Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2018

Libéralisme et liberté

"Ce que l'on comprend bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément"

Nicolas Boileau

La signification actuelle du mot peut-elle être confondue avec libertaire ou avec liberté ?
La « Liberté » dont on écrit le mot sur les murs des révolutions sans trop savoir à quoi il correspond.

Pour ma part, je considère qu’il y a trois formes de « libéralisme » :

  • Culturel
  • Economique et industriel
  • Financier

Depuis au moins 1945 ils sont aux mains de l’oligarchie US et de ses collaborateurs Atlantiques.

Il n’y a rien de « libéral » dans ce libéralisme. Il faisait et fait encore des dégâts, considérables et irréversibles dont les causes sont connues. Et ses « bienfaits » sont globalement négligeables par rapport à ses méfaits.

Son effondrement est probablement inscrit dans un futur proche et les effets de sa chute se retourneront inéluctablement sur les causes, supposées ou réelles, c’est à dire sur les pratiques « libérales » actuelles et bien entendu sur les pratiquants de l’oligarchie mondialisée.
Guerres civiles, ethniques, claniques, religieuses, économiques et écologiques, migratoires et démographiques, se dérouleront sur l’ensemble planétaire – c’est déjà le cas dans le monde arabo-musulman et africain – et s’étend au monde occidental, en particulier en Europe et dans les nations comme la France du fait de son histoire coloniale.

Après avoir un moment pensé que nous pourrions y échapper, il m’apparaît qu’il n’y a rien d’autre à faire que de s’y préparer – individuellement et en groupes restreints- afin d’en amortir les effets.

Un conseil : constituer vos « infogroupes » et équipez vous façon « survivaliste ».     
 

Francis-claude Neri

04 05 18

 

26/04/2018

Chiens de garde


Les chiens de garde de la « bien pensance », du multiculturalisme béat, de l’idée folle que les valeurs occidentales doivent être partagées par l’universalité des cultures, rendent le débat sur l’immigration, l’identité, nos valeurs spécifiques et ancestrales, la souveraineté des peuples Européens, de plus en plus improbables et difficiles.

Les pouvoirs actuels nous livrent pieds et poings liés à l’ennemi.
Dans les « zones de non droit », l’apartheid de fait est d’ores et déjà constitué.

Il ne nous resterait plus qu’à nous préparer à l’inévitable et interminable guerre ethnique, clanique ET religieuse dont le Liban et l’ex Yougoslavie nous ont donné l’avant-goût.

Ce n’est ni le pouvoir actuel ni l’opposition et ses appareils qui répondront au défi qui nous est adressé.

La parole est au peuple …osera t’il la prendre …trouvera t’il en son sein les hommes et les femmes capables de le conduire ?             

Francis-claude Neri

26 04 18

19/03/2018

Gouvernement mondial

"Dans un gouvernement mondial, démographie, finances et économies doivent être liées, régulées et contrôlées et les déviances sévèrement sanctionnées."

Francis-claude Neri

Malheureusement ce système de vote fondé sur le plus grand nombre sans aucun contrôle de compétence, nourri l’explosion démographique de la bêtise pour prendre le pouvoir.

Malheureusement ceux là même qui vivent de la finance en la gérant sont ceux qui produisent notre monnaie et décident des règles, je ne connais pas de plus grand conflit d’intérêt.


Malheureusement l’économie est fondée sur le profit, l’art de prélever une marge sur une vente, et la concurrence, celui qui fait le plus gros profit élimine les autres. Résultat la masse de toutes les marchandises produite est vendue bien plus cher que sa valeur réelle, et la somme de tous les salaires ne peut consommer cette production il faut alors passer par le crédit et la dette qui diminue encore la capacité des peuples à acheter leur propre production.


Malheureusement pour sanctionner une déviance, il faut une loi admise par tous d’où un minimum de constitution mondiale, un système d’enquête policière d’où un minimum de prélèvement sur les peuples pour la financer, et un système judiciaire indépendant capable d’imposer ses décisions, et un système de sanction confirmée par un minimum de gouvernement mondial qui empêche la protection d’une déviance par un état fort. D’autant plus fort qu’il profite économiquement de cette déviance !


Donc première étape proposer une forme minimale de constitution acceptable par tous les pays, rien que ça c’est une sacré utopie, mais quelle autre solution est-elle possible ?

Alain Persat

D'accord avec toi ...et la SORTIE est bien là sans nul doute...notre "travail" doit donc consister à en populariser le concept qui finalement est d'une grande simplicité puisqu’il "suit" tout simplement les lois naturelles qui sont celles de : l'auto catalyse, l'auto sélection et l'exclusion compétitive.
L’essentiel est de ne pas perdre de vue que si l'on décompose par l'analyse la complexité en éléments simples nous perdons en route les propriétés émergentes (donc nous n'abordons jamais le "tout".)

Je préconise la synthèse systémique seule capable de mettre en relation des phénomènes naturels répondant à des lois générales et des actions humaines individuelles et collectives ...

Faute de méthode, d'outils d'observation, de capacité d'évaluation, les politiques, qui sont persuadés être les seuls capables de faire avancer les sociétés dans une direction choisie, sont dépassés par les évènements, par les rétroactions positives (qui amplifient les problématiques) et sont à présent à court terme incapables d’imaginer et encore moins de mettre en œuvre une réponse cohérente.
Une réponse difficile à saisir car elle nécessite une connaissance de plusieurs disciplines et domaines différents. Leur spécialisation à outrance ... (pour ne pas dire leur incompétence) et leur vision binaire du monde les en rendent incapables.

Tu vois donc ce qu'il NOUS reste à faire si nous voulons rester dans le jeu encore un moment
Francis-claude Neri

19 03 18