Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2019

Trahison

" On pourrait dire aujourd’hui que les gouvernants français qui ont maintenu le mythe du couple franco-allemand alors que la France en tirait de moins en moins d’avantages n’ont pas trahi l’Europe, certes, mais leur propre pays."
Christian Vanneste

Exactement ...il faut sortir de l'UE et vite car elle n'est pas transformable de l'intérieur.

Francis-claude Neri

Triste constatation. Le pire n'est pas de s'être fait piéger mais de ne pas réagir après en avoir pris conscience....et de continuer de courir après des chimères en gesticulant alors qu'au fil des années, la France a perdu son aura et son statut de puissance face aux nouveaux maitres économiques et militaires du monde en Amérique et en Asie. L'Allemagne a compris après guerre que sa renaissance passerait par la puissance économique qu'elle s'est attachée à restaurer via l’unification deux 2 énormes territoires en développant son économie tant à l'échelle mondiale qu'en dirigeant ses efforts vers les pays de l'Est. Elle commence a présent a reconstituer discrètement une armée que pour ne pas brusquer elle veut appeler "européenne" La France, elle, imaginait conserver son influence en dominant la pauvre Afrique du Nord -les pays arabes pour généraliser- et la pauvre Afrique noire, son ex chasse gardée. Cela n'a duré qu'un temps. L’Italie se détache et sort du giron, les pays arabes ont multiplié leurs partenaires et sont divisés l'islam intégriste aidant et l'Afrique se fait coloniser par la Chine sans être insensible aux USA que la France ne peut évincer. Le réveil va être dur lors même que l'UE via l'Allemagne a corseté la France lui aspirant son énergie via l'Euro la laissant se débattre dans des crises sociales accentuées par une immigration musulmane inutile et couteuse évaluée à une quinzaine de millions de personnes.

Bliah Philippe

15 04 19

29/08/2014

La crise Européenne

La crise européenne est une crise de Maastricht…  

On crée des emplois ou on développe des ventes.

Des entreprises font pression à la baisse pour ne pas délocaliser. C’est une méthode allemande de négociation entre le patronat et les syndicats.

En France l’Etat négocie des emplois avec les entreprises et embauche des fonctionnaires.

En Allemagne on négocie des coûts donc des ventes. On réduit le nombre de fonctionnaires. La logique n’est pas la même : vendre d’abord en partager le profit ensuite avec les Allemands.
Aux syndicats à veiller à ce que le patronat ne réserve pas tout le profit aux actionnaires. Les salariés allemands semblent y trouver leur compte.
Les frontaliers et migrants Français qui travaillent en Allemagne également !

Comment concilier ces deux cultures ne serait ce que dans un budget Européen ?

Comment croire en une Europe des peuples à 27 alors que le fossé se creuse entre les deux locomotives de l’UE ?