Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2005

Non-Axiomes

J’ai longtemps erré sur des chemins très fréquentés. J’y ai rencontré des êtres faibles, misérables, égoïstes, méchants. Comme eux, j’étais faible, misérable, égoïste et méchant.

J’y ai également rencontré des êtres forts, riches, généreux, gentils. Comme eux, j’étais fort, riche, généreux et gentil.

Un jour, enfin, j’ai su que c’était les mêmes et j’avais rencontré une réalité, la leur et la mienne.

Alors, j’ai changé de chemins, ils sont moins fréquentés, mais les êtres humains, les oiseaux, les plantes et les pierres que j’y rencontre me semblent plus réels, plus vrais, plus beaux que ceux auxquels je me heurtais, me blessant et les blessant sur les autoroutes de ma vie. Bien sûr, c’était les mêmes, seuls mon regard, mon cœur et ma main avaient changé.

Et c’est ainsi que pour moi, vint l’heure de la réalité dans laquelle j’entrai sereinement en m’éloignant progressivement de ces vérités révélées qui avaient, tour à tour, émaillé ma route.

J’avais trouvé une porte s’ouvrant sur une autre dimension. Elle s’est ouverte devant moi et ne s’est pas refermée et bien que je ne la perçoive plus, je sais qu’elle n’est pas piège et qu’un retour est toujours possible. Cette porte m’appartient, c’est ma porte, elle n’est visible que pour moi et personne d’autre ne peut l’emprunter.

Voilà, j’ai planté le décor, et j’ai quelques petites choses à te dire, à toi mon compagnon de route.

Je ne suis pas un Messie, je ne suis pas un guru, je viens seulement t’annoncer l’ère de la réalité.

Ce que j’apporte concerne chaque être humain, chaque oiseau, chaque fleur, chaque pierre !

Je ne suis pas le pouvoir des hommes, je suis l’essence de l’inconnu humain !

Je ne suis pas un provocateur, je suis la provocation même !

Je ne suis pas parfait, je tâche simplement de faire de ma vie un chef-d’œuvre, et ce n’est pas une mince affaire !

Ne vois pas en moi un modèle, un guide ou un berger, mais un frère qui cherche, doute et construit son chemin dans l’incertitude, vers d’autres cercles, d’autres niveaux de conscience.

Si tu veux m’accompagner, sois le bienvenu, mais sache que mon chemin est mon chemin et que ton chemin est ton chemin, que ma réalité est ma réalité, qu‘elle est changeante et qu’il n’y a pas de vérité dans ma réalité.

Si tu crois pouvoir participer de cette réalité, sois le bienvenu sur les chemins parallèles du temps et de la conscience.

Sache encore que ce qui m’importe le plus n’est pas le but, mais le chemin, la manière de le parcourir et les questions que le trajet me pose : où allons nous, vers quoi ou vers qui, pour quelles raisons ? Bref, rien que de très classique. Peut être que la différence ne vient pas de la nature des questions mais de la manière de les poser ainsi que de la qualité et de la forme de la réponse.

Je te remercie de vouloir faire un bout de chemin avec et au plus près de moi, mais ne quitte pas ce qui fait de toi un être humain unique, différencié, irremplaçable.

Pour commencer, n’essaye pas de devenir parfait, prends simplement le chemin de l’idée que tu te fais de ta perfection.

N’aie plus peur, car tu ne seras plus jamais seul et plus jamais tu ne seras rejeté. La crainte est un sentiment, un état de non-conscience qui nous paralyse et nous prive de nos capacités de manœuvre, de notre lucidité et des possibilités de saisir le plus de réalité possible.
Cette réalité n’est ni espace, ni temps elle est peut-être espace-temps dans sa totalité. Probablement nous est-elle à jamais inaccessible en tant qu’être humain.

Reste conscient et manœuvrant et tu rencontreras la réalité-Amour. Reste prisonnier de tes émotions, de tes préjugés et de tes certitudes et tu rencontreras la réalité-frustration- jalousie-colère-envie-haine, etc.

Il ne s’agit pas de rejeter tes émotions et ce qui l’accompagne, mais de les reconnaître pour ce qu‘elles sont, de les apprivoiser, de les maîtriser et de les utiliser pour inter-agir avec soi même et avec l’autre être humain, l’oiseau, la plante, la pierre.

Tes relations avec le règne animal, végétal et minéral feront de toi un être biopsychosocial, c’est-à-dire pouvant vivre et intégrer ses dimensions biologiques, culturelles, spirituelles et sociales.

Tu peux croire aux niveaux de conscience, en la réincarnation, à l’éternité, au déterminisme, au hasard, ou encore en rien, même pas en toi même, mais nous sommes tout deux fait d’amour et de haine, les deux faces d’une même pièce, donc nous sommes frères, donc nous pouvons faire un bout de chemin ensemble.

Plus est en nous, ou si tu préfères Dieu est en nous ! Mon frère et moi pouvons être ce plus, car nous ne sommes pas seulement la somme de un plus un, c’est à dire deux, mais deux plus quelque chose d’autre. Que serions nous si nous étions multitude plurielle et additionnée ?

Penses en terme du plus haut degré d’altruisme possible, et accepte en les conséquences, c’est à dire s’effacer devant ton groupe et voir avec sérénité ton groupe s’effacer devant l’espèce. Sache aussi que ton espèce peut accepter de s’effacer devant une autre.

Renonces, et le plus vite possible, à la vérité, car toute vérité est relative et toi seul la détient.

Si tu cherches la porte d’accès à la conscience, regardes bien autour de toi, il y en a une à proximité. Elle est faites pour toi. Si tu ne la vois pas, c’est que tu n’es pas prêt. Cherche encore !

Ce n’est pas tout d’avoir trouvé ta porte, il te faut aussi avoir ta clé : la connaissance, car si la clé est un outil pour ouvrir les portes, la connaissance aussi !
Dans connaissance il y a connaître : naître avec ! Avec qui, avec quoi et comment veux tu co- naître, c’est-à-dire accéder à ta connaissance et à ta réalité ?

Je te propose :

Avec qui ? Un parrain
Avec quoi ? La Sémantique Générale est un outil comme un autre.
Comment ? En devenant un Sémanticien.

Une dernière réflexion :

L’identification est absence de conscience !
L’inconscience est un état temporaire !
Le premier niveau de conscience est la conscience d’abstraire !
Tout est dans tout, car impermanence et niveaux de conscience sont situés dans un même espace-temps.



Francis NERI


Mai 05







02/05/2005

Le Projet.

Sympathisants ou sceptiques, fidèles ou infidèles, amis ou ennemis pourront adhérer, s’offusquer ou s’indigner, s’inquiéter, fuir, se révolter, ou s’en moquer, ils ne pourront rien changer à l’absolue nécessité du Projet. Il vient toujours un moment ou il faudra se trouver avec le projet, contre le projet ou sans le projet. Le projet ne laissera pas d’espaces aux tièdes, aux mous, aux contestataires. Le projet est déterminé par des évènements qui font que toujours, dans la culture d’une organisation ou dans l’esprit d’un Homme, s’installe le sentiment impérieux qu’il faut se projeter ou accepter de ne plus être. Un tel concept peut paraître contradictoire avec la Sémantique Générale pour qui il n’y a pas de raisonnement binaire, bien ou mal, beau ou laid et qui semblerait se situer dans ce que certains pourraient qualifier d’indécision centriste ! Je pense qu’il n’en est rien. Prenons conscience qu’il n’y a pas de culture sans projet. Quand disparaît l’adhésion à un projet, qu’il soit personnel, d’activité ou de société, l’égoïsme, le repliement sur soi, le renoncement aux valeurs prennent le dessus et, par conséquent, les barbaries, les violences portées par des idéologies totalitaires ne peuvent plus être combattues avec les « armes » de la raison. Les projets sociaux et moraux, entre autres, doivent, et sont le plus souvent, porteurs de finalités éthiques, encrées dans l’humanisme laïc ou religieux. Pour ma part, c’est plus volontiers dans un humanisme laïc que s’inscrit ma représentation du Projet. Toutefois, dans une direction ou l’autre, j’appréhende l’absolu qui est, pour moi, dans la minorité de l’âme humaine, la source de nombre de nos maux. Bref, il n’est plus guère de place à cet angélisme qui peut nous conduire passivement à accepter avec le sourire notre disparition programmée et peut-être projetée. Rappelons, pour mémoire, l’idée qui domine le concept de projet : « La notion de projet oscille entre la satisfaction des besoins subjectifs de l’individu et celle des besoins objectifs de l’Institution, dans la tentative de jonction des deux ordres de nécessité. Il est le produit d’une négociation en vue de produire une activité d’ensemble qui puisse satisfaire les désirs individuels tout en remplissant des buts sociaux. » La notion de projet est bien Non Aristotélicienne et le Sémanticien un « Chef de Projet »