Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2018

Démocratie : la fin ?

Je considère le nationalisme comme le véhicule de la lutte pour la reconnaissance et la source des plus violents conflits de notre temps.

La démocratie avait l’objectif de remplacer le désir irrationnel d’une nation d’être reconnue comme plus grande que les autres, plus forte, plus structurée, plus organisée, plus travailleuse etc… par le désir rationnel d’être une nation égale dans un monde égalitaire. 

Un monde aux nations égalitaires dotées de démocraties libérales devait connaître moins d’occasions de guerres, puisque toutes ces nations reconnaitraient leur légitimité mutuelle.
Ces nations se réservaient le droit et le devoir de faire la guerre à des Etats qui ne partageaient pas leurs valeurs fondamentales.

Ce fut le cas en Europe de l’Ouest et plus « globalement » en Occident. Le « calme libéral y est revenu » et le libéralisme consumériste prit son essor.

Mais le nationalisme y fut de nouveau en plein essor, en particulier au moment ou des pays de l’Europe de l’EST rejoignirent l’Ouest au sein de l’UE.

Il semble que ce soit en raison des promesses non tenues de la « démocratie libérale » Européenne.
DES questions se posent : le communisme est il vraiment mort ? La religion « structurante » peut-elle revenir en force … et LAQUELLE ? L’ultra libéralisme autoritaire, oligarchique également ?

Bref il semble que les démocraties « libérales » réussies, et rassemblées par cette réussite, ne peuvent le rester très longtemps.
Les contradictions internes, les pressions démographiques et immigrationistes, finiront par ruiner le système politique qu’elles constituent.
L’effondrement est en cours et semble à terme inévitable.

La question se pose du comment redonner sens à la « reconnaissance universelle et égale » et effacer les effets « niveleurs » de l’idéologie « égalitariste » de la révolution française.

C'est-à-dire à une société globalement régulée ET contrôlée au moins dans ses axes essentiels comme la démographie, l’immigration, la finance, l’économie …pour commencer. 

Francis-claude Neri
06 02 18

28/01/2018

Synthèse

Petite synthèse des idées glanées ici et là !

1- Les « Républicains » sont impayables … Il ne faut pas plus accorder de crédit à Wauquiez qu’à Juppé ou Fillon.
Ils persévèrent et signent quant à leur position envers l’islam, comme MLP d’ailleurs.
Ce qui intéresse Wauquiez c’est de piquer les électeurs du FN rien de plus. Pour le reste rien ne change.
Si les électeurs LR étaient plus lucides, ça ferait longtemps que ce parti n’encombrerait plus la scène politique.


2- Pour ce qui concerne ce qui reste du Front National, s’il y avait quelqu’un de sérieux et fiable ça se verrait très vite ; malheureusement il n y a personne et donc la comédie va durer à nos dépens.
Dix huit mois avant les Européennes, et avant un "congrès de la refondation" ils ne pensent qu’à une chose : sauver leurs mandats pour pouvoir tranquillement continuer leurs petits arrangements entre « amis ».
 

3- Tous les partis politiques se caractérisent par leurs mauvais castings quand il s’agit de lutter réellement contre ce fléau qu’est l’islamisme !
Quant à leur positionnement envers l’UE, la mondialisation dite « libérale » ils se sont TOUS, sans exception, inclinés devant l’autorité des « marchés financiers », des multinationales de la "grande distribution", l'agro industrie et la publicité.
Il serait suicidaire de penser une seule seconde que cette bande de charognards et de prédateurs puisse encore être utile à la France et à son peuple;

4- C’est du peuple de France que viendra le salut de la France, de rien d’autre et de personne d’autre, ni des collabos, ni des politiques, ni des médias, ni des français de papier, et encore moins de l’UE et de ses prédateurs économico-financiers.

5- Pour les Français, le danger n° 1 qui menace la France et le monde entier c’est l’islamisme et pas seulement quelques « terroristes ».
C’est à une véritable guerre qu’il faut se livrer envers l’islamisme car le monde régressera et ne vivra jamais en paix tant que ce système, qui n’a rien d’une religion, ne sera pas nettoyé de fond en comble et réduit à sa plus simple expression.

6- Le monde actuel est incapable de s’autoréguler et de s’autocontrôler : incapable de réguler et de contrôler son système financier, économique, industriel, redistributif, éthique, écologique, des naissances etc.
Il va donc falloir, soit s’anéantir réciproquement, soit trouver un moyen de se faire réguler et contrôler …mais par qui et comment ? 

Pour la synthèse !
Francis-claude Neri
28 01 18        

07/09/2017

Des crises synchrones

Pour aider la compréhension des phénomènes qui nous précipitent vers l'affrontement et l'effondrement de nos structures politiques, économiques, sociales etc. et qui nous poussent à NOUS prendre en main au delà des partis et des institutions incapables de se situer au niveau de l'enjeu, il me faut rappeler ceci :

La mise en lumière d'une crise globale et de grands désordres qu’elles engendrent  s'accélère depuis une trentaine d'années avec une ampleur et une vitesse tout à fait inédites.
Il nous faut prendre acte de l’impuissance et de l’incompétence de nos gouvernements successifs à y faire face.

Nous en supportons à présent les conséquences, notamment une forte régression de la démocratie. A la base la colère gronde et l’explosion est proche.

Nous savons aussi que les désastres annoncés sont généralement les meilleurs avocats des changements radicaux. Et nous en avons bien entendu rédigé le scénario.

Cinq crises synchrones menacent l’ordre établi par la société globalisée :

  • Crise énergétique, facteur critique dans le maintien de la société.
  • Crise économique et financière provoquant une instabilité économique plus grande, des migrations économiques et climatiques, et d’immenses écarts de revenus entre pays riches et pays pauvres et au sein de ces pays.
  • Crise démographique, due aux différences de taux de croissance des populations entre les pays riches et pauvres, aggravée par l’expansion des mégapoles.
  • Crise environnementale due aux dégâts de plus en plus importants causés à l’écosystème global.
  • Crise climatique due notamment aux changements dans la composition de l’atmosphère terrestre.

Ces crises s’accumulent et sont accélérées par trois facteurs multiplicateurs : la connectivité du monde globalisé, le potentiel létal croissant des groupes et états terroristes et les migrations.

Nous allons vers un "tremblement de terre sociétal global". En identifiant ces crises pour ce qu’elles sont et en observant leurs effets cumulatifs, nous pouvons prendre les mesures nécessaires pour contenir la crise globale localement (agir local, penser global).

  • Choisir d’être les gagnants de la mondialisation (éviter les révolutions, les guerres civiles)
  • Se dégager du système économico-financier spécifique à l’Euro et retrouver l’autonomie de l’Etat souverain (prévoir la déconfiture de l’Europe).
  • Réguler et contrôler la démographie, l’immigration.
  • Se désengager des guerres conduites par l’Occident au Moyen Orient et en Afrique et recentrer nos troupes sur la lutte anti terroristes.
  • Avoir une vision d’ensemble du futur ; si effondrement il y a nous nous effondreront de l’intérieur (comparaison avec l’empire Romain). C’est donc en premier la maitrise de nos ressources intérieures et sur nos valeurs que nous devons nous appuyer pour échapper aux effets les plus destructeurs des « crises synchrones ».

Compte tenu de la défection de nos élites c’est au peuple de France à se prendre en main. Et d’imposer à ceux qui voudront le représenter SON projet de société.

C’est l’objectif de nos info-groupes.    

Francis-claude Neri

07 09 17