Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2017

Une société de la connaissance

En dehors de l’inquiétante question démographique et de la nécessité de maintenir une population en décroissance jusqu'à obtenir un "équilibre " acceptable, je ne vois qu'un avenir parfaitement viable 
Bien entendu, nous allons devoir apprendre la régulation, le contrôle et la remédiation ...et cette dernière peut effectivement être violente.
Ce n'est pas nouveau, De Foucault (et il n’est pas le seul) parlait déjà de l’avènement d'une société où l'emploi industriel deviendrait rare, où la robotisation prendrait la place de l'homme au travail.  Et bien entendu s’ajoute à cela les migrations sauvages et le choc des cultures.

Sa vision ouvrait directement sur l’avènement de pouvoirs transversaux, latéraux, décentralisés grâce au réseau.
Les pouvoirs viendront de partout écrivait-il ...ils sont partout.
En effet, les réseaux sociaux et internet ont créé de nouveaux espaces de voisinage et d'échange qui mettent en cause et défient les pouvoirs pyramidaux traditionnels.
C'est un véritable cocktail explosif de nature à non seulement influencer les gouvernements, mais aussi les faire plier.
A nous de savoir nous en servir en alliant nos compétences techniques, psychologiques, de communication etc.

C'est ce que nous voulons formaliser avec le projet de réseau "infogroupes".

Les affrontements, conflits, débats d’idée se produisent en tout points du réseau, se relaient et se transmettent de page en page, de blog en blog, de site en site.
Les manifestations de pouvoir et les forces de résistances doivent s’exprimer partout et être visibles partout …bas les masques, osons la clarté de nos intentions.
Les rapports de force seront déstabilisés par des rapports de flux massifs utilisant les faiblesses de l’adversaire selon le principe des arts martiaux ou de la cyberversion (cyberguerre).
Des forces relativement faibles exercées à des endroits précis, ou des liaisons faibles  mais amplifiées par la multiplicité des réseaux peuvent déstabiliser des pyramides de pouvoir. « Les victimes » de « lanceurs d’alertes »  en savent quelque chose !

La légitimité du pouvoir est contesté en raison de ses dérives et dans ce cas la « violence légitime »  change de main, le peuple s’en empare.
C’est ce qui risque de se passer puisque le pouvoir actuel est reconnu pour être incapable de maintenir nos sociétés humaines dans la loi, l’ordre social, moral et la sécurité par l’Etat, la famille, l’école, la justice, l’armée, la police et même nos entreprises !

C’est une contre société que nous avons à faire émerger, une société de la connaissance. Une société aux pouvoirs transversaux et à l’intelligence collective des réseaux humains, capables de produire des valeurs et des règles simples à appliquer individuellement et collectivement.

Au travail !
Plus est en nous

Francis-claude Neri 

10 08 17   

 

29/11/2016

Alerte communication

En France, à l'école, les journalistes ne sont pas formés. Ils sont formatés.
C'est pour ça qu'on retrouve le même raisonnement, le même comportement, la même idéologie sur tous les médias subventionnés.

Le journaliste du système, considéré comme non facho, lisse est comme un pet inutile : il ne fait pas de bruit, il est sans odeur et sans saveur.

Existe-t-il encore des journalistes qui font leur boulot et qui font partie de la presse subventionnée ?
Autant chercher une aiguille dans une motte de foin !

Pour s'informer et se positionner correctement sur le plan politique, économique, social,  il faut vraiment aller sur les médias alternatifs non subventionnés, les soutenir, interagir, échanger, partager et faire circuler une information fiable sur les réseaux sociaux

Francis Claude Neri
29 11 16  

03/11/2014

Internet : Une société structurante ?

Probablement !

La société y est très vivante. Il s’y crée des communautés intenses, à l’image de ce groupe, cette page, ce blog, mais pour la plupart éphémères.
 
Il s’agit donc de les rendre durables et efficaces, car dans le mode « réel », les réseaux des partis, des associations, des syndicats, qui avaient pris en charge l’ensemble de notre vie sociale se sont effondrés et ont creusés le fossé entre eux et les Français.
 
La société du monde numérique apparait donc plus vivante, plus vivace et plus en « phase » avec le peuple qui se sent concerné par la direction de la société et qui entraine ceux qui sont sacrifiés aux gagnants de la mondialisation.
Il nous faut donc s’atteler à rendre nos réseaux structurants et les relier au « terrain » par des relais opérationnels.

C’est ce que nous nous voulons faire, en commençant par nous efforcer de sortir de la « société émotive », réactive, éruptive, pour entrer dans un système mieux organisé, mieux régulé, mieux contrôlé et au service du plus grand nombre.

Avoir des idées, manipuler des concepts c’est bien …les mettre en œuvre sur le terrain c’est mieux. Internet ce merveilleux outil de communication n’est qu’un outil, pas une fin, mais…
 
Mais il peut nous aider à mieux communiquer, à mieux nous organiser, à mieux nous préparer et surtout à occuper le terrain que nos « élites » politiques, économiques, sociales, culturelles etc. ont abandonné.

Il y a urgence à réinventer les institutions politiques qui ne soient pas les partis et les institutions fermés que l'ont connait.  

A nous de jouer !

Francis NERI

03 11 14