Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2013

La démission de l’autorité

« Distribution de nourriture et de vêtements par l’Aube dorée à la partie des grecs en voie de clochardisation. »

Verrons-nous bientôt cela en France ? 

Dans les urnes, le Front National est devenu la troisième force politique du pays, mais il est loin d’occuper sur le terrain la place qui lui est due.

La gauche doit son succès actuel grâce à la méthode Trotskyste d’infiltration et d’implantation locale mise en œuvre depuis quarante ans. La droite complice l’a laissé faire en toute connaissance de cause

Les islamistes appliquent, avec succés, la même méthode depuis aussi longtemps avec en plus une présence de soutien économique constante auprès des minorités « défavorisées », analphabètes et fanatisées.

Le Front National de Jean Marie Le Pen, qui semble n’avoir jamais véritablement voulu parvenir au pouvoir, s’il s’est toujours intéressé au national et au global, à toujours négligé le local et encore plus les problèmes quotidiens du petit peuple.

Il n’a pas quarante ans devant lui.  S’il envisage de percer rapidement, il va lui falloir revisiter sa stratégie pour obtenir quelques succès aux élections locales, seule chance de se présenter en force aux élections nationales futures.

Une stratégie d'alliances locales avec l'UMP est un préalable indispensable mais peu probable hélas.  Celle consistant à occuper le terrain en soutenant et en protégeant  le peuple de France toutes classes sociales confondues serait plus efficace. Un peuple abandonné par ses élites de droite comme de gauche y serait particulièrement réceptif.

Des "représentants du peuple" capables de se substituer à la puissance régalienne car l’autorité de l’Etat est en chute libre et que ces mêmes élites semblent ne s’intéresser qu’à leurs carrières, à la répartition des prébendes entre eux, à l’Europe des marchés et à la mondialisation financière.     

Sur fond de démission des autorités, un processus  qui ne pourra être séparé d’un discours nationaliste et de méthodes « autoritaires » à mettre en oeuvre au sein de chaque coin de France à reconquérir et où des Français sont à soutenir et protéger.

Le Front National doit transformer en actes ses propositions sous peine de perdre toute crédibilité envers ceux qui ont investi tous leurs espoirs dans la couleur « bleue marine ». 

La France  est d’ores et déjà terrassée par la crise, le chômage et l’insécurité.

Dans ce contexte, nombre d’immigrés illégaux venus bénéficier du système social versent dans la délinquance et la criminalité.

L’Etat, lui, malgré des promesses successives de passer la France au karcher, est accusé de ne pas jouer son rôle. La police paralysée par un Etat et une justice résolument « bien pensants » est impuissante à maintenir l’ordre. 

L’enjeu à présent est clair ! Si une autorité structurée comme le Front National ne se dresse pas pour maintenir l’ordre et la sécurité, pour penser global mais agir local, pour limiter l’aide publique aux Français, pour stopper l’immigration et renvoyer les clandestins chez eux, plus rien ne sera possible et la France sombrera dans la guerre civile, une fois les plus entreprenants d’entre ses « nationaux » l’ayant désertée.            

François Hoffmann