Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Présidentilles 2017 et 22 - Page 5

  • Le fantastique week-end d’Éric Zemmour

    Le week-end a été chargé pour le leader de Reconquête  une nouvelle fois au cœur de la France rurale.

    Le site de la visite : Saulieu, un village de 2 500 âmes en Côte-d’Or. Mais, dans les faits, ce sont 3 500 personnes qui ont répondu à l’appel du candidat.

    Au programme : protection des espaces forestiers, économie de la pêche, menace éolienne, défense des traditions de la chasse, lutte contre le “grand déclassement” et le “grand remplacement”.

    Éric Zemmour a laissé de côté Marine Le Pen. Valérie Pécresse est la cible de ses attaques. La présidente de la région Île-de-France (qui fait un fiasco au Zénith) figure d’ores et déjà dans sa ligne de mire pour les semaines à venir.

     « À ceux qui veulent voter Pécresse en espérant avoir un Zemmour centriste, un Zemmour soft, un Zemmour light, un Zemmour filtré, calfeutré, tamisé : avec Valérie Pécresse, vous n’aurez même pas une moitié de Zemmour », a-t-il déclaré sous les acclamations.

    Un nouveau ralliement a ponctué le week-end du candidat. Stéphane Ravier a rejoint son équipe de campagne.

    Sur le plateau de Sonia Mabrouk,  Stéphane Ravier a annoncé quitter officiellement le Rassemblement National, ou plutôt Marine le Pen … !
    L’équipe de campagne d’Éric Zemmour a mis en scène l’arrivée de Stéphane Ravier dans le QG de campagne, un formidable enthousiasme.
    Le soir même, Eric a été suivi par 6,61 millions de téléspectateurs, pendant le journal de 20 heures sur TF1.

    Un record d’audience pour un candidat à l’élection présidentielle. Il  a souligné la stratégie de Valérie Pécresse qui parle à présent de “grand remplacement”, terme que Z a imposé et qu’elle refusait d’exploiter il y a encore quelques mois.
    A l'occasion, Éric Zemmour a remis en main propre leur carte d’adhérent à ses 100 000e et 100 001e recrues, deux femmes, Jamila et Corinne.

    15 02 22

    Cygne Noir

    Francis-Claude Neri

    http://semanticien.blogspirit.com/

     

     

  • État de droit dernière victime du COVID

    « Un irresponsable n’est plus un citoyen ». Dans son interview au Parisien, le Président a ainsi institué une nouvelle forme de sanction : la déchéance de citoyenneté pour les Français non-vaccinés. Celle-ci ne sera pas pénale mais sociale, elle fera de vous le bouc-émissaire confortable d’une société hypocondriaque et hygiéniste, elle autorisera les journalistes et responsables politiques à vous insulter et à vous traiter de criminel en puissance, elle permettra que vous soyez privé de salaire, interdit de transports ou de moments conviviaux dans des bars ou restaurants. Elle permettra d’éviter soigneusement toute recherche de responsabilités sur les choix politiques qui ont conduit l’hôpital public à la saturation et au délitement.

    La situation est d’autant plus ironique que ce même Emmanuel Macron balayait d’un revers de main le recours à la déchéance de nationalité pour les terroristes islamistes. « J’ai, à titre personnel, un inconfort philosophique avec la place (que ce débat) a pris, parce que je pense qu’on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale » disait-il à l’époque. Chacun appréciera la délicatesse philosophique dont le chef de l’État fait preuve à l’égard des islamistes et dont il ne s’encombre pas en l’espèce.

    « Emmerder » les Français, telle est donc la « stratégie » revendiquée du Président qui fait craindre demain l’interdiction pour les nouveaux parias d’accéder aux bureaux de vote. Une inquiétude qui n’a rien d’un fantasme puisque l’amendement prévoyant d’écarter cette hypothèse fut rejeté par le gouvernement lors des débats parlementaires.

    Derrière les débats animés sur la pertinence de telle ou telle mesure sanitaire, un mal plus profond et durable devrait nous interpeller : la mort à pas feutré de l’État de droit, apanage de ce qu’on appelle classiquement la « démocratie libérale ».

    Tous ceux si prompts à brandir l’État de droit comme étendard moral face aux gouvernements polonais et hongrois semblent volontiers s’accommoder de son évanouissement en France. Et si le Président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, s’est ému récemment de sa remise en cause, ce n’est pas en raison de la crise sanitaire, mais du débat présidentiel lancé par certains candidats sur les dérives antidémocratiques du gouvernement des juges…

    Si ce risque de glissement existe bel et bien, l’État de droit a néanmoins quelques vertus quand il s’agit de protéger le citoyen de l’arbitraire. Il peut se définir comme un système institutionnel dans lequel la puissance publique est soumise en droit. Autrement dit, dans ce type de régime, le pouvoir politique est soumis au juge, censé être le garant du respect de la hiérarchie des normes et, de ce fait, des libertés publiques et individuelles face aux éventuels abus du gouvernement. Pour fonctionner, ce système implique l’égalité des sujets de droit, la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice.

    Autant de notions mises à mal durant cette période d’état d’urgence sanitaire, devenu permanent depuis deux ans, qui suspend le fonctionnement normal de nos institutions et permet au pouvoir de restreindre des droits et libertés fondamentales telles que la liberté de circuler, de travailler, de commerce et d’industrie, l’inviolabilité du corps humain, le droit au respect de la vie privée ou même le droit à l’éducation puisque dorénavant Jean-Michel Blanquer conditionne l’accès à l’école des enfants cas contacts à trois tests négatifs! Nous savions depuis longtemps qu’en France la séparation des pouvoirs entre exécutif et législatif est un artifice ; rien de surprenant donc à ce que l’Assemblée reste la chambre d’enregistrement servile de l’Élysée, mais, que reste-t-il de cet État de droit quand les juges valident sans sourciller toutes les décisions ou presque de l’exécutif par le biais de contorsions juridiques et intellectuelles surprenantes ?

    Les avis contradictoires du Conseil d’État sont particulièrement révélateurs de ce basculement. Dans son dernier avis en date du 22 décembre, la Cour suprême validait le passe vaccinal, les mesures de contention et d’isolement sur décision des autorités préfectorales, la limitation des rassemblements, le contrôle des pièces d’identité par des personnes non assermentées, etc. Cet avis intervenait pourtant après la déclaration d’Olivier Veran du 18 décembre assumant publiquement que le passage du passe sanitaire au passe vaccinal est une « forme déguisée d’obligation vaccinale ». Or, le Conseil d’État avait explicitement demandé dans un avis précédent à ce que le passe sanitaire ne serve pas d’outil d’incitation à la vaccination. Un tel parjure confirme que ces juges n’assurent plus la protection des libertés démocratiques et pose de sérieux doutes sur leur indépendance.

    De la même façon, le Conseil constitutionnel pourtant s’y prompt à lier abusivement les mains de l’Assemblée, notamment lorsqu’il s’agit de favoriser l’immigration, fut particulièrement timoré sur le sujet, s’en remettant le plus souvent à l’appréciation du législateur. Dans une décision de 2021, le Conseil constitutionnel considérait que le passe sanitaire permettait une conciliation équilibrée entre les exigences constitutionnelles du fait notamment de son application limitée dans le temps. L’on peut donc s’étonner que le Conseil ne trouve rien à redire suite à la déclaration de Jean Castex précisant qu’il n’était « pas prévu de limiter dans le temps le passe vaccinal ».

    Le fervent européen Emmanuel Macron, qui n’hésite pas à faire remplacer le drapeau français par le drapeau de l’UE au-dessus de la tombe de notre soldat inconnu, ne semble pas davantage se soucier de violer la résolution 2361 du Parlement européen, en particulier les engagements 7.3.2 « de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas avoir à se faire vacciner, et 7.3.1 «  de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement. » Là encore les conséquences se font attendre.

    Si Emmanuel Macron a jeté son dévolu sur Machiavel comme sujet d’étude lors de son DEA de philosophie, il semble manifestement être passé à côté de Tocqueville, Constant et Kelsen.

    Le Covid aura donc fait une dernière victime et non des moindres : ci-gît l’État de droit.

    Marion Maréchal
    7 janvier 2022

     

  • Eric Zemmour à Lille

    Quand Éric Zemmour vient à Lille, Martine Aubry est à la tête des gauchistes qui cherchent l’affrontement avec les forces de l’ordre, et justifie, cautionne, par sa présence, d’éventuelles violences contre le candidat et ses supporters.

    Qu’ont de commun ceux qui, comme Martine Aubry, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Edwy Plenel, Sandrine Rousseau, Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Fabien Roussel, Philippe Poutou et tant d’autres ?
    « Ils n’aiment pas la France, son histoire, sa culture, sa civilisation, son mode de vie, et surtout son peuple ».


    Jamais un Président n’a autant insulté son pays et ses habitants que celui qui nous sert de chef d’État. Il s’est même permis de mal parler de son pays à la tribune de l’Onu, de parler de crimes contre l’humanité pour qualifier la politique française en Algérie, d’expliquer qu’il n’y avait pas de culture française, de qualifier, en fonction de ses humeurs, certains de nos compatriotes d’illettrés, d’alcooliques, d’éternels réfractaires, et surtout de mener, durant cinq années, une criminelle politique de préférence étrangère. Avec lui, tous ceux qui crachent leur haine sur la France sont ses frères.

    Seul Eric Zemmour peut nous débarrasser de ces parasites.

    https://ripostelaique.com/la-gauche-combat-zemmour-parce-quelle-veut-detruire-la-france.html

    https://lalettrepatriote.com/enorme-meeting-deric-zemmour-a-lille/

    07 02 21

    Francis-Claude Neri

    http://semanticien.blogspirit.com/