Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Démographie

  • Situer : Zemmour, l’immigration et MLP !

    Plus nous avancerons vers l'échéance de la présidentielle et plus la question de l'immigration, de l'islamisation de la France, de nos rapports avec l'UE, de géopolitique deviendront urgentes.

    Les questions "sociales" vont en dépendre. Elles seront traitées dés l'annonce de sa candidature - elles le sont déjà en partie- il suffit de lire son livre pour s'en persuader, même si ce n'est que suggéré.

    Mais il ne faut pas qu'Eric dévoile trop tôt ses propositions sur le plan économique, financier, et encore moins industriel.

    Personne, si ce n'est Eric et Sarah, ne sait quand et où il annoncera sa candidature. C'est un vrai binome et Eric est l'homme des dynamiques dans cette campagne; il est loin d'avoir fini de bousculer les rapports de force...

    Alors un peu de patience "stratégique" c'est le moins que l'on puisse demander à SES supporters.

    Quand à MLP Il faut au contraire creuser l'écart afin que dés le premier tour il soit tel qu'elle  ne puisse que renoncer.
    A mon sens si MLP voulait préserver un tant soit peu son avenir politique elle devrait se joindre à Eric sans discussion comme le font déjà un grand nombre de sympathisants et d'ex élus FN/RN !

    Que penser de ce que fera Marion Maréchal, Robert Menard, Philippe De Villiers, Eric Ciotti, François Xavier Bellamy, Jean-Frédéric Poisson, Laurent Wauquiez, Laurence Trauchu, Bruno Retailleau, Gilles Platret, Gilbert Collard, Nicolas Bay, Thierry Mariani, Stéphane Ravier et tellement d'autres que je ne puis les citer tous ...?

    Cygne Noir

    Francis-Claude Neri

    http://semanticien.blogspirit.com/

     

  • Ni Marine le Pen ni Emmanuel Macron

    Mais pour quelles raisons ces deux personnages clés de la vie politique française se sont finalement associés pour affirmer que nous pouvions résoudre les problèmes posés par l’immigration sans sortir de l’UE ?

    Que la sortie de l’UE (ils disent de l’Europe comme si l’UE était toute l’Europe) n’était pas prioritaire et que de toute façon « les français n’en veulent  pas », ce qui est tout à fait inexact car ils l’ont prouvé en disant non à un référendum sur l’UE que Nicolas Sarkozy s’est empressé de saboter.

    Marine Le Pen alliée objective de Macron sur ce dossier et celui de l’immigration extra Européenne va t’elle nous dire qu’elle ne composera plus avec le fond de commerce de "l’extrême droite", que l’immigration n’est un mal que dans les sociétés qui tournent le dos au partage ? 

    Que la liberté  de circulation et l’égalité des droits sociaux pour les immigrés présents dans les pays d’accueils sont des droits fondamentaux de l’humanité ? Que toute idée de contrôler l’immigration est une concession à l’extrême droite ?

    Francis-Claude Neri

    Cygne Noir 

    13 11 21

     

  • La révolution islamiste

    A ce propos, il n'est pas inutile de rappeler ceux d'André Malraux, que certain ici connaissent très bien: André Malraux (le 3 juin 1956, paru dans l'hebdomadaire américain Time) :

    « C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine.

    Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. À l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile.

    Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’État. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe.

    Quand je dis “musulmane” je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps.

    Actuellement, il est trop tard !

    Les “misérables” ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d'eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. (Note: Nous dirions aujourd'hui l'avenir de la Oumma)

    L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution ».

    Yves Chauvel

    30 09 21