Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2013

N.K.M.

« On ressemble de plus en plus à des régimes soviétiques avec une religion d’État et des médias qui sont là pour convaincre et pour endoctriner le bon peuple par des images sans cesse ressassées ».

Eric Zemmour

Il n’y a pas que les médias pour imposer la religion d'Etat gauchiste ! Et pour cause !  La gauche a, depuis en gros mai 68, diffusé son idéologie dans tous les domaines de la société : économiques, sociaux, culturels etc.  La droite depuis la fameuse phrase de V.G.E « vous n’avez pas le monopole du cœur » n’a cessé de culpabiliser et de courir après la gauche. Conséquence,  tout ce qui se targue de progressisme, en particulier au sein de l’enseignement, y compris supérieur, se sont empressés d’emboiter le pas assurant le triomphe des « bobos » et de l’absurde  génération de mai 68 dont Cohn Bendit est la néfaste, venimeuse et semble t-il « pédérastique » illustration.

Les politiques, les intellectuels, la police, la justice ont suivi  et çà nous conduit à avoir pour adversaires des individus comme Bernard Henri Levy, le syndicat de la magistrature, et Nathalie Kosesko Morizet. Si j’orthographie mal le nom de cette dernière, tant pis pour cette fausse bourgeoise qui crache dans la soupe comme tant d’autres : le sang contaminé ou le violeur d’américaines islamistes et noires par exemple.  

Elle n’a qu’à s’appeler Mohamed comme tout le monde.

Je ne vais pas comme Gérard Brazon faire un stage de formation « bleu marine » et je n’habite pas Paris, mais je ferais volontiers le trajet pour suivre le stage et allez voter contre N.K.M. Mais bon les déplacements à Paris pour manifester commencent à me coûter cher, et moi je ne suis pas un bourge bobo de gauche ou de droite, mais un simple retraité avec une retraite qui fond comme peau de chagrin

Voilà vous savez ce qu’il vous reste à faire les habitants de la région parisienne. Si cette femme passe à Paris, je n’adresse plus la parole à Gérard Brazon ! :-))         

Francis NERI