Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2018

Faut-il détruire Carthage ?

Volontairement je n’ai pas répondu "correctement"  aux interrogations de notre ami Daniel Schall qui nous disait  : « Faut-il détruire Carthage ». Je n’ai pas voulu, une nouvelle fois, me lancer dans des explications sur les « interactions », les "rétroactions" et autres " fead-back positifs ou négatifs".

Ces mots Caton les répétait inlassablement au Sénat Romain sur les dangers de laisser la puissance punique se développer.
Tant est si bien qu’il terminait toutes ses interventions, (peu importe le sujet !) par cette célèbre formule: « Il faut détruire Carthage » (Carthago delenda est dans la langue de Tite-Live).

A l’inverse, Scipion Nasica, sénateur n’ayant pas vraiment l’esprit guerrier, concluait ses propres discours en prônant l’exact opposé (« nihil temere faciendum )
Caton parvient à convaincre le Sénat d’agir grâce à… une figue. En effet, il présente une figue fraîche aux Sénateurs: « Sachez qu’elle a été cueillie il y a trois jours à Carthage: voilà à quelle proximité nous sommes de l’ennemi! » Cette petite mise en scène suffit, suivant la légende, à décider de la troisième guerre punique.

En 2002, « Il faut détruire Bagdad » était une phrase qui revenait régulièrement dans la bouche des dirigeants américains. Le 5 février 2003, juste avant la déclaration de guerre à l’Irak, le secrétaire d’État américain Colin Powell ne brandit pas de figues devant les caméras, lors de l’Assemblée générale de l’ONU.
Non, il leur préféra une version plus moderne: une fiole!
Et cette fiole, affirma-t-il au monde entier, contient de l’anthrax, produit massivement en Irak. Il confessera plus tard que son contenu était en fait inoffensif.

Ce fut le cas ensuite avec la Lybie, la Syrie ! Il se trouve toujours un Caton qui appelle à détruire …ceux qui ne nous veulent directement aucun mal …principe de précaution parait il.

Rappelons-nous qu’il ne fallut pas beaucoup de temps pour que Rome fût détruite à son tour par les barbares et que les barbares sont à présent au Bataclan et dans nos rues !
Le cheval de Troyes est en place depuis un bon moment et n’attend que le moment propice pour agir !

Alors peut être faut il suivre l’avis de Poutine, plutôt que celui de BHL, et rechercher activement quels sont les vrais ennemis de l’Occident. Commencer par regarder du coté de l’Arabie Saoudite, du Qatar, du Koweit, des Emirats, de la Turquie etc.

Mais surtout ne faut il pas se préparer à défendre activement et sur TOUS les plans NOS territoires ? Et bien entendu régler au plus vite la question de leurs soutiens et complices objectifs au sein même de l’Occident !

Francis-claude Neri
http://semanticien.blogspirit.com/
04 09 18

 

19/08/2018

L’homme démocratique


L’homme démocratique semble vouloir que l’égalité mette l’esprit sous tutelle et en particulier celui des lumières.

En effet, l’homme démocratique pense comme tout le monde doit penser en croyant penser par lui même.

Il ne se contente pas d’adhérer au jugement du public, il l’épouse jusqu’à ne plus pouvoir le distinguer du sien propre. Il sacrifie à l’idéologie dominante et bien pensante en faisant l’apologie de la diversité culturelle ; même ses indignations reflètent l’esprit d’ouverture à l’autre pour peu qu’il soit migrant, clandestin, opprimé, stigmatisé etc.

Dans le contexte de crise économique, financière, de désindustrialisation, de démographie pléthorique des pays du sud, de migration massive, de mondialisation, qui nous dit que faute de pouvoir agir sur  les processus en cours, la majorité bien pensante actuelle pourra refaire l’unité du corps social qu’elle a méthodiquement déconstruit au cours des 40 ans dernières années ?

En face de quoi peut à nouveau reposer la cohésion sociale sans laquelle il n’y a pas de société ?
En face de qui, sinon face à ceux qui responsables des problèmes sont également incapables d’en trouver la solution, car incapables même de l’imaginer.
En face de qui sinon face aux « migrants » perçus à juste titre comme des envahisseurs.
En face de quoi sinon face à un islam hégémonique et meurtrier qui veut dominer le monde par la religion.
En face de quoi, sinon face à des pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis etc. qui nous tendent la main coté pétrole et arment nos ennemis coté Oumma.

Face à ces ennemis clairement identifiés comment ne pas penser voir se transformer un peuple en horde raciale ? Comment ne pas éviter la chute vers l’essentialisme du camp retranché et ne pas cautionner l’éclatement du peuple Français et plus généralement Européen ?

Comment ne pas penser vouloir faire payer et chèrement tous les musulmans pour le radicalisme islamique qu’ils semblent globalement partager ?

Beaucoup d’entre nous commencent à « voir » qu’il se puisse bien que ce soit nous les prochains damnés de la terre et comme l’écrivait Péguy : « Il faut toujours dire ce que l’on voit. Surtout il faut, ce qui est le plus difficile voir ce que l’on voit ».

Vous voyez ce que je vois venir ? Si oui alors n’hésitez plus …venez avec nous dire « Non à Medine au Bataclan » le 19 octobre 2018  …et que ce jour soit un commencement !     

Francis-claude Neri                                        

http://semanticien.blogspirit.com/     

 

19 08 18

16/08/2018

Révolte

Aussi longtemps que la gauche-écolo-bobo, associée au démagogue Macron, s'obstinera à vouloir dénaturer notre art de vivre; à moquer nos habitudes; à instrumentaliser l'opinion; à nous imposer son multiculturalisme; à battre en brèche nos coutumes et nos traditions; à dynamiter nos croix, nos cimetières et nos églises; à saccager notre patrimoine; à piétiner nos traditions; à glorifier la culture musulmane, le voile, la burka et le burkini; à nous bassiner les oreilles de ses accommodements raisonnables; à soutenir une immigration incontrôlée; à trouver des excuses aux criminels et des responsabilités aux victimes; à tolérer l'irrespect, le laisser-faire et le vandalisme; à excuser la provocation et la violence; à saper les vertus familiales et à manifester son intolérance... aussi longtemps qu'elle n'admettra pas qu'on puisse penser, parler et agir aux antipodes de son "progressisme" bâtard... elle nous trouvera sur sa route.


Qu'elle se le tienne pour dit car, comme nous, ils sont aujourd'hui des légions, dans toute l'Europe, à brandir l'étendard de la révolte !

Jean Louis Donnay

11 08 18  

Le dire et le répéter sans cesse  et rappelons le ensemble au Bataclan le 19 et 20 octobre !