Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

Où est la droite ?

Bravo Francis ! Mais où est cette droite ?

Brigitte Marie Sarradet

Bonne question...qui révèle que peut être NOUS l'avons perdue de vue...Denis Tillinac nous a parlé d'elle à Béziers ...ce fut un long discours en forme d'espoir, à rebours du conformisme et du politiquement correct, notamment médiatiques, qui voudraient nous imposer leur seule pensée de gauche ...ou une illusoire idéologie "'ni droite ni gauche"

Non seulement la droite existe bel et bien, mais elle doit cesser d’avoir honte d’elle-même. Et c’est en faisant appel, sans tabou ni repentance à ses racines et à ses valeurs que la France se retrouvera et se réveillera.

Bref prendre  pour bases les notions de mémoire, d’identité, de régulation et de contrôle ce que je m’évertue également à dire, en fait depuis mai 68 !

Tu devrais retrouver ce discours sur Valeurs actuelles du 2 juin ou sur Boulevard Voltaire.

Bien à toi !

Francis NERI
25 06 16

21/06/2016

Être blanc et français est une faute

Oui je sais mon cher François Paganel que le verbe être t’indispose, en partie, parce qu’il est réducteur mais que veux tu je n’en ai pas d’autre et les périphrases non Aristotéliciennes ne sont plus de mise quand « on » nous impose le choix d’un camp …
Alors oui, RADICALISONS nous.
Quand un Eric Cantona, l’intellectuel du football mondial, reproche à Deschamps d’avoir un nom français et de ne pas avoir connu de métissage dans sa famille, il nous dit en substance qu’être blanc et français est une faute.

Les évènements actuels reflètent l’accélération de la désintégration communautariste de notre société.
L’origine sociale, ethnique, culturelle et cultuelle est revendiquée par les non assimilés extra européens en particulier pour exiger des droits nouveaux
Il leur faut se poser en victime afin que la société française se sente débitrice à leur égard. Si elle ne fait pas repentance  et qu’elle ne reconnait pas sa dette, elle est alors raciste et il est logique de se dresser contre l’homme blanc, hétérosexuel, colonialiste et esclavagiste, à l’origine de tous les malheurs du monde.

Ce racisme anti blanc est insupportable et, à Béziers, la salle s’est violemment dressée contre toute forme d’accommodements raisonnables et imposée une vision dure visant à reprendre le pouvoir « majoritaire » en priorité contre des  minorités islamistes, d’Afrique noire, arabo musulmanes  ou autre,  qui veulent imposer leur différence en contestant systématiquement et violemment le pouvoir établi, nos codes sociaux, nos valeurs, notre identité, notre histoire, en massacrant nos concitoyens et en voulant nous remplacer.
Ces envahisseurs ont trouvé des alliés au sein de la gauche, de l’extrême gauche et d’une partie de la droite.
C’est donc un combat sans merci qui est engagé. La fibre patriotique des français se réveille, en témoigne le nombre important de candidatures pour l’armée et la police qui font renaitre le patriotisme et incite à sortir de notre résignation, à nous préparer à combattre ceux qui veulent nous détruire de l’intérieur.

Francis NERI

21 06 16

                       

17/06/2016

Eduquer, socialiser, assimiler.

Une éducation ET une socialisation qui elle aussi ne devait pas être laissée à l’initiative de l'individu à éduquer et socialiser...

La gauche depuis mai 68 nous dit que c'est à l'individu à aller vers l'éducation et la socialisation et nous interdit de les lui TRANSMETTRE et encore moins de les leur prescrire voire IMPOSER ...comme bien évidemment il eu fallu faire aux musulmans migrants et surtout leurs enfants imprégnés d'une culture antagoniste à la notre

Tout notre drame actuel tient en cela !

Et à vrai dire si le concept éducation, socialisation et assimilation semblait encore possible dans les années 80 et 90, en raison de l’idéologie multiculturaliste de la gauche et les intérêts flagrants des « libéraux » du mondialisme, nous constatons, dans la réalité, que ce n’est plus réalisable.

Le grand remplacement ne se négocie pas, il se combat avec toutes les armes à notre disposition…C’est aujourd’hui la nature de l’enjeu n° 1 et il passe devant tous les autres.

Francis NERI
17 06 16