Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2017

Hors système

Ceux qui se disent « hors système » comme Mélenchon et Macron veulent nous vendre une France « neutre », sans mémoire et sans identité.

Nous ne voulons pas de cette France là.

La France EST composite, gréco-romaine, judéo-chrétienne, matinée des lumières. La France n’est pas « la fille ainée de l’islam » contrairement à ce que voulait dire un traitre comme Chirac, un vendu comme Giscard et les deux derniers pourvoyeurs de l’oligarchie mondialiste et islamiste : Sarkozy et Hollande.
Enfin, mémoire et identité c'est en fait la même chose, c'est la raison pour laquelle Mélenchon et ses amis, voire ses adversaires comme Macron  et Hamon veulent absolument nous la faire oublier.
Le sieur Fillon ne déroge pas à la règle.

Seule Marine Le PEN, nous permettra d'en finir, à l'exemple du Président Trump, avec ces deux globalisation : islamiste et oligarchique.

La France EST un système « singulier » qui veut conserver sa singularité y compris culturelle et cultuelle.

Voter Marine le Pen c'est tout simplement répondre à l’instinct de survie de peuples européens condamnés par l'Histoire (racontée par la gauche) et le mépris de tous les "puissants".

Le "reste" c'est l'écume des jours !

Francis-claude Neri

08 02 17

27/10/2016

Alain Juppé

J’ai un immense dégout pour une certaine classe politique dont Alain Juppé est un des plus sinistre représentant.
Juppé, roi du politiquement correct fait du « populisme » et donc du populaire un ennemi de la Nation
La colère du populaire va lui faire payer cher la façon dont il le traite d’imbécile, de raciste et de  fasciste, car c’est bien comme cela qu’il voit les électeurs et sympathisants du FN voire de tous ceux qui ne sont pas de son idéologie immigrationiste, tiers mondiste, multiculturaliste et mondialiste à la fois.

Ce mandarin d’une classe en sursis appartient à une autre planète, factice, hors sol, méprisante.  Il va vite se rendre compte que les classes populaires ont brisé leurs chaines, qu’il ne nous aura plus avec ses discours émotionnels, compassionnels, de bienveillance envers l’ennemi islamiste, et les bons sentiments tournés exclusivement vers les migrants des pays de l’islam.
Il se garderait bien par exemple de plaindre une seconde les chrétiens d’Orient.

Le politiquement correct, bête noire de Marine Le Pen, est le mur que les Français doivent abattre par dessus la classe dominante qui s’accroche au pouvoir et les partis enfermés dans la poursuite de leurs propres intérêts.
La France insoumise doit imposer sa parole libérée, sans concession à l’islam pour prix de la paix civile qui annonce la capitulation.
Alain Juppé se dit le seul à pouvoir battre Marine Le Pen ; nous affirmons que Marine le Pen est la seule en mesure de battre les ennemis intérieurs de la France et Alain Juppé le premier.         

Francis-claude Neri
27 10 16

11/10/2016

L’homme sans contexte.

L'État islamique se nourrit du vide spirituel occidental si bien décrit par Soljenitsyne en son temps. Dans un numéro du magazine de propagande de l'État islamique en français, Dar-al Islam, on pouvait lire ce passage sidérant: «Ce pays faible (la France), en pleine crise économique et morale dont le peuple est abruti par les divertissements, où la presse people est plus lue que la presse politique, déclare la guerre à un État (l'État islamique) où chaque habitant est un combattant en puissance ayant suivi un entraînement militaire et faisant la guerre pour sa foi, espérant le paradis éternel s'il est tué».

Le problème de cette description de notre société dans les opuscules islamistes est qu’elle est partiellement vraie. Nous sommes devenus sur plus d’un point des décadents, mus par le seul intérêt égoïste dont le travestissement de la pensée libérale a fait la source de tout bienfait (« les vices privés font les vertus publiques »), attachés à notre seul confort et à des ambitions uniquement matérielles ou égotistes.

Face à cela, des fanatiques formés à se penser comme des combattants et prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême pour ce qu’ils défendent ont toutes leurs chances. Nous ne parvenons déjà plus à les contenir. Celui qui n’est pas prêt à engager sa propre vie pour les valeurs dans lesquelles il croit se repose sur des dispositifs trop lourds, trop lents, parce qu’ils dédouanent chaque citoyen de sa responsabilité.

L’on peut trouver choquant que j’en appelle ainsi à une forme de glorification de l’esprit guerrier, qui est aussi celui des fanatiques. Mais précisément, une civilisation qui laisse aux seuls extrémistes et fanatiques le monopole de l’esprit guerrier est vouée à la disparition. Toute grande civilisation a su à un moment ou à un autre penser la question de l’usage légitime de la force et de son usage illégitime. Sans Léonidas et Thémistocle, Socrate, Phidias et Périclès n’auraient jamais vu le jour. 

L’on ne peut donc se contenter de l’évacuation simpliste et quelque peu bien-pensante de toute violence : il nous faut penser à nouveau le rapport à l’autorité et au droit d’employer la force. En sachant que celui qui engage le combat doit être bien conscient que cela peut impliquer d’aller jusqu’à ses conséquences ultimes, la mort de l’adversaire ou de soi-même, et qu’il ne sera plus temps de rebrousser chemin une fois engagé.

Extrait de « La dignité du hoplite »

Marc Rameaux

11 10 16