Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2010

Roms

Quelques réflexions, de plus en plus violentes recueillies ici et là, que je considère non dénuées de bon sens. Si j'étais à la place de « certains » je commencerai à m'inquiéter et envisager l'exil, ou le retour au pays !

Francis NERI

§

La libre circulation des personnes est un droit fondamental des citoyens de l'UE, mais il existe des restrictions.

Selon une directive (loi) européenne de 2004, les citoyens de l'UE peuvent librement circuler en Europe et demeurer jusqu'à trois mois dans le pays de leur choix à condition d'avoir un passeport ou une carte d'identité valide.

Au-delà de trois mois, il faut avoir un emploi, être étudiant ou disposer de ressources suffisantes pour ne pas devenir une charge pour le système d'assistance sociale et disposer d'une assurance maladie.

Par ailleurs, des restrictions à la libre circulation peuvent exister, notamment pour des raisons d'ordre public mais en se fondant alors uniquement sur la conduite individuelle de la personne concernée. La décision doit alors lui être notifiée, avec détail des motifs. Sauf en cas d'urgence justifié, le délai doit être d'au moins un mois pour partir.

Rien dans la constitution européenne ne nous oblige à accepter une communauté qui attaque un village, qui ne respecte pas le droit de propriété et dont le taux de criminalité a augmenté l'année dernière de 150% rien qu'à Paris. Plutôt que de gesticuler dans leurs fauteuils les eurodéputés feraient mieux de constater le problème et de proposer rapidement une solution.

La France est excédée de voir ses impôts augmenter et dilapidés pour la promotion du tourisme Rom. Nous avons de vrais problèmes qui demandent des vraies réponses. Ces eurodéputés de font qu'ensemencer le terrain des extrémistes avec leurs discours démagos.

La situation des Roms en France inquiète Bruxelles et la bien-pensance internationale, mais bizarrement, pas les Roms eux-mêmes, puisque ceux que nous avons expulsés ne pensent qu'à revenir. Il y a là quelque chose qui m'échappe. Qui peut m'éclairer?

Une question bête à nos politiques : pourquoi accepter l'intégration de ces pays, Roumanie et Bulgarie, dans l'Union Européenne sans poser au préalable la résolution du problème de l'insertion/intégration de ces populations à l'intérieur de leurs pays d'origine. Pourquoi intégrer à la CEE des pays dont la politique intérieure discrimine des populations ? Quel profit économique et financier en tirent les autres pays européens ?

Tout cela n'est pas très clair et il faut se poser la question essentielle : « A qui profites le crime ? » Va t on longtemps nous prendre pour des billes, promouvoir la finance internationale et  le grand capital ?

Puisque Bruxelles a de la sympathie pour les Roms et les étrangers en général, Le président  n'a qu'à les envoyer par bus ou train au parlement européen pour que ces donneurs de leçon trouvent une solution juste. Je vis depuis plus de 30 ans en Asie et si je ne travaille pas ou si je suis jugé coupable par un tribunal civil, je suis mis à l'avion manu-militari pour un retour définitif en France avec interdiction de revenir. Voilà il faut le dire. On peut aussi les renvoyer au Vatican car le pape se prend de sympathie pour les Roms.

Les roms ne sont pas seulement des victimes, ce sont des personnes englués dans leur passé, leur histoire et, les vrais responsables de leurs misère passée et actuelle sont leurs dirigeants d'aujourd'hui, qui sont les mêmes qu'il y a trente ans. Alors les bien pensants, arrêter de nous bassiner avec votre « discrimination » vos cœurs de pleureuses, continuer ainsi et c'est nous qui allons vous discriminer ; et alors fini les positions somptueuses, les retraites dorées, les voyages en jet privé. Vous allez dérouiller et c'est vous qui allez pleurer !

Nous avons compris vous savez, les roms, c'est le cadet de nos soucis, une fois que nous vous aurons fermement reconduit dans vos résidences entre deux gendarmes, en attente de votre procès pour haute trahison, il ne sera plus nécessaire de s'occuper d'eux ; ils prendront leur caravanes et ils iront se promener sous des cieux plus accueillants...ils sont moins fous que vous.

Je vais vous dire une chose : tous ces bobos des beaux quartiers me font mourir de rire, mais c'est parce que je ne peux plus pleurer. Alors Monsieur De Villepin et tous vos amis traîtres à la France, ne vous trouvez jamais devant moi et dites à vos gendarmes, qui vont devoir vous protégez, qu'ils tirent les premiers et visent juste, car moi, je ne vous raterai pas.

§

Et pour conclure, une réflexion personnelle : Je sais, c'est inquiétant, mais à qui la faute ?