Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insurrection - Page 4

  • Moratoire sur l’immigration

    Mais quelles mesures pourraient VRAIMENT tarir les flux migratoires ?

    Dans une tribune publiée dans Le Figaro, l'ancien ministre et ex-négociateur du Brexit, Michel Barnier, plaide pour un moratoire afin de geler l’immigration en France sur une période de trois à cinq ans. Quelles mesures sont vraiment efficaces sur la question des flux migratoires ?

    Dans le Figaro, l’ancien ministre Michel Barnier, propose de mettre en place un véritable moratoire sur l’immigration pour agir sur celle-ci. Les mesures évoquées dans cette publication sont-elles inédites et pourraient-elles permettre de réduire réellement les flux migratoires ?
    Atlantico

    Dans cette tribune, on ne retrouve aucune mesure claire. Cette tribune a pour seul but d’attirer un électorat ciblé sans pour autant fournir de contenu. En voulant mettre en place un moratoire sur l’immigration, il ne se demande pas comment cela est possible juridiquement. Vouloir mettre en place un moratoire sur l’immigration sans évoquer la question européenne est une gageure impossible.
    Laurent Chalard
     

    Par Le Parisien avec AFP 

    Le 9 mai 2021 à 18h49

    Michel Barnier, dont évoque l’ambition présidentielle, se positionne déjà sur l’un des sujets qui risquent de marquer la campagne de 2022. L’ancien négociateur pour le Brexit (LR) a suggéré dimanche « un moratoire » de trois à cinq ans sur l’immigration. « Il faut décider dans ce pays un moratoire en matière d’immigration », de « trois à cinq ans », pour « prendre le temps de vérifier, d’évaluer, le cas échéant de changer, les procédures et les pratiques », a déclaré l’ancien ministre au Grand Jury pour RTL, LCI et Le Figaro.

    « Il y a des liens » entre l’immigration et « les réseaux terroristes qui utilisent les flux migratoires, qui les infiltrent », a-t-il fait valoir, même s’il ne « pense pas que tous les immigrés, et notamment ceux qui essaient de traverser la Méditerranée pour rejoindre un avenir meilleur, sont des terroristes en puissance ou des délinquants en puissance ».

    Il a également précisé sur l’immigration « qu’il faudra à la fin changer la Constitution sur certains points, notamment pour avoir plus de marge par rapport à des textes ou des règlements européens » sans toutefois rentrer dans les détails.

    Pour autant, « on va toujours accueillir des étudiants » et « nous devons respecter » le droit d’asile, a précisé l’ancien ministre (Agriculture et Affaires étrangères) de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

    Ce moratoire est devenu un leitmotiv du côté de la droite française. Le président des Républicains Christian Jacob avait lui proposé à l’automne un « moratoire » de trois à six mois sur l’immigration, le temps pour Emmanuel Macron de consulter l’ensemble des « familles politiques » sur ce sujet… Michel Barnier a aussi jugé qu’il y avait « des risques d’explosions » sociales en France et que « ce qui est dit » dans une récente tribune de militaires « méritait de l’attention », « parce qu’il y a de réelles et graves fractures notamment sur la question de l’immigration ».

    Il est amusant Michel Barnier Il sait qu’il faut parler pour ne rien dire afin d’être prit au sérieux
    Entre le Covid et le passe sanitaire, l’immigration, l’islamisation à marche forcée, l’effondrement économique et financier, les Woke et la cancel culture, oui il y a « risques d’explosion sociale ».

    Il va faire chaud en septembre mais l’hiver sera très rigoureux Les hivers sont très durs durant les périodes de guerre !

    Francis-Claude Neri
    Cygne Noir
    www.facebook.com/groups/horizon2022/

     

     

  • 01-Le Président Macron

    L’outrecuidance de l’homme hypernarcissique que des Français ont cru devoir installer à l’Elysée est décidément sans limite. Le voilà qui ose affirmer sans mesurer le grotesque de la formule qu’il voulait “redonner du sens au commandement des Armées”, en nommant Lecointre  après avoir humilié le Général de Villiers et l’avoir conduit à quitter son poste de Chef d’Etat-Major des Armées. Lors de la présentation de son livre “L’équilibre est un courage”, celui-ci avait dit, quant à lui,  “dans l’armée, on sait pourquoi on peut aller jusqu’au sacrifice suprême”. La comparaison entre les deux phrases disqualifie l’auteur de la première et il faut s’étonner que l’arrogance dénuée de la moindre légitimité de la formule macronienne ne soit pas davantage dénoncée. Voilà un homme qui a évité soigneusement d’effectuer son service national alors que celui-ci n’avait pas encore été suspendu, un homme qui n’a donc jamais été soldat, qui sans beaucoup d’expérience a été propulsé, à la suite d’un coup d’Etat médiatico-judiciaire à la Présidence de la République, un homme qui est ainsi devenu le “Chef” des Armées, un homme qui a fait de la repentance et donc de l’accusation de nos armées le fil rouge de sa politique de l’Algérie au Rwanda, et c’est cet homme qui prétend redonner du sens à leur commandement !

    https://www.christianvanneste.fr/2021/07/22/macron-voulait-redonner-du-sens-au-commandement-de-nos-armees-de-quel-droit/?utm_source=newsletter-28&utm_medium=email&utm_campaign=nlh

  • Une justice indépendante ?

    Une justice indépendante ?pouvoir.jpg
    C’est inédit ! On n’a jamais vu un ministre de la justice mis en examen par des juges pour une affaire d’une telle gravité.

    Eric Dupond-Moretti a été mis en examen vendredi 16 juillet pour « prise illégale d’intérêts » par des juges d’instruction de la Cour de Justice de la République.
    La justice soupçonne aujourd’hui le ministre de la justice d’avoir utilisé les moyens de son ministère et ses attributions disciplinaires pour s’en prendre à des magistrats anti-corruption avec lesquels le garde des sceaux avait mail à partie quand il était avocat dans le passé.
    Il lui est reproché d’une part d’avoir ouvert des enquêtes administratives à dimension disciplinaire contre des magistrats du Parquet National Financier qui avaient enquêté sur une taupe possible de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bismuth.
    Ce qui lui est reproché, c’est une prise illégale d’intérêts. A savoir qu’il a utilisé les moyens de la justice pour régler un compte personnel avec des magistrats anti - corruption qu’ils soient du PNF ou juge à Monaco.
    L’affaire va plus loin que le garde des sceaux et touche le premier ministre lui même Jean Castex qui, lui aussi, relance l’enquête contre les magistrats dans l’affaire pour laquelle Nicolas Sarkozy a été condamné.
    L’un des piliers de la République et de la démocratie, à savoir l’indépendance de la justice est en grave danger !

    https://www.youtube.com/watch?v=YV0npfYeKzQ