Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2016

Les migrants de Menton

Oui des migrants passent en force à Menton et ailleurs; mais il ne sert à rien de s'en indigner car il y a bien longtemps qu'ils "passent" et pas seulement en force.
C'est bien le pouvoir actuel qui les laisse passer et cela continuera tant que CE pouvoir est en place.
Alors cessons de nous indigner et agissons ...si les islamistes d'ici ou provenant d'ailleurs égorgent des "gens du commun" ou un prêtre, écrasent hommes, femmes et enfants au "camion", ce pouvoir en est responsable, alors si le pouvoir ne veut pas les frapper, osons frapper le pouvoir qui, les laisse faire ...

Nous savons par exemple que Adel Kermiche, l'un des meurtriers du père Jacques Hamel, égorgé dans l’église de Saint Étienne du Rouvray prés de Rouen le 26 juillet, a été remis en liberté sous bracelet électronique le 18 mars, après dix mois de détention provisoire.
Il avait été mis en examen un an plus tôt pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" après avoir tenté de rejoindre daesch (l'Etat islamiste et islamique) qui est notre ennemi déclaré, avec lequel nous sommes en guerre paraît il !

La décision, soutenue par le syndicat de la magistrature, a été prise par le juge d'instruction de Paris, Jeanne DUYE, qui a considéré que le "jeune homme de 19 ans avait pris conscience de ses erreurs.
Cette juge avait abandonné en Août 2015 la qualification "terroriste" à l'encontre du des membres  d'ultragauche de Tarnac, dont Julien Coupa, soupçonné d'être à l'origine de sabotages de lignes SNCF.

L'ancien juge anti terroriste Marc Trévidic (qui n'est certainement pas membre du syndicat de la magistrature -le mur des cons-) estimait lui que Kermiche « avait un profil hyper-inquiétant ».
Nous pouvons donc considérer qu'il existe de fortes présomptions de culpabilité de la part de la juge et des juges, en particulier ceux du syndicat de la magistrature dont le pouvoir partisan devient exorbitant.
Une plainte doit donc être déposée contre la juge et le syndicat, des poursuites engagées. Et si "CE" pouvoir ne fait rien alors ce sera à nous le peuple de France à réagir et agir afin qu'on en finisse une bonne fois pour toute avec les collabos.

Le temps des explications, de l'apaisement et des indignations est passé ...le temps de l'action est advenu !

Francis NERI
08 08 16