Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2018

Clichés politiquement corrects

Nous ressentons en France et en Europe ce que nos parents devaient ressentir sous l’occupation.
Il y a depuis les années 70 certains sujets que nous évitons soigneusement d’aborder à moins de se trouver en milieu sûr.
De véritables cris d’alarme sur des sujets comme la démographie excessive des peuples africains, arabo-musulmans et quelques autres, l’immigration remplaciste, l’islamisme conquérant, un libéralisme économico-financier prédateur et destructeur, les dangers d’une absence de régulation écologique …sont passés sous silence.
Chacune de  ces problématiques minimisée, est traitée séparément et « à minima » afin que les peuples ne prennent conscience de leurs effets convergents, cumulatifs et systémiques.

Dans l’indifférence générale du politico-médiatique, les lanceurs d’alertes sont systématiquement discrédités par des critiques venimeuses, partiales et le plus souvent infondées, s’ils ne sont pas poursuivi et dans l’obligation de s’exiler.

Le peuple se plie aux tyrannies d’une minorité agissante, en particulier Bruxelloise suffisamment intimidante pour réduire au silence tous ceux qui font preuve d’anticonformisme dans le domaine des idées.      

Ceux qui sont conscients des dangers, et veulent y sensibiliser leurs compatriotes, affichent et donnent, trop souvent sous la pression des minorités agissantes et la peur de la chambre 17, des gages au « politiquement correct ».
Ils veulent, eux aussi, avoir une vie tranquille et expriment, eux aussi, des sentiments conformistes surtout si ils ont dans l ‘idée qu’ils tirent bien seuls la charrette des « mal pensants ».
Ils auront tendance, puis l’habitude, de dire le contraire de ce qu’ils pensent vraiment enfin d’éviter les ennuis.
Il y a encore les réseaux sociaux mais nous n’avons toujours pas compris pour QUOI et comment s’en servir (échec des réseaux inter et infogroupes)

Nous ne sommes pas sur le bon chemin les ami.e.s nous sommes sur celui de la déresponsabilisation individuelle et la négation des problèmes en question.

 Les partisans du multiculturalisme, du globalisme et du transformisme ont devant eux une voie royale avec le Président Macron et ses amis !

Francis-claude Neri

05 05 18

25/03/2018

Le lieutenant colonel Beltrame a été égorgé...

Le lieutenant colonel Beltrame a été égorgé...

Gil Bourquin

Peut-être mais ça ne change pas l'issue.

Roger Kessel

Roger pour le rituel islamique, cela fait toute la différence... Renseignez vous...
Gil Bourquin

Ben l'issue était de toute façon certaine ...l’islamiste était venu pour tuer des militaires ...et un colonel se met entre ses mains ...pensant probablement qu'il pouvait le persuader de se rendre ...sont un peu naïfs NOS colonels.
Le fait qu'il l'ait égorgé est dans ce sens signifiant...ce n'est pas pour rien que la joie éclate dans (certaines) de nos cités : Objectif atteint qu'ils se disent !
Francis-claude Neri

Roger Kessel à Gil Bourquin .C'est vrai pour le rituel mais cela ne change pas la fin de l'histoire. Il est mort.

Roger Kessel Dans ce cas bien précis il est vital de « savoir » pour quelles raisons il est mort ! Et surtout (pour)quoi c’est la liesse dans les cités …et enfin les conséquences que nous DEVONS en tirer pour l’action.
Francis-claude Neri

Il est mort en héros en sauvant une mère de famille pour une République qui est responsable de son décès. Je ne dirais pas que c'est une Victime, mais bien un héros qui s'est sacrifié.
Après de savoir de quelle manière il est mort ne change pas le fait qu'il est mort bordel.
Alors oui selon la loi islamique ......Il est mort en se sacrifiant.
Roger Kessel

Roger...Oui c'est une victime ...une victime de ceux qui nous disent depuis les années 60 que "l'Arabe est bon", de ceux qui disent que la police doit modérer ses interventions, les axer sur le dialogue et la compréhension, que ces Djeunes musulmans sont des victimes de NOTRE système ....voilà de quoi il est mort et de ce fait son sacrifice parait inutile ... également.
Francis-claude Neri

Je suis d'accord Francis. Mais ce serait dommage d'en faire une Victime du système. On sait tous que c'est le cas. Je préfère dire qu'il est mort en brave avec une paire de couilles que beaucoup devrait avoir.
Qu'il repose en paix et condoléance à sa famille.
Roger Kessel

25 03 18

Nous avons à nous mettre en colère …

Je suis animé par la colère ultime, que faire ? Lire relire et comprendre la Marseillaise.
Tout est dit. Ce n’est pas un hymne à la paix mais un préalable.

Michel Bendahan

La colère est saine si elle ne se transforme pas en haine !

La mienne est dirigée contre les collabos au pouvoir et ces « indignés » qui rêvent et militent pour une France métissée, c’est à dire « mennelisée » comme l’écrit Finkiekraut, dont rien ni personne ne doit entraver le développement.

Ils nous assimilent à la « fachosphère » Ils ont décidés d’avoir notre peau. C'est tout simplement ingérable ...

Mais ce n'est pas seulement de colère "politique" dont il convient de débattre, à moins qu'on ne considère le politique comme un tout, mais dans ce cas il faut aussi distinguez les parties c'est à dire l'économique, le financier, le social, le culturel, le cultuel etc.
Dans ce cas, et seulement dans ce cas, nous pouvons considérer que le tout politique « coléreux » est plus grand que la somme des parties et les mettre en action ensemble de manière organisée et structurée ...

Vu les divisions actuelles et certains dérapages...démission et corruption de (certaines) élites entre autre politico-médiatiques, je me pose des questions sur ce pays pour la permanence de sa "morale" en action et la mise en application de sa colère envers les « institutions » et sur la capacité de cette colère à les réformer.

Honte à nous si nous persistons à trembler !

Je crois que NOUS avons besoin d'en être (r)assurés et espérer que notre colère demeure !

Francis-claude Neri

25 03 18