Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

Général Piquemal

Que s’est-il passé entre le moment où le général Piquemal a été jeté dans les geôles calaisiennes et celui où il a été libéré pour « regretter » ?
Sans doute ne le saurons-nous jamais !
Pour ma part je considère que le Général s’est exprimé sur l’essentiel et qu’effectivement cette manifestation avec PEGIDA était inutile et les groupes qui l’ont organisé ont fait une erreur de plus qui nous fait perdre notre temps, notre argent dans des déplacements inutiles, la force de nos convictions et prendre des risques qui le sont autant.
Si manifestation il doit y avoir, elle doit être massive, pacifique, non violente, se tenir dans la durée et avoir le soutien d’une forte résistance civile et civique.
Dans la manif pour tous 2 millions de personnes dans la rue n’ont pas ébranlé le pouvoir et la volonté de Taubira …alors 200 personnes à Calais …non merci !

L'intelligence dans cette triste affaire qui remet en cause la possibilité d'associer les "souverainismes" serait de distinguer les causes des effets et de constater que les "résistants" ont perdu une bataille.
Certains après l’avoir brièvement encensés ont mis le Général en accusation, incapables de comprendre que ce dernier ne voulait que protester contre la déconstruction multiforme que subit notre pays, contre l’abandon de ses élites, contre des partis organisés dans l’unique but de la conquête du pouvoir pour satisfaire les attentes de leur clan.
Cet homme à compris qu’il devait parler, dire ce qu’il voyait : une France que l’on met à mort et qu’il refusait d’assister passivement à sa chute.

Un homme qui s’est juste trompé de contexte et d’interlocuteurs…personnellement, je ne comprends toujours pas pour quelles raisons des groupes comme Pegida, Résistance Républicaine et d’autres persistent à nous faire manifester sans le moindre résultat
Cette grande confusion des valeurs et des idées conduit à la mort de la démocratie
Alors ne mélangeons pas tout ! Et ne s'agit pas là d'intelligence, mais de connaissance et tout au plus de compétence.
La France ne pourra pas faire l’économie d’une guerre interne : celle de son déclin et de son redressement …Le reste, c’est l’écume des jours !

Francis NERI
13 02 16

12/12/2015

Ripouxblique

Ce que nous avons n'est effectivement pas la République que nous voulons. Cette ripouxblique là cède, enfin, sous les pressions du Front National. 

Ce n'est plus qu'un phénomène hors sol, déconnecté de la vie réelle dont l'issue est inévitablement fatale.
 
Les partis politiques actuels de droite comme de gauche ne jouent plus leur rôle constitutionnel de représentation nationale; ils ne défendent que leurs intérêts personnels et corporatistes ...à dégager au plus vite.

Pour l’éviter, il faudrait retrouver le sens de nos institutions démocratiques " le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple" Et ce pouvoir s’exprime très bien dans le référendum d’initiative populaire.

Le renouveau doit venir de NOUS et d'en bas...ne plus RIEN nous laisser imposer !

Exiger que tout candidat soit en phase avec nos préoccupations et s’engage sur un « contrat de législature ».

Il faudrait également inverser le calendrier électoral en élisant d’abord NOS députés et rendre le vote obligatoire pour responsabiliser chaque individu.

Ensuite il faut cesser de financer des partis …mais des candidats (je pourrais enfin me présenter !)

Francis NERI

12 12 15

17/11/2015

Jeunesse Française

A la jeunesse française et européenne je lance un appel solennel : levez-vous, engagez-vous. Personne ne le fera à votre place ! L’horizon de votre génération est la lutte. Vous pouvez penser que c’est injuste mais c’est ainsi, et les événements de vendredi sont venus nous rappeler que nul ne pouvait prétendre se dérober.

A l’État Islamique, à toutes les ordures qui s’en réclament, à tous ceux qui dans notre pays se sont réjouis de la mort de nos compatriotes, vous devez adresser aussi un message : ON EST CHEZ NOUS, VOUS NE NOUS METTREZ PAS A GENOUX !

J’ai 76 ans et je conchie la génération politique, économique, sociale de gauche comme de droite de mai 68 qui vous a mis dans cette impasse. Aussi si vous avez besoin de moi, c’est à dire la génération précédente qui s’est battue en Algérie, hélas en vain, je serai avec vous sur les barricades

Francis NERI
17 11 15