Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2011

L’incroyable combat.

Plus que jamais, deux modèles s’affrontent sans pitié pour le contrôle et la domination du monde.

Les protagonistes sont d’une part : Le capitalisme anglo-américain basé sur l’endettement massif, la spéculation financière et d’autre part, le capitalisme continental, rhénan, et français, qui continue tant bien que mal à privilégier le savoir faire industriel et ses banques de dépôt.

Un combat qui fit deux vaincus, et les peuples perdants, avec la crise de 2008.

L’avenir nous dira quel nouveau équilibre le monde retrouvera dans un univers complexe ou le combat contre l’islamisme conquérant sera la matrice du siècle qui commence.

Un affrontement que nous pouvons  gagner par le retour d’un nouveau protectionnisme, un redéveloppement du capitalisme continental  et la préservation de nos valeurs fondatrices.

Il s’agit comme toujours dans l’histoire après une défaite, car la crise écosystémique de 2008 en est une, de défendre pied à pied nos positions économiques et sociales, nos valeurs, nos cultures.

Depuis que l’Angleterre l’a inventé, le libre échange  c’est la guerre, ne nous y trompons pas et il favorise les puissances émergeantes, celles qui ramassent les dividendes de la déroute des combattants.

Il s’agit en l’occurrence de la Chine et l’Inde. Elles trouvent là l’occasion d’occuper des positions dominantes et de détruire des rivaux.

Le XXI ème siècle est d’ores et déjà engagé dans une guerre de destruction absolue et la stratégie islamiste y participe de toute sa puissance financière, idéologique et cultuelle.   

Les élites et  intellectuels français, libéraux et progressistes, comme ils aiment s’intituler, ont parfaitement compris que la défaite Européenne semblait inéluctable. Ils n’ont de cesse que de trouver au sein de la « mondialisation » les ancrages Chinois, indiens ou arabes qui leur permettraient de survivre à la crise, de rebondir en participant à la diabolisation morale et éthique de leurs compatriotes qui ne peuvent, ni ne souhaitent, se hisser au niveau de cette empoignade mondiale.

La propagande islamiste arabo-musulmane, la Ouma, associée objective du libre échangisme anglo-américain de la mondialisation libérale, veut la destruction des nations européennes, la ruine de leurs économies, la déchéance de leurs cultures, la mondialisation sous la domination de prédateurs financiers.

Cette histoire n’est pas nouvelle. De Gaulle disait déjà : « Finalement nous n’avons pas le choix, il faut savoir commander ou savoir obéir » 

La défaite, probablement voulue et déterminée, de 2008 ne nous permet plus de commander au monde.

Si l’Europe n’entre pas résolument dans la lutte avec la détermination des vainqueurs, il ne lui reste plus qu’à obéir à l’alliance de l’épée mondialiste avec son complexe militaro-industriel et du goupillon islamiste avec sa scharia.

Alors, dans cet univers en décomposition, qui au sein de la vieille Europe prendra la tête du combat de la reconquête de nos territoires perdus et nous imposera au monde ?  

Francis NERI