Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2017

2022 soumission ou pas ?

L'État islamique se nourrit du vide spirituel occidental si bien décrit par Soljenitsyne en son temps.
Il décrit notre société comme décadente.

« Le problème de cette description de notre société dans les opuscules islamistes est qu’elle est partiellement vraie. Nous sommes devenus sur plus d’un point des décadents, mus par le seul intérêt égoïste dont le travestissement de la pensée libérale a fait la source de tout bienfait (« les vices privés font les vertus publiques »), attachés à notre seul confort et à des ambitions uniquement matérielles ou égotistes. »

Nous dit Marc Rameaux.

Face à cela, des fanatiques islamistes formés à se penser comme des combattants et prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême pour ce qu’ils défendent ont toutes leurs chances.  

Sommes-nous également prêts à engager notre propre vie pour les valeurs dans lesquelles nous croyons ?

L’on peut trouver choquant, poursuit-il, que j’en appelle ainsi à une forme de glorification de l’esprit guerrier, qui est aussi celui des fanatiques.

Mais précisément, une civilisation qui laisse aux seuls extrémistes et fanatiques le monopole de l’esprit guerrier est vouée à la disparition.

Toute grande civilisation a su à un moment ou à un autre penser la question de l’usage légitime de la force et de son usage illégitime.

L’on ne peut donc se contenter de l’évacuation simpliste et quelque peu bien-pensante de toute violence : il nous faut penser à nouveau le rapport à l’autorité et au droit d’employer la force.

Comme Marc Rameaux je considère que c’est bien là le problème et, bien entendu, le recours à la violence légitime doit revenir exclusivement à l’Etat.

Mais lorsque l’Etat est défaillant et renonce à employer la violence légitime pour protéger ses citoyens, que reste-t-il comme solution à ces derniers, sinon se débarrasser au plus vite de ceux qui le représentent et les remplacer par des acteurs plus aptes à défendre leurs existences et leurs intérêts ?
Et si l’on fait le tour des candidats potentiels qui se disent aptes à succéder à ceux qui actuellement occupent les postes sans grande légitimité, comme sœur Anne nous ne voyons rien, mais alors rien venir.
Il n’est pas nécessaire d’être grand clerc pour constater qu’il n’y a aucun (e) prétendant (e) en capacité.

Nous savons donc ce qui nous reste à faire, nous rassembler sur un projet qui nous ressemble, préparer nos programmes et nos engagements pour les prochaines élections de 2019 et 2020, sachant que celui qui engage ce combat doit être conscient de ce que cela peut impliquer.   

Ce serait  un bon test pour 2022.    
Francis-claude Neri
12 09 17
       

13/08/2017

Marine le Pen

Un de mes amis me demande avec insistance(s) pour quelles raisons je ne soutiens plus Marine le Pen.

Un extrait de l’un de mes billets !

« Si elle veut éviter des résultats décevants, sinon catastrophiques, à l’élection présidentielle, Marine Le Pen serait bien inspirée de prendre en compte les clignotants qui s’allument. De revenir aux fondamentaux de ses électeurs : l’identité, l’arrêt de l’immigration, la lutte contre l’islamisation, la défense des valeurs.
Elle devrait rééquilibrer et modifier profondément sa communication (et virer ses communicants) cette dernière est un vrai désastre…c’est ce que nous lui expliquons dans une clé USB que nous avons tenté de lui remettre mais sans succès, ainsi qu’un ouvrage qui va dans ce sens de Lucien Oulahbib.
Nous avons reçu un meilleur accueil de la part de Marion qui a, au moins, accepté la clé USB au cours de la "réunion" de Oz ta droite ».
J’estime pour ma part que Marine et son équipe ont perdu le contact avec sa base, qu’elle est isolée et que c’est nous qui paierons la facture......"

Que l’on ne me parle plus de ces apprentis sorciers qui, comme les autres, se moquent du peuple de France, de ses aspirations et de ses besoins et ne sont intéressés que par leurs intérêts personnels

Francis-claude Neri
13 08 17

Pour avis :Lucien Oulahbib, Jean-Pierre d'Aigremont, Eric Gautier, Patrick Escudie, Françis Fratre, Dominic Massoubre Gillet, Manon Heitz, Gérard Nozarb, Jean Luc Potier, Alain Persat, François Paganel, Paul Abysses Compe etc.

10/08/2017

Une société de la connaissance

En dehors de l’inquiétante question démographique et de la nécessité de maintenir une population en décroissance jusqu'à obtenir un "équilibre " acceptable, je ne vois qu'un avenir parfaitement viable 
Bien entendu, nous allons devoir apprendre la régulation, le contrôle et la remédiation ...et cette dernière peut effectivement être violente.
Ce n'est pas nouveau, De Foucault (et il n’est pas le seul) parlait déjà de l’avènement d'une société où l'emploi industriel deviendrait rare, où la robotisation prendrait la place de l'homme au travail.  Et bien entendu s’ajoute à cela les migrations sauvages et le choc des cultures.

Sa vision ouvrait directement sur l’avènement de pouvoirs transversaux, latéraux, décentralisés grâce au réseau.
Les pouvoirs viendront de partout écrivait-il ...ils sont partout.
En effet, les réseaux sociaux et internet ont créé de nouveaux espaces de voisinage et d'échange qui mettent en cause et défient les pouvoirs pyramidaux traditionnels.
C'est un véritable cocktail explosif de nature à non seulement influencer les gouvernements, mais aussi les faire plier.
A nous de savoir nous en servir en alliant nos compétences techniques, psychologiques, de communication etc.

C'est ce que nous voulons formaliser avec le projet de réseau "infogroupes".

Les affrontements, conflits, débats d’idée se produisent en tout points du réseau, se relaient et se transmettent de page en page, de blog en blog, de site en site.
Les manifestations de pouvoir et les forces de résistances doivent s’exprimer partout et être visibles partout …bas les masques, osons la clarté de nos intentions.
Les rapports de force seront déstabilisés par des rapports de flux massifs utilisant les faiblesses de l’adversaire selon le principe des arts martiaux ou de la cyberversion (cyberguerre).
Des forces relativement faibles exercées à des endroits précis, ou des liaisons faibles  mais amplifiées par la multiplicité des réseaux peuvent déstabiliser des pyramides de pouvoir. « Les victimes » de « lanceurs d’alertes »  en savent quelque chose !

La légitimité du pouvoir est contesté en raison de ses dérives et dans ce cas la « violence légitime »  change de main, le peuple s’en empare.
C’est ce qui risque de se passer puisque le pouvoir actuel est reconnu pour être incapable de maintenir nos sociétés humaines dans la loi, l’ordre social, moral et la sécurité par l’Etat, la famille, l’école, la justice, l’armée, la police et même nos entreprises !

C’est une contre société que nous avons à faire émerger, une société de la connaissance. Une société aux pouvoirs transversaux et à l’intelligence collective des réseaux humains, capables de produire des valeurs et des règles simples à appliquer individuellement et collectivement.

Au travail !
Plus est en nous

Francis-claude Neri 

10 08 17