatte le communautarisme islamique: baux emphytéotiques pour la construction de mosquées, heures de piscine réservées aux femmes, etc., cela dans le but de recueillir les voix des musulmans.
L'islamo-gauchisme accompagne la violence islamiste pour conquérir le pouvoir. Ce sont deux démarches différentes, mais les deux instrumentalisent les musulmans comme outil de conquête du pouvoir.

En trente ans, la société française a quitté un modèle laïque républicain pour être projetée dans un modèle multiculturaliste, communautariste et anti-laïque.

En réintroduisant la religion - et surtout la religion musulmane - dans l'espace de la politique, la gauche (mais aussi la droite) a disséminé les germes de la guerre civile.

Penser comme le font nos élus de droite et de gauche que la République doit des mosquées aux musulmans est une erreur et une trahison.

Quand à « l’église », elle dit avoir de la compassion pour les migrants musulmans, il est bon de rappeler que cette compassion est sélective. L'Église ne défend pas les Coptes quand ils sont massacrés en Égypte, elle proteste à peine contre l'authentique épuration ethnique qui frappe les chrétiens d'Orient, et elle n'a guère eu de mot charitable pour les Yazidis massacrés par l'État islamique.

C'est cette sélectivité compassionnelle qui interroge. La charité affichée de l'Église envers les musulmans est aussi une politique.

Sélections par :

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

06 10 18

03/10/2018

Non axiomes III

Le prénom
« Le prénom choisi souligne une intention : pour des immigrés par exemple celle de s’assimiler à la nation au sein de laquelle ils souhaitent vivre ou au contraire de persévérer dans l’allégeance au groupe d’origine voire de manifester un rejet de la terre d’accueil »

Le prochain

« Le prochain est l’autre qui est proche, qui fait partie du groupe, ou qui vient vivre en son sein en se conformant à ses règles. Ce n’est pas le lointain, l’autre en tant qu’autre qu’on aime, non malgré, mais en raison de sa différence. Car cet attrait pour l’altérité risque bien de cacher une détestation de soi et de l’identité issue de la tradition du groupe auquel on appartient parce qu’on lui doit sa culture. »

Le sionisme
«  Le sionisme, mouvement millénaire du peuple juif au centre de la vision juive a enclenché un mouvement historique de retour vers la terre ancestrale, ce mouvement est irrésistible et supplante l amour réel des juifs français pour leur patrie mais ne l annule pas, il suffit de questionner ces nouveaux israéliens qui portent la France au cœur de la nation juive renaissante »

Christian Vanneste

03 10 18

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

21/09/2018

Liberté d’expression pour Medine ?

Médine au Bataclan : Édouard Philippe invoque la «liberté d’expression»     

Maxime Arvde Deux poids deux mesures. Ce qui n'a pas été autorisé pour Dieudonné ne doit pas l'être pour medine.

Samuel Atlani Maxime Arvde si on fait comme pour Dieudonné, alors Médine a de beaux jours devant lui et deviendra un vrai martyr.

Maxime Arvde Samuel Atlani l'appareil d'état ne se déchainera pas contre Médine comme il a pu le faire contre dieudo. Il ne sera pas un martyr.. espérons.

Francis-claude Neri Samuel Atlani Pour quelles raisons ? Dieudonné est devenu un martyr ?
La question est celle de la pression exercée par les minorités. A force de ménager les minorités c'est l'immobilisme du pouvoir.
Ce n'est pas de bonne stratégie dans le domaine de la politique en temps de paix, ...mais encore plus en période de GUERRE lorsque deux volontés s'affrontent
Il est temps de comprendre que des luttes inévitables devront être conduites fondées sur des réalités efficaces et non sur des tendances morales.

Francis-claude Neri De toute façon, c'est déjà un martyr pour SES partisans et les collabos au pouvoir. Alors autant qu'à faire mettons un coup d’arrêt à cette politique Munichoise ...

Elle nous mènera à une guerre totale et entre nous ...ce qui amuserait les musulmans soyons en sur !

Nabou Nad Il faudrait peut être commencer par interdire les textes de ce maudit rappeur qui eux sont une incitation à la haine.                

Samuel Atlani Nabou Nad ses textes ne tombent pas sous le coup de la loi.
Il prend soin de mettre toujours le contrepoint.

Nabou Nad Samuel Atlani oui des oxymores comme il dit ! Il n'empêche que traiter les blancs de porcs devrait interpeller notre justice mais ça.......

Samuel Atlani Pas s'il utilise un personnage et que le propos d'après dit l'inverse :-/

Il est malin. C'est bien le problème.
Même si sur le fond je suis d'accord.

Marylene Pinos quand il s'agit de la haine d'un islamiste il y a la liberté d'expression que l'on met en avant

Catherine Villiers Même la "liberté" d'expression est devenue à 2 vitesses dans ce pays !

Francis-claude Neri Samuel Atlani Ce sont des arguties qui n'ont de sens que si nous ne les employons dans un contexte de paix sociale, culturelle, économique etc...Mais nous ne sommes pas en PAIX avec l'islamisme et les islamistes, donc seules des règles d'exception qui préservent NOTRE peuple, la nation, nos valeurs, notre culture, notre identité doivent prévaloir.

Samuel Atlani Francis-claude Neri en attendant, les lois sont ce qu'elles sont.
Et il faut les respecter.

Francis-claude Neri Samuel Atlani Je ne comprends pas ...des lois ont permis d'interdire Dieudonné ...les mêmes lois ne le pourraient pas pour Medine ?

Samuel Atlani Francis-claude Neri saisine du conseil d'État par le ministre de l'intérieur.

Francis-claude Neri Samuel Atlani Ben voila ...il y a donc une possibilité et d’autres encore, mais personne que ce soit dans le pouvoir actuel ni dans l'opposition ne VEUT le faire ...c'est donc bien au peuple à AGIR !

Samuel Atlani Francis-claude Neri le 1er ministre est l'ancien maire du Havre, où se situe l'association Havre de savoir, frères musulmans, dont Médine est très proche. Le 1er ministre a un peu aidé certaines assocs autour de Havre et de Médine à une époque.

Francis-claude Neri Samuel Atlani Oui mais bon ce n'est pas sur lui qu’il faut compter pour saisir le conseil d'Etat ...et il y a d'autres réponses possibles. Je ne suis pas juriste, loin de là ...mais les opposants au pouvoir actuel me semblent bien timorés sur ce coup :-)
A se demander si tout ce petit monde politico-médiaique ne marche pas main dans la main pour, peut être, vouloir « préserver la paix sociale » et régler leurs petites et grandes affaires sur le dos du peuple ...il est vrai qu'une vraie révolte populaire n'arrangerait pas les affaires de l'oligarchie mondialisée.
Le problème pour eux, mais encore plus pour nous, c'est qu'ils ont perdu le contrôle et ne savent plus comment réguler et contrôler LEUR machine infernale.

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
21 09 18