Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2017

Les antis UE

Quel candidat à la présidentielle va remettre en question la création monétaire bancaire privée? Et alors, s’il devait exister, comment justifierait-il le maintien de la dette si le mécanisme qui la sous-tend est erroné?

Les antis UE

Ces candidats existent, ce sont les antis UE.
Marine  explique que le montant de la dette actuelle est proche de la somme des intérêts indûment payés depuis 1973. A cette date Pompidou et Giscard d’Estaing ont rendu obligatoire l’emprunt aux banques privées. Et petit à petit, celles-ci ont eu le droit d’émettre le crédit ! (En échange elles financent les campagnes des candidats qui ne toucheront pas à cette escroquerie exorbitante… entre autres sinistres magouilles).
Actuellement elles ont le droit (!) d’émettre jusqu’à 10 fois le montant des épargnes réellement déposées chez elles.
Bon, donc reprendre le pouvoir régalien d’émission du crédit est une des conditions sine quoi non des négociations que Marine veut entamer immédiatement avec l’UE, et ceci ne peut qu’aboutir à la création du nouveau franc. L’euro peut continuer d’exister comme monnaie d’échange convertible en chacune des monnaies de l’UE, mais sans pouvoir d’émission du crédit. Pratiquement la BCE cesse d’exister car elle ne fait pas de prêts. Sine qua non.
Les contrats pourront être stipulés en francs ou en euro (ou autre) à convenance, avec des risques différents: le franc peut monter ou baisser par rapport à l’euro.
Malgré la dévaluation de l’euro, Marine  prévoit de dévaluer le nouveau franc créé sur la parité 1 euro 1 franc. C’est certes pour rééquilibrer la balance commerciale avec l’Allemagne, mais aussi pour récupérer un peu de la dette crapuleusement escroquée aux citoyens français. L’annuler purement et simplement est difficile au niveau international, c’est une question de rapport de forces; regardez ce qui est arrivé à la Lybie de Kadhafi qui voulait concurrencer le dollar en Afrique avec le dinar or.
Quand on est maître en son pays, bien des choses deviennent possible. Renégocier la dette en termes plus favorables par exemple… d’autant plus favorables que l’on est fort.
Mais quand on laisse le pays au pouvoir de Bruxelles et de la BCE pour courir après ses maîtresses en scooter, effectivement rien ne devient possible.

Liliane Held-Khawam

 

 

Commentaires

Quand on est maître du pays, bien des choses deviennent possible. Renégocier la dette en termes plus favorables par exemple… d’autant plus favorables que l’on est fort.
Mais quand on laisse le pays au pouvoir de Bruxelles et de la BCE pour courir après ses maîtresses en scooter, effectivement rien ne devient possible.

Écrit par : gosein | 11/04/2017

salut gosein ,encore faut il que le "maitre du pays" soit justement affranchi des partis,car tant qu'un president est l'elu(e) d'un parti ,il lui est redevable et n'est toujours pas president des Français mais president des Français et autres de son parti,a moins qu'il ou elle bosse pour le bien etre de son peuple et aie gagne la confiance de tous,.Au fond ils sont tous responsables de n'avoir jamais pris de bonnes décisions,et ils se sont eloignes de leurs fonctions régaliennes ,Bruxelles aurait put etre un bonne choses ,si les pourris de tous ces pays ne l'avaient pris comme une dictature des peuples

Écrit par : raymond | 12/04/2017

Les commentaires sont fermés.