Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2020

Surpopulation Malthus avait raison

La question se pose de savoir si la bombe démographique qui continue ses ravages dans le Tiers Monde, en particulier africain, n’entraînera pas les riches dans la catastrophe d’un scénario finalement semblable au niveau mondial à celui que Malthus envisageait pour l’Angleterre des années 1820.

Nous ne sommes plus très loin des limites techniques envisagées par Malthus et du club de Rome et nous entrons probablement dans la zone des « rendements décroissants. »
L’eau, le pétrole, les phosphates, toutes ces ressources naturelles sont rares, et de nature à constituer des obstacles ultimes à la croissance des revenus réels et de la population y compris dans nos « pays riches ».
Si, par exemple, dans l’espoir de réduire le taux de croissance démographique mondial au niveau de celui des pays aujourd’hui développés, on veut donner aux pauvres d’Afrique et du Tiers Monde un niveau de vie analogue à celui de ces derniers, avec les populations actuelles, il faut multiplier la production d’énergie par un facteur 3,3 – ce qui n’est pas peu – et par un facteur 6 avec les effectifs de population prévus pour 2050. Tout est à l’avenant, qu’il s’agisse des équipements touristiques ou des systèmes scolaires…

Il n’est pas sûr que l’humanité sache gérer un tel problème ! Or il faudrait le faire rapidement pour éviter de voir exploser la bombe démographique.

Réduire la croissance démographique par l’accroissement du niveau de vie est une gageure.
La question pourrait devenir : Les riches ont ils encore besoins des pauvres ?
Les pauvres par leur nombre et les riches par leur niveau de consommation concourent à l’épuisement des ressources naturelles : il n’y presque plus de pétrole pour alimenter en énergie le climatiseur du riche, et plus de bois de feu pour cuire le maigre repas du pauvre…

Il faudra faire quelque chose, mais quoi ?
Les méthodes restent à trouver. Il est peu probable que la loi naturelle de la mondialisation y contribue beaucoup.

 

La seule solution au problème, l'agir local. Il n'y a pas de réponse mondialiste !

 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/

 

16 12 20

 

Écrire un commentaire